Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 21:05

Conférence de Jean-Pierre Joncheray, 17 mai 2014, Camaret (Vaucluse)

conf-Jp-page001-b-copie.jpg

 

L’idée de plonger sur le Pourquoi Pas ? est née en 2011, au sein d’un groupe de plongeurs normands, passionnés d’épaves. Mais ne plonge pas qui veut sur le navire du Commandant Charcot. Anne et Jean-Pierre Joncheray, éminents archéologues sous-marins, étaient la caution scientifique indispensable à cette équipée. C’est Monsieur qui présentera le projet auprès du DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines) et de l’Agence du patrimoine culturel d’Islande. Cette expédition eut lieu en été 2013.

 

Il est venu nous relater cette aventure, invité par Marc Langleur, de "Bulles de Rêves", avec l'appui du club spéléo de Camaret. Les premiers arrivés eurent la chance de pouvoir échanger avec lui, et lui faire dédicacer certains de ses ouvrages. Pas avare de paroles, il a distillé certaines anecdotes amusantes.

 

depuis-avril-2014-2929-.jpg

 

Jean-Pierre Joncheray débuta son exposé par un rapide résumé de la vie et de la carrière du commandant Charcot, en insistant sur l’avant, le sud et l’Antarctique, et l’après, le nord et l’Arctique. Jusqu’au naufrage et au décès du « gentleman des pôles », le 16 septembre 1936.

 

Le Pourqoi Pas ? quittait Reykjavik, en direction du Danemark, puis Saint-Malo, sur une mer belle et calme, mais l’arrivée subite d’une extraordinaire tempête poussa le navire vers le nord, où il se fracassa sur le récif de Hnokki. Il sombra alors que Charcot avait fait jeter les ancres pour le stabiliser. Il n’y eut qu’un seul survivant qui, accroché à un débris, une échelle de coupée, gagna la côte où il fut recueilli par les autochtones. JP Joncheray souligna que les Islandais avaient une grande vénération pour Charcot, et de ce fait, le cimetière de Reykjavik, où reposent les marins du Pourqoi Pas ? est très bien entretenu.

 

L’épave fut très peu visitée depuis la catastrophe, notamment en 1961 par des plongeurs islandais qui remontèrent certaines pièces, en1984 par l’archéologue Jean-Yves Blot, puis en 2002 et 2006. Malgré ces visites, aucun relevé scientifique ne fut établi. Avant l’expédition de 2013, l’emplacement de l’épave n’était pas facile à retrouver. Le seul amer conséquent était un volcan situé à 50 km. En septembre 2012, c’est avec un hélicoptère que l’épave fut recherchée, à partir de vagues indications.

 

Présente quinze jours sur les lieux, mais les conditions météorologiques n’étant pas toujours au beau fixe, l’équipe ne put plonger que trois jours, par une température extérieure oscillant entre 0 et 20 degrés, et une eau à 8 degrés. Les conditions de plongée ont été très difficiles : outre la température, la visibilité estimée à 3-4 mètres et la luminosité pouvaient varier d’un moment à l’autre. Sans compter les vents et courants. La faible profondeur, entre 13 et 14 mètres, était cependant un atout.

Quant à l’épave, il n’en reste pratiquement plus rien, toute l’armature en bois a disparu. Ne restent que les pièces métalliques, très bien conservées, très peu concrétionnées. Peu de poissons vivent en ces lieux, surtout colonisés par les échinodermes. Quelques phoques ont fait leur apparition en présence des plongeurs.

 

En partant de l’arrière, les plongeurs ont pu reconnaître l’hélice, l’arbre d’hélice, le moteur, la chaudière, les bossoirs, les systèmes d’amarrage, les ancres, la chaîne, ainsi que du matériel scientifique, des hublots, des batteries, des ustensiles de la vie courante. De nombreuses pièces retrouvées n’ont pas pu être identifiées. L’ancre principale fut découverte à 150 mètres de l’épave, toujours accrochée à sa chaîne, tendue, et retrouvée au milieu des laminaires. La deuxième ancre fut retrouvée plus près, mais cassée. Ici, aussi, cela restera un mystère. L’épave fut laissée en l’état, rien ne fut remonté.

A la suite de cette expédition, un rapport fut remis aux autorités françaises et islandaises.

 

L’exposé ce fit devant un aréopage d’une bonne cinquantaine de personnes, concentrées et passionnées. L’archéologue se permit même quelques traits d’humour quand il précisa que lui, il plongeait sans gant. Ensuite, il répondit gentiment aux questions du public. La soirée se termina autour du pot de l’amitié, les sollicitations ne s’atténuant guère avec le verre à la main.

 

 

depuis-avril-2014-2941-.jpg

             Jean-Pierre Joncheray et Marc Langleur, le Master of Ceremony, avant les questions du public.

 

 

Vidéo tirée du site corsairedango.fr

 

BLOC-Notes :

 

Pour en savoir plus sur Charcot et le Pourquoi Pas ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Charcot

http://corsairedango.fr/escapades/islande/islande-1.html

http://www.pourquoi-pas.ch/carnet/pages_auxiliaires/photos_pour_pas.html

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc 22/05/2014 11:50

Merci Bloc pour ce beau reportage, Jean-Pierre Joncheray est un vrai passionné et amoureux des épaves, il sait transmettre ses connaissances et son savoir, à travers ses livres, et des conférences
comme celle-ci. Encore un immense merci à lui pour avoir fait le déplacement de St Raphael pour cette occasion.

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...