Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:47

La première fois que j’entendis parler de Paul Watson, ce fut lors de la sortie en France, du film "Sharkwater", de Rob Stewart, en 2008. Le documentaire avait pour ambition au départ de raconter la rencontre d’un apnéiste avec les requins. Mais c’est sa rencontre avec Paul Watson qui changea la donne. Il embarqua sur son navire et suivi la mission anti-braconnage, mandatée par le Guatemala pour s’opposer à la pêche illégale des requins et au finning. Dès la première opération coup de poing, je me suis dit : « ce mec est taré ». C’est d’ailleurs de cette intervention que datent les ennuis de Paul Watson avec la "justice" du Costa-Rica. Puis le film me fit découvrir avec horreur le sort que l’humanité réserve à la grande famille des squales.

Je me suis ensuite renseigné sur le personnage et le groupe qu’il a créé en 1977, la Sea Shepherd Conservation Society. J’ai eu l’occasion de lire son premier livre, "Au nom des mers" (1996, et réédité en 2013 sous le titre "Ocean Warrior"). Puis je suis allé à la rencontre de l’antenne marseillaise lors du Festival de l’Image Sous Marine en novembre 2012, et j’y ai rencontré Lamya Essemlali, cofondatrice et présidente de Sea Shepherd France. J’ai d’ailleurs également lu son « Entretien avec un pirate ».

Sensible aux problèmes que rencontrent les océans à travers le monde : surpêche, pollution, braconnage, massacre divers… j’ai tout naturellement suivi l’actualité de l’association. Ce qui m’amena tout dernièrement, le week-end des 26-27 septembre 2015, à Carry-le-Rouet, qui accueillait une conférence de Paul Watson, organisée conjointement par Sea Shepherd Marseille et l’association locale Les Perles de la Côte Bleue.

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

Je profitai de cette descente sur la côte pour venir tremper mes palmes avec Plongée-Passion-Carry, club fervent supporter de Sea Shepherd. J’y retrouvai d’ailleurs des binômes occasionnels, venus eux aussi à la rencontre de Paul Watson.

Quelle ne fut pas notre surprise quand, au retour de la plongée de l’après-midi, un petit groupe tout de noir vêtu s’approcha alors que nous étions en plein rangement du matériel. Le bonhomme, en personne, tel un quidam venu se renseigner sur les horaires ou tarifs, s’arrêtait devant le local du club, en pleine rue, suscitant joie, tremblote, sourires, émotion … Voilà un truc qui n’était pas du tout prévu. Nous savions qu’il devait se rendre au port de Carry pour embarquer sur le bateau des Sauveteurs en Mer, pour une petite visite de la Côte Bleue ; et nous étions bien décidés à y descendre pour le voir en petit comité, avant la conférence du soir, où plus de 500 personnes étaient annoncées. Avant de poursuivre son chemin vers le port, il se plia fort aimablement à la petite séance de dédicace improvisée sur le trottoir. Tout le monde put poser à ses côtés pour la photo souvenir. Tout ceci ne nous empêcha pas de descendre au port, plus tard, pour son embarquement avec les Sauveteurs.

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

Nous avons eu un coup de bol monstrueux. Ce passage par le centre de plongée avait été provoqué par Les Perles de la Côte Bleue, les dames en turquoise, pour remercier Marlène, responsable du club, qui arbore fièrement les couleurs de Sea Shepherd.

La Conférence :

Beaucoup pensent que les activistes ou les sympathisants de Sea Shepherd sont des désœuvrés, des oisifs, ou des baba-cools, rebelles et anticonformistes, ou bien encore des percés et tatoués peu recommandables, voire même de dangereux éco-terroristes. Ce n’est pas ce que nous avons pu voir ce samedi soir. Environ 800 personnes, des Monsieur et Madame Tout-le-Monde, tous âges confondus, ont pris d’assaut le complexe sportif de Carry. Pour l’anecdote, un ancien de la Calypso, Bernard Delemotte, me précédait dans la file d’attente.

Paul Watson aborda lors de cette soirée tous les thèmes qui lui sont chers : pollution, surpêche, braconnage, chalutage profond, plastiques, massacres, traditions séculaires dépassées, complaisance politique, filets dérivants ou fantômes … Il nous fit faire le tour du monde des interventions passées, présentes et futures de Sea Shepherd : Iles Féroé, Japon, Russie, Chine, Guatemala, Costa Rica, Islande, Norvège, Colombie, Nouvelle-Zélande, Ile de la Réunion, Australie, Antarctique, Canada, Etats-Unis, Sénégal, France …

Il nous parla de biodiversité, d’interactions animales, de réchauffement climatique, d’appauvrissement des océans, de déséquilibre écologique, de Marineland et autres prisons pour mammifères marins.

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

Il passa en revue les espèces concernées par son combat : castors, loups, baleines et cachalots, dauphins, orques et globicéphales, requins, tortues, phoques, légines australes, goélands, plancton … Il rappela les nombreux soutiens dont bénéficie Sea Shepherd chez les célébrités : le champion de surf américain Kelly Slater, les acteurs Martin Sheen, Pierce Brosnan, William Shatner, Christian Bale, Richard Dean Anderson … Que peut-il lui arriver avec l’appui de James Bond, Capitaine Kirk, Batman et McGyver ? Il relata sa rencontre avec le Dalaï-Lama (considéré comme un terroriste par le gouvernement chinois) et leur discussion au sujet de la compassion aggressive.

Plus près de nous, il évoque les dernières interventions de Sea Shepherd France, l’Opération Mare Nostrum, destinée à nettoyer les côtes méditerranéennes françaises des déchets plastiques et filets fantômes. Actions qui reposaient pour la première fois exclusivement sur les plongeurs. Plus précisément, il souligna la plongée effectuée dans le Vieux Port de Marseille, avec l’autorisation des autorités, et la découverte de plusieurs mètres d’épaisseur de déchets en tout genre, accumulés en strates sous la surface. La vidéo tirée de cette plongée a tourné en boucle sur les réseaux sociaux.

La conférence s’est achevée par quelques questions de l’assistance, puis par une longue séance de dédicace, sur le stand de Sea Shepherd, préalablement dévalisé de tous ses tee-shirts à l’effigie du groupe.

Dimanche 26 septembre :

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

Le lendemain matin, les Perles de la Côte Bleue le recevaient dans leurs locaux du Parc Jules Moulet à Sausset-les-Pins, pour une mini-conférence destinée aux enfants. Après avoir répondu aux médias locaux, Paul Watson s’est adressé aux nombreux enfants présents, en reprenant les nombreux sujets évoqués la veille, mais en adaptant son discours au jeune auditoire captivé. Il a bien sûr mis l’accent sur l’éducation, rappelant qu’il a débuté sa carrière de défenseur de la nature à l’âge de 10 ans, suite à la disparition d’une famille de castors, sur son lieu de vacances. Avant de remercier tout le monde d’être venu à sa rencontre, il nous gratifia d’un émouvant chant de baleine.

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

Mais pour nous, le week-end ne s’arrêtait pas là. Suite à une énième séance de signatures et de photos, Paul Watson repartait pour d’autres aventures, alors que la centaine de personnes présentes partait nettoyer les plages de Sausset. Durant deux heures, sous un soleil radieux, arpentant les blocs rocheux, crapahutant dans les failles de la corniche, fouillant les amas de posidonie séchée, inspectant le sable, toutes sortes de déchets furent collectés : bouteilles, canettes, aérosols, tubes de crème solaire, plaques de polystyrène, pneus, fils de pêche, frites de plage, bouts de plastique ou de verre, bouchons, débris métalliques, furent extirpés avec patience des endroits les plus incongrus, dans les postures les plus improbables. La récolte de mégots de cigarettes fut aussi fort convenable. Ce nettoyage des plages est organisé tous les deux mois par les Perles de la Côte Bleue.

RENCONTRE  :  PAUL WATSON

J’achève ce post en remerciant les Perles et Sea Shepherd Marseille pour l’organisation de cette conférence, ainsi que Marlène et Patrick de Plongée-Passion-Carry, pour leur accueil toujours chaleureux.

Si les militants écologistes paraissent "pénibles et chiants", ils seront demain, pour les générations futures, des "ancêtres respectés". (Paul Watson)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thevenin 28/09/2015 20:43

Merci pour cet article. ..il est vrai que grâce à cet homme, grâce à cette équipe qui se battent pour conserver nos océans et ses habitants, nos enfants, nos petits enfants et arrières petits enfants auront peut être la chance de connaître la beauté qui s'y cache. ..que nous plongeurs, nous explorons avec tant de bonheur. ...
Un grand merci

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...