Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 20:10

Ce week-end, je mettais fin à une bien trop longue disette subaquatique, après avoir bien révisé tous les signes importants en plongée (voir un post précédent). J’avais décidé de coupler cette sortie-club du samedi avec une troisième plongée dimanche matin, invité que j’étais par binôme Pascalou, qui venait sur Carry-le Rouet avec son nouveau club.

Poséidon, pour l’occasion, nous gratifia d’un week-end exceptionnel, autant pour l’état de la mer que les températures estivales.

 

Avant de démarrer ce nouveau chapitre de mes pérégrinations sous-marines, je tiens à rappeler que la plongée est affaire de spécialistes. Quand on plonge, on a droit à un minimum de confort. Et certains l’ont bien compris.

barnum1-bloc

 

De plus, cette structure permet de faire sécher son matériel entre deux immersions.

barnum2-bloc.jpg 

A part faire du camping sur le quai du port des Goudes, notre traditionnel camp de base, nous venons ici surtout pour plonger dans les eaux marseillaises. Au programme du jour, l’Impérial du Milieu et les Moyades de mer, deux grands classiques du club. Je vais finir par pouvoir les arpenter les yeux fermés.

 

A l’Impérial, je retrouve, durant la descente du versant Ouest, ce gorgonocéphale rencontré l’an dernier. Je suppose qu’il s’agissait du même, puisqu’il se situait au même endroit. Je testais, pour la première fois, ma lentille macro. N’étant pas encore équipé d’un flash déporté, c’est ma lampe à leds, récemment modifiée pour avoir une lumière plus diffuse, qui en faisait office. 

gorgon-1-bloc.jpggorgon2-bloc.jpg

                              Gorgonocéphale (astrospartus mediterraneus)

 

A peine le temps de faire quelques clichés que nous voilà déjà repartis. Le sable stoppa notre descente à 50 mètres de profondeur ; après une brève tentative de passer côté Est, un léger courant nous obligeait à revenir du côté Ouest. Luminosité et visibilité étaient au rendez-vous. Les gorgones rouges restent les maitresses des lieux. gorgone-bloc.jpg                            Gorgone rouge (paramuricea clavata)

 

  Après 15 minutes passées sous les 25 mètres, nous remontions le long des parois rocheuses, farfouillant deci-delà à la recherche d’organismes insolites. Sous une voûte, c’est une coulure d’éponge qui attirait ma curiosité. Son entortillement, dû aux divers mouvements de l’onde, lui donnait une allure de sucre d’orge.

oscarelle-bloc.jpgoscarelle-2-bloc.jpg                                             Eponge oscarelle bleue (oscarella lobularis),

                                             variante rose et blanche

 

 Nous avons rencontré, sur ce site, plus de plongeurs que de poissons … Nous sommes remontés au bout de 43 minutes, après avoir effectué nos quatre minutes de palier en compagnie de girelles joueuses.

rocher-bloc.jpg 

Après la collation sous haute protection anti-UV, ...

barnum3-bloc.jpg

... c’est vers les Moyades que nous fîmes route. C’est parmi les castagnoles et les mendoles que la plongée se réalisa.

casta-bloc.jpg                                                       Castagnoles (chromis chromis)

  mendole-bloc.jpg

                                 Mendoles (spicara maena)

 

C’était pas le jour où un profil de plongée inversé était possible. En effet, pour dépasser les 50 mètres du matin, il aurait fallu creuser dans le sable. Toutes les anfractuosités de la roche recelaient de la vie : nombreuses branches de corail rouge, rascasse, étoile de mer acrobate et bernard l’ermite « casqué et joliment chapeauté ».

corail-bloc.jpg                              Corail rouge (corallium rubrum)

         rascasse-bloc.jpg                            Rascasse pustuleuse, ou petite rascasse rouge (scorpaena notata)

         etoile-bloc.jpg                          Etoile de mer rouge (echinaster sepositus), acrobaties sur les branches de gorgone rouge

         pagure-bloc.jpg                             Grand Pagure (dardanus calidus),

                             colocataire d’une coquille de casque granuleux (semicassis granulata)

                             avec deux anémones commensales (calliactis parasitica)

  Après 50 minutes, nous refaisions surface, et là, oh surprise, plus de zodiac. Enfin, des bateaux, y en avait, à 15 mètres, à 20 mètres, à 50 ou 100 mètres … mais on ne trouvait pas le nôtre. Puis … la révélation ! Une barge était venue s’amarrer à la même bouée, faisant, par la même occasion, disparaître notre bateau derrière son imposant volume. Une mini frayeur !

zod-bloc.jpg port-de-carry-bloc.jpg

                             Port de Carry-le-Rouet, au petit matin

Pour ma troisième plonge du week-end, avec binôme Pascalou et binômette Patricia, nous formions la palanquée Bloc18. Binôme passant de temps à autre sur ce blog pour y lâcher quelques commentaires, et binômette, fidèle lectrice, qui serait bien inspirée d’en faire autant (le message perso est passée). Le départ se faisait du petit port de Carry, sur la Côte Bleue, au littoral fort agréable. Le site choisi se situait entre l’Ile de l’Elevine et la presqu’île du Moulon : le Tombant aux Gorgones du Moulon.

 

carry-bloc.jpg                            La Côte Bleue entre Carry et le Cap Moulon

Largués à quelques dizaines de mètres de l’Ile, c’est une plongée fort sympathique qui nous attendait, avec une belle paroi de gorgones, tombant à 35 mètres.

Mes premières photos furent pour deux jeunes gorgonocéphales, n’excédant pas 5 cm recroquevillés.

gorgo-1-bloc.JPG

gorgo-2-bloc.jpg                                              Gorgonocéphales (astrospartus mediterraneus)

 

J’agrandissais, par la même occasion, ma collec de gorgo. Deviendrais-je un expert en recherche de gorgo ? J’adore cet animal qui fait passer les ophiures, ses proches cousines, pour des organismes atrophiés. Binôme Pascalou m’avouera qu’il n’en voit qu’avec moi … « œil de lynx ». Ce week-end , c'était « plongée-gorgo » !

 

 La suite fut moins nette, puisque nous croisions une palanquée menée par un sanglier, à savoir un palmeur de fond. Certains devraient revoir leur palmage, quand ils se trouvent si près du sable, ou carrément couchés dessus !!! Un nuage de particules s’est élevé devant nous, gâchant ainsi cette partie du site.

Malgré tout, nous continuions notre chemin, pour arriver au bout du tombant vers 20-25 m, et déboucher sur un désert posidonien. Je me demandais si nous n’étions pas aller un peu vite, et si le spectacle gorgonesque s’achevait déjà. Equipés tous deux d’une boussole, mes binômes menaient bon train au-dessus de l’herbier. Je les suivais, résigné. Quand nous retrouvâmes un secteur rocheux, un grand OUF de soulagement se fit entendre sur toute la Côte Bleue !

Ici, crevasses et mini-tombants se succédaient : gorgones rouges ou jaunes à foison, étoiles de mer glaciaires, …glaciaire-bloc.jpg                                      Etoile de mer glaciaire (marthasterias glacialis)

 

Un banc de saupes nous fit même dévier de notre route, tellement sa danse était captivante. Mais les pros de la boussole veillaient.

Et ils nous amenèrent tous au rendez-vous avec le bateau. C’était le bon coin, mais le bateau était planqué derrière le cap. Il nous fallu un certain temps pour le comprendre, d’autant plus qu’un zodiac rouge, identique au nôtre, était visible à quelques centaines de mètres, près du rocher de l’Elevine.


Quoiqu’il en soit, certains ont su jouir de cette formidable plongée jusqu’au bout.

parachute-bloc.jpgtombant-des-gorgones--le-moulon-bloc.jpg

                                Tracé de la plongée

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...