Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 16:36

  Cette journée du samedi 22 septembre avait pourtant mal débuté. L’automne faisait une entrée fracassante avec les premières pluies sur la région depuis un moment déjà. Puis l’été refusant de céder la place aussi facilement, le soleil a fait son apparition, et ne nous a plus quittés du week-end.

Pour ceux qui ont du mal à y croire, pour preuve cette photo prise à l’approche du rocher de l’Impérial du Large, près de l’Ile de Riou.

articles-04-4568-bloc.jpg

 

Malgré ce soleil radieux, une mauvaise nouvelle nous tombait dessus alors que nous nous préparions à embarquer. Le site choisi pour ce matin était … tan tan tan : l’Impérial du Milieu. J’en connais un qui doit rire dans ces moustaches à la lecture de ce récit. Plein de « Pff » ou « enCOOORe ! » se firent entendre de part et d’autre du quai des Goudes. Ca ne ferait que la cinquième fois en un an, que je plongerai sur ce site. La seule chose qui me consolait est que je pourrais aller rendre visite à mon pote le gorgo, et lui tirer à nouveau le portrait sous de nouveaux angles.

 

Mer d’huile, température de 25° à l’air et 20° à l’eau. Finalement, la journée n’était pas si mauvaise.

Arrivés sur le site de l’Impérial du Milieu, les forts courants remarqués de la surface firent changer d’avis le responsable de la plongée : Yessss (et adieu gorgo) !!! Nous contournâmes donc l’Ile de Riou pour tenter la Pointe de Caramassaigne. Déjà connu de mes services, ce site me plaisait beaucoup plus. Le courant était bien présent ici aussi, mais paraissait moins violent. Je me souvins que c’est ici que j’observai pour la première fois une gorgone rouge, version caméléon, il y a trois ans.

 

Me souvenant que cet endroit regorge de gorgones rouges, je préférais régler mon APN sur le mode vidéo. Y aurait moins de couleurs (je n’ai pas le phare adéquat), mais le rendu serait plus intéressant. De plus, j’ai déjà pas mal de photos du lieu. Donc, comme d’hab’, descente le long du tombant, les premières gorgones apparaissant dès 8 mètres de profondeur. Puis, en s’éloignant un peu de la paroi, nous retrouvions les gros blocs rocheux, densément peuplés de paramuricea clavata. Bienvenu au royaume de la gorgone rouge. C’est sans effort que nous avancions, puisque le courant perçu en surface nous poussait. Le retour s’avérerait délicat.

Passés la pointe de l’île, le courant disparaissant, nous étions à l’abri. Nous atteignîmes la profondeur de 40 mètres, et je m’aperçus que mon octopus lâchait des bulles en permanence. Je pris donc la décision de m’en servir en priorité, les bulles fuyantes servant au moins à m’alimenter. En dehors des gorgones, notre plongée fut agrémentée de quelques rencontres sympas : quelques branches de corail rouge, une galathée, une mini-murène bien tankée dans son trou, et le Shérif du lieu, une étoile de mer (echinaster sepositus) à 7 bras.

Comme supposé à la descente, le retour le long du tombant fut des plus sportifs. Par moments, palmer ne servait à rien, à part se fatiguer. Le seul moyen d’avancer était de se hisser à la force des bras en s’accrochant à la roche. Le plus délicat fut de trouver des prises sans trop d’animaux fixés. Pour tromper le courant, il fallait se faufiler derrière les saillies rocheuses, et avancer par petits mouvements en profitant des « coupures de courant ».

En rediscutant de cette plongée sur le bateau, nous est venu le regret d’avoir loupé une belle dérivante !!!

 

Après le traditionnel pique-nique sur le quai, c’est vers l’Ile Maïre que nous partions pour découvrir un site nommé « la Grotte à Corail ».

articles-04-4581-bloc.jpg

                                Crique abritant le site

A priori, ce site n'avait rien d’exceptionnel, si ce n’est ces belles voûtes, que l'on nous annonca ornées de corail rouge.

La grotte a deux entrées, situées à 13 et 15 mètres de profondeur. Son plafond est effondré depuis bien longtemps déjà, les blocs au sol font maintenant partie du décor. Le trou laissé par ces blocs, donne au centre de la grotte une allure de clairière. L’éclairage y est tout simplement surprenant.

articles-04-4588-bloc.jpgEn approchant de l’une des deux entrées, il est très important d’être parfaitement équilibré. Touchez le fond et c’est un nuage de particules qui obscurcit le passage. Touchez la voûte et ce sont des dizaines de branches de corail rouge qui cassent et vont rejoindre leurs congénères au sol. Gageons que celles-ci ne resteront pas longtemps au sol. Quelques plongeurs indélicats (si, si, ça existe) sauront se  donner bonne conscience en les ramassant.

On nous avait promis du corail ; efectivement, on en a pris plein les yeux !

articles-04-4592-bloc.jpgarticles-04-4589-bloc.jpg                    Corail rouge (corallium rubrum)

 

En ressortant de ce lieu envoûtant, nous prenions la roche à main gauche pour aller explorer les parois ornées de gorgones jaunes, jusqu’au sable à 26 mètres de profondeur. Autant Caramassaigne regorgeait de gorgones rouges, autant ce site a donné sa préférence aux gorgones jaunes. Parois, failles, anfractuosités diverses, dessous d’éboulis … tout support dur a été colonisé par eunicella cavolinii .

 articles-04-4616-bloc.jpg

articles-04-4638-bloc.jpgarticles-04-4621-bloc.jpg                                     Gorgones jaunes (eunicella cavolinii)

 

Les supports meubles ont, quant à eux, donné libre cours à l’implantation de gorgones oranges, à l’allure si caractéristique.

articles-04-4623-bloc.jpg                    Gorgone orange (leptogorgia sarmentosa)

 

Sur un rocher pelé, je vis le test d’un oursin mort depuis peu, quelques piquants gisant à ses côtés et les restes de sa « mâchoire » toujours présents juste en dessous.  

articles-04-4606-bloc.jpgarticles-04-4607-bloc.jpg 

Attiré par un large bouquet d’hydraires, installé sur une gorgone, ce sont des petites anémones qui éveillèrent ma curiosité. Leur support coquillier bien dissimulé par les algues, servait de refuge à un pagure peu farouche, qui accepta de me servir de modèle.

articles-04-4628-bloc.jpgarticles-04-4631-bloc.jpg                 Grand pagure (dardanus calidus) et ses anémones (calliactis parasitica)

 Le chemin du retour et notre autonomie en air nous permirent de retourner dans la grotte. La visibilité était bien moins intéressante qu’à l’aller. Dix-huit plongeurs étaient passés par là, au moins une fois déjà … Une mostelle hésitait à sortir de son trou tellement les curieux étaient nombreux. Les dernières minutes d’immersion au-dessus de la grotte eurent leur lot de découvertes. Tout d’abord, ces petits accès à la grotte, interdits aux plongeurs, sous peine de rester coincés.

articles-04-4641-bloc.jpgPuis cette illusion, ce rideau de bulles qui se dressait devant nous, comme un avertissement que la terre est bien vivante.

articles-04-4642-bloc.jpgL’air qui s’échappait de minuscules trous dans la roche, trahissait la présence de plongeurs juste en dessous de nous.

 

Alors que nous allions entamer nos paliers, une forme dissimulée dans les algues rouges ne put échapper à « œil de lynx ». Un petit poulpe pas plus gros qu’un pamplemousse m’observait, me défiait, puis s’enfuyait en me larguant une dosette d’encre noire à la face.

Après pratiquement une heure de plongée, nous remontions, enchantés de la découverte de ce site, et là je me corrige,  exceptionnel, et recelant pas mal de belles choses.

articles-04-4650-bloc.jpg                La crique

articles-04-4651-bloc.jpg            La même crique, en mode de prise de vue sous-marine. On se croirait soleil couchant !

ile-maire-grotte-a-corail.jpg                              L’Ile Maïre et la localisation de la Grotte à Corail (google heart)

 

La petite vidéo qui va bien !!!

Lien : http://www.dailymotion.com/video/k6QZMqz00ad81R3o5Pp

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice 24/09/2012 18:53

super récit et ça donne vraiment envie de découvrir les sites avec de magnifiques photos !

Ray Manta 24/09/2012 21:11



ben, quand tu seras en métropole ... avec un peu de chance !



A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...