Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 13:50

Ah, le Port des Goudes !

DSCF9111.jpg

Notre camp de base pour nos sorties-club.

 

Sa marina internationale,

 articles-02-2751.jpg

 

Sa plage paradisiaque de sable blanc,

 articles-02-2748.jpg

 

Son quai débordant d’activité,

 articles-02-2750.jpg

 

Ses toilettes publiques.

 articles-02-2747.jpg

 

Les Goudes are so good ! On aime, on y revient !

C’est vrai qu’il y a ce côté pratique d’être proche des îles et des spots de plongée, mais ce côté peu pratique de se situer au bout du bout du monde.

 

En ce samedi 24 septembre 2011, nous étions descendus sur la côte, pour une triplette … eh oui, trois plongées le même jour. Deux sur les îles marseillaises et une de nuit à Sausset-les-Pins.

IMGP2007.jpg

                                                                            Iles de Jarre et de Riou

 

Notre première sortie nous amenait sur l’Ile de Riou. La pointe de Caramassaigne, à l’extrémité Est de l’île, allait nous accueillir pour cette plongée.

 articles-02-2667.jpg

C’était ma troisième, sur ce site. Deux fois déjà, j‘y avais plongé encadré, une fois en tant que N2, une fois pour la formation nitrox. C’est ici que j‘ai pu observer pour la première fois des gorgones caméléons.

D’ailleurs, dès sept mètres, les gorgones rouges aux polypes déployés nous mettent dans le bain, bientôt suivies par leurs soeurs bicolores (paramuricea clavata).

articles-02-2671.jpg

articles-02-2674.jpg

Avec mon binôme, nous avions décidé de descendre jusque 40 mètres, alors qu’il est possible d’atteindre les 50, mais comme y a rien à voir, à part un trou à mostelles (?). Une autre palanquée de N3-N4 est descendue au-delà des cinquante mètres. Bien mal lui en a pris. Passé 51 mètres, l’ami Serge perd le son et l’image. Il a fallu remonter le pépère. Une petite narcose, l’impression d’être complètement bourré au 51. Quoi de plus normal à Marseille ?

Nous descendons en flèche jusqu’au plateau qui borde le tombant, traversant des bancs d’anthias, de sars et de castagnoles, observant au passage une anémone alicia (alicia mirabilis), qui ne s'ouvre que la nuit.

articles-02-2675.jpg

A 45 mètres, un joli tableau, associant gorgone rouge et étoile de mer glaciaire (marthasterias glacialis), nous arrête.

articles-02-2678.jpg

Je prends le temps de réaliser quelques clichés bios.

articles-02-2679.jpg

Afin d’éviter d’accumuler des minutes de palier, nous ne restons que brièvement à cette profondeur, et entamons une tranquille ascension du tombant, scrutant voisinage des gorgones et petites crevasses.

Petites branches de corail rouge (corallium rubrum),

articles-02-2692.jpg

Dortoir pour petits vers myxicoles (myxicola aesthetica), au panache branchial en forme d’entonnoir,

articles-02-2693.jpg

Hydraires plumeux, ou plumules bicolores (aglaophenia pluma), d’environ 4 cm, et véritables HLM à micro-méduses,

articles-02-2698.jpg

Ainsi que de nombreuses limaces, comme le doris tricolore (hypselodoris tricolor),

articles-02-2699.jpg

Ou les doris célestes de quelques millimètres, espèce endémique à la Méditerranée (hypselodoris orsinii) sur leur met préféré, l’éponge cacospongia sp, et une flabelline mauve (flabellina affinis), un peu floue, je l’avoue.

articles-02-2728.jpg

Parfois, les gorgones rouges se font envahir par d’autres cnidaires. Ici, un alcyon encroûtant (alcyonium coralloides) a "encroûté" les branches d’une gorgone. Les extrémités des branches de cette gorgone sont toujours bien vivantes.

articles-02-2707.jpg

Entre les gorgones, c’est une danseuse étoile qui prend la pose !

articles-02-2711.jpg

Des sars tambours (diplodus cervinus) croisent notre route le long de la paroi, leur témérité me permet d’en tirer quelques clichés rapprochés.

articles-02-2722.jpg

Vers 6 mètres de profondeur, nous atteignons un rocher détaché de l’île, laissant un petit couloir, où il est bon de se réfugier pour effectuer ses paliers par mer capricieuse (là, c’est l’expérience qui parle).

articles-02-2737.jpg

Les parois de ce couloir sont  parsemées de petits trous où croissent les anémones encroûtantes jaunes (parazoanthus axinellae).

articles-02-2734.jpg

 

Et c’est alors qu’une palanquée vient nous avertir qu’il y a un besoin urgent de boîtes à images. En effet, à quelques mètres de là, une crevasse sert de co-location à une murène (muraena helena) et un congre (conger conger).

articles-02-2739.jpg

Il est ensuite grand temps de regagner la surface, après 53 minutes d’immersion.  

 

 

  Après le traditionnel pique-nique sur le quai des Goudes, c’est vers l’Ile de Jarre que nous nous dirigeons. C’est sur la Pierre de Briançon que nous effectuerons notre seconde plongée. Il y a quinze jours, nous avions plongé sur le même site (voir la vidéo). Cette fois, nous nous sommes amarrés côté Est, c’est d’ailleurs l’endroit habituel.

articles-02-2753.jpg

Connaissant déjà les lieux, nous programmions notre trajet, comme des vieux de la vieille. L’arche serait notre première étape, puis les galeries. Nous sommes rapidement descendus vers les 15-20 mètres, et là, grosse surprise : nous tombions sur une orgie, digne des plus grandes fiesta de Caligula. De nombreuses holothuries tubulaires (ou concombres de mer, holothuria tubulosa) s’étaient rassemblées sur un petit plateau et, la partie antérieure du corps érigée, confiaient leur semence au bon vouloir des courants.

 articles-02-2764.jpg

articles-02-2765.jpg

La nature à l’œuvre !

Scène que l’on nommera pudiquement "un échange de fluides". 

Puis direction l’arche. Chemin faisant, c’est une murène qui se prête au jeu du paparazzi des mers.

articles-02-2774.jpg

Nous arrivions enfin sur l’arche, devancés par d’autres palanquées. Beaucoup de public, pour cette originale sculpture minérale, toujours pleine de surprises. Les sars étaient encore là, jouant, paresseux qu’ils sont, dans le courant.

articles-02-2779.jpg

Passer sous les arches, traverser des galeries, emprunter des passages étroits … On peut comparer ce site à un parc de jeux pour enfants, avec cages à poules, cabanes, tunnels et toboggans. C’est vraiment cette sensation d’amusement et de découverte que l’on éprouve. La plongée est-elle une activité pour grands enfants ?

articles-02-2787.jpg

Une fois l’arche passée, et repassée, et re-repassée, nous partions à la recherche des galeries, côté sud du rocher. Nous trouvions rapidement la première, le long du tombant de gorgones rouges. Comme la dernière fois, je fus étonné d’y voir autant de gorgones jaunes. Bientôt, la traverser de part en part deviendra bien délicat.

articles-02-2795.jpg

Passant chacun son tour, en palmant le strict nécessaire, afin de na pas soulever trop de particules, nous nous retrouvions à la sortie. Mon regard fut alors attiré par une tâche blanche, sur le tombant. Nous venions de trouver des œufs de roussette (plus précisément grande roussette, scyliorhinus stellaris), ce petit requin d’un mètre de long, très présent en Méditerranée, et à l’activité nocturne. De jour, il n’y a que ses œufs qui trahissent sa présence dans les parages, des œufs que la femelle entortille autour des branches de gorgones. C'est la saumonette des poissonniers !

articles-02-2800.jpg

articles-02-2801.jpg

Ici, deux œufs, sans aucun doute, déposés  à différents moments. L’un est colonisé par des algues et des petites colonies d'hydraires, l’autre semble avoir été pondu très récemment. C’est d’ailleurs cette blancheur qui nous a permis de les repérer de loin.

Suite à cette petite séance photos, nous reprenions notre route, et en profitions pour alerter une palanquée de la présence de ces œufs. Nous trouvions peu après la deuxième galerie, celle qui m’avait laissé un formidable souvenir quinze jours auparavant. Et bien sûr, ce ne fut pas la même histoire. Le coin, lui, est toujours impressionnant : voûte, galerie et parazoanthus. Mais le seul banc que nous avons trouvé, ce fut un banc de plongeurs.

Cette fois, c'est une masse compacte et sombre de 25-30 cm qui attira mon regard : un lièvre de mer, de la grande famille des mollusques, recroquevillé sur lui-même, se trouvait à proximité de la voûte. Il ne m’a malheureusement pas gratifié de sa nage en pleine eau.

articles-02-2813.jpg

articles-02-2821.jpg

                                                  (lièvre de mer, ou grande aplysie brune, aplysia fasciata)

 

Nous approchions déjà de la fin de notre plongée. Nous remontions tranquillement le long de la roche, scrutant les crevasses. Il me semble avoir parlé de gruyère dans le dernier article concernant ce site. Je confirme !

Pour revenir au bateau, nous repassions sur le lieu d’échange de gamètes holothuriennes, petite séquence à retrouver dans la vidéo. Notre deuxième plongée s’achevait. Et la troisième était déjà dans nos esprits.

 

Sausset-les-Pins, Calanque du Petit-Nid

DSCF9132.jpg

Nous étions quatre rescapés des deux plongées du jour, rejoints par quatre autres amateurs.

Une fois l'obscurité installée, la mise à l’eau fut, comment dire … épique. Nous avions le choix entre rentrer dans l’eau palmes aux pieds ou palmes en main. Nous optèrent pour les palmes aux pieds, et l’entrée dans l’eau à reculons. Quelle misère ! Des cailloux partout, qui nous ralentissent, nous font mal aux pieds. Avec les blocs sur le dos, vous imaginez le tableau.

articles-02-2841.jpg

Cette plongée est relativement facile : longer la roche main droite, éviter de perdre son binôme, et éclairer la roche, éviter de perdre son binôme, et retour main gauche. Mais la roche, faut la trouver, derrière toute cette posidonie. Etendues sableuses succèdent aux surface rocheuses, et herbiers succèdent aux étendues sableuses. Il faut éclairer partout pour espérer apercevoir un noctambule. Durant cette plongée d’ennui,... de nuit pardon (lapsus révélateur), il faut avoir un sacré coup de bol pour tomber sur un homard, une langouste ou un congre d’1,50 m. Ben, y a une palanquée qui a eu cette chance. Bon, je ne voudrais pas être méchant, les gars, mais vous avez des photos pour prouver ce que vous dîtes ?

De notre côté, y avait de la rascasse à gogo, sur la roche, le sable, dans la posidonie. On était à deux doigts  de se préparer une bouillabaisse. Au programme de la visite, donc, de la rascasse, des oursins en pagaille, beaucoup d’étoiles de mer et de bernards-l’ermite juchés sur des feuilles de posidonies.

articles-02-2872.jpg

                                        petite rascasse rouge, ou rascasse pustuleuse - scorpaena notata

articles-02-2850.jpg

articles-02-2862.jpg

articles-02-2869.jpg

                                              Pagure anachorète - pagurus anachoretus

                                        Porcelaine livide (luria lurida) dont le manteau recouvrait toute la coquille

articles-02-2858.jpg

Mais surtout un petit congre, tout fin, qui tentait de se faufiler entre les feuilles mortes de posidonie.

 articles-02 2864

Nous avons fait une sacrée trotte, et sommes descendus jusque 14 mètres. Volontairement limitée à une heure, la plongée fut somme toute de peu d’ennui. Même si c’est au petit bonheur la chance : un coup de phare par ci, le homard est par là. Un coup de phare par là, le congre d’1,50 m est ici.

 

  Bilan de la journée : levé à 5 h du mat’, couché à 00h30, trois plongées à 45m, 25m et 14m, pour une durée totale d’immersion de 2h46. Plein de belles choses, un bon mal de tête, et la méchante envie d’y revenir dès la semaine prochaine.

Eh bien non Siratus, cette fois, rien sur les blondes. Pourtant, y en avait un beau contingent. Nous dirons qu’elles ont su se tenir. Quoique, le matin, nous nous sommes bien demandés pourquoi elles restaient si longtemps sous le bateau au lieu de remonter : peut-être effectuaient–elles leur palier chacune leur tour ? Trois minutes de sécu chacune, ça fait environ dix minutes. C'est ça, non ?

 

  Pour la petite histoire, j‘ai plongé ce samedi avec un bloc de 15 litres, et ça fait un petit moment que je n’ai plus utilisé mon 18 litres (qui  doit être ré-éprouvé). Comme c’était un bloc du club, il avait un numéro…et devinez quel était son numéro ?

articles-02-2876.jpg

ON  NE SE REFAIT PAS ...

 

 

La vidéo du jour

Les séquences "sars tambours", c’est à Caramassaigne et les séquences de nuit, c’est à Sausset.

Musique de Bruno Coulais, tirée du film « Océans »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie 03/10/2011 22:22


Toujours extraordinaire tes recits et tes journees de plongees ....
Tu me donne vraiment envie de retourner en mediteranee...
Pour la plongee et pour les restos aussi...
Bises egyptienne


siratus 28/09/2011 15:37


Voici un compte-rendu de plongées rondement mené, très agréable à lire (grand sourire pour ton allusion aux blondes ;)), on est vite dans l'ambiance. Merci, Ray manta. J'apprécie la vision bio que
tu as. Et tu repère même une porcelaine. Amusant, le cliché du ménage congre et murène. Quant aux concombres impudiques, j'en ai vu aux Philippines (Palawan), ce qui déchaînait les amis-plongeurs
et me permit de faire des clichés X. (version soft sur ma galère, http://siratus-alabaster.over-blog.com/article-24665286.html).
La vidéo est super (bien que le défilement soit très très rapide) , avec le tableau final sur les oeufs de roussette, une très belle découverte.
Bonnes bulles


Ray Manta 29/09/2011 09:17



les concombres impudiques permettent à tout le monde de se lacher. J'aurais pu faire un article rien que sur les allusions salaces entendues sur le bateau !!



A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...