Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 09:11

21 mai 1944 :

" Le 21 mai 1944, le lieutenant Chapman, commandant le sous-marin britannique HMS Upstart, en est à sa septième mission. Parti le 18 mai de Maddalena, il croise tout près du Cap Béar, guettant les mouvements de navires aux abords de Port-Vendres. Ses seuls succès depuis ses débuts en août 1943 sont le torpillage de deux bateaux de pêche sur les côtes de Bretagne et l’attaque de deux bases d’hydravions et d’une usine de matériel ferroviaire en Méditerranée. Vers six heures du soir, Chapman aperçoit le Saumur qui vient de quitter Port-Vendres avec un chargement de minerai de fer. A 14 pieds de profondeur (environ 4 m), il ordonne de tirer quatre torpilles, faisant mouche par deux fois. Le Saumur, touché par son milieu, s’enfonce en quelques instants. Les quatre canons de 90 mm, installés par les Allemands, n’auront pas servi à grand-chose. " (extrait des Epaves de la Côte Vermeille, d’Hervé Levano)

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Fin août 2015 :

Banyuls, 7h30 du matin, la plongée sur le Saumur aura bien lieu. Nous sommes peu nombreux, six volontaires, mais le club Rédéris Plongée a tout de même maintenu cette sortie. Tout comme il maintiendra la sortie sur cette même épave, deux jours plus tard, avec aussi peu de monde. Tant mieux pour nous. Ҫa changera du Donator ou du Rubis !

C’est donc deux plongées que je pus effectuer sur le Saumur au cours de mon séjour dans les Pyrénées Orientales.

Le Saumur, qui a passé beaucoup plus de temps sous que sur l’eau, mesure près de 100 mètres. Malgré les cassures centrale et arrière dues au torpillage, il gît toujours d’un seul tenant, par près de 46 mètres de fond (profondeur variable en fonction de l’envasement). Il est possible de le visiter en une plongée, à condition d’y aller au pas de charge. Et d’accepter de cumuler les minutes de décompression.

L’autre option est de choisir un terrain de jeu bien précis et de s’y tenir, afin d’éviter justement une trop longue attente à trois mètres.

D’ailleurs, comme le pilotage, le briefing est "carré" : c’est 35 minutes de plongée maximum, paliers compris. De toute façon, pour une plongée à l’air à 40 mètres, hors de questions d’abuser.

La première immersion sur le Saumur est donc consacrée à l’avant du bâtiment. Descendus au bout fixé à la bouée, nous tombons pile-poil sur le château, et la cabine en bien piteux état. La visi est habituelle pour cette épave : 2 mètres ! Ici, la vie n’est pas à dominante bleue, comme sur le Chaouen, ou verte, comme en Bretagne, elle est à dominante noire et marron. Le moindre palmage trop près de la tôle soulève un nuage de particules qui obscurcissent encore plus l’environnement. Faire des photos n’est pas chose aisée.

Je suis de près mon binôme, P.A.R, un habitué des lieux. Il me conduit vers le gaillard avant, en survolant les cales. Les treuils concrétionnés s’offrent en premier à mon objectif.

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Puis la mitrailleuse, la seule restante sur les quatre, montre sa silhouette. Paraît-il qu’elle tourne toujours sur son axe ? Aidée en cela par les nombreux plongeurs qui viennent entretenir sa capacité de rotation. Peu satisfait de mes clichés en couleurs, je passe en mode noir et blanc, pour céder aux vieilles habitudes d’un plongeur local fort connu.

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Le temps tourne. Pas question de s’éterniser sur l’engin de mort. Toujours à la suite de mon binôme, je descends côté bâbord vers l’énorme ancre toujours à poste dans son écubier, contourne la proue, m’en éloigne un peu pour tenter un cliché par-dessous, sans grand réussite. Côté tribord, l’ancre, également énorme, également à poste, est noyée dans une nuée d’anthias. Nous remontons le long de la coque et j’aperçois une forme très particulière : je pense immédiatement à une bombe ou une torpille. Bizarre, le briefing en aurait fait mention. Je prends un cliché, en passant, sans trop m’attarder. On verra plus tard. Nous revenons au château, retrouvons le bout, alors qu’un banc de sars tambours se fait repérer à quelques mètres, par les reflets de leurs écailles, provoqués par nos phares. Nous entamons notre remontée, vers le bleu, vers la lumière, vers le soleil.

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Deux jours plus tard, c’est avec un binôme d’exception que je replonge sur le Saumur : Patrice Strazzera, le plongeur local cité plus haut, auteur de la série "Le sommeil des épaves", et fondateur d’un groupe de plongeurs du même nom. Rencontré quelques jours plus tôt à Narbonne, il m’avait promis de descendre sur Banyuls pour m’accompagner sur une de ces épaves qu’il chérit tant.

Chose promise, chose due !

Il est bien descendu.

Et nous sommes bien descendus sur le Saumur.

Mais avant, il a fallu gérer la bête.

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Je ne parle pas de son recycleur, mais de son compagnon de jeu, Da Nang, plus connu sous le sobriquet de Tigre. Ce Tigre est d’ailleurs reconnu comme étant la mascotte du groupe "Sommeil des épaves". Peu enclin à laisser son alter ego partir sans lui, il fut autorisé à investir L’Aigle, bateau de plongée du Rédéris.

Accompagnés durant notre trajet par des vols d’exocets, ce sont d’ailleurs les plus belles vues de poissons que nous aurons ce jour-là. En effet, la visibilité était exactement la même que lors de mon précédent passage, voire même un peu plus lugubre.

Briefing toujours carré du pilote, Renaud, également membre de la "Brigade du Tigre" ; avec mon binôme, nous décidons de rester 15 minutes au fond.

Patrice, expert ès épaves, s’est révélé être un excellent guide, doublé d’un super éclairagiste. Il avait choisi de me faire découvrir les abords du château. Avec lui, point besoin de voir un vol de raies aigles ou un banc de mola mola dansant sur l’épave pour s’extasier, une simple échelle, une vanne quelconque, une bouche d’aération tout juste visible sous son manteau d’algues, une porte qui n’existe plus … tout peut-être sublimé. Tout est apte à nous "parler" du Saumur du temps de sa vie d'avant, à condition de savoir écouter.

WRECK DIVING : LE SOMMEIL DU SAUMUR

Ça n’est pas lors de cette plongée que j’ai usé mes palmes. Le périmètre visité est resté fort restreint. Avec une telle visibilité, et une luminosité quasi nulle, je trouve que nous nous en sommes bien sortis. Nous avons peu palmé, nous avons beaucoup observé, quittes à s’immobiliser de longues secondes. Nous n’étions pas en ce lieu pour troubler le sommeil du Saumur.

BLOC-Notes :

Retrouvez le Tigre et les images du Saumur (sur Fb et Google+)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

strazzera 09/09/2015 14:01

Content que notre ami ! Bloc 18 !!est pu découvrir le monde fascinant est inquiétant parfois! des visiteurs d 'épaves! le Tigre me demande souvent de tes nouvelles!! à bientôt pour d autres aventures! semper fidelis ! patrice

Bloc 18 13/09/2015 19:44

ce fut un véritable plaisir, Patrice. Encore merci pour ton accueil et ta disponibilité. Expérience à renouveler !

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...