Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 07:00

Etre ou ne pas être un Poisson … ascendant scorpion

 

Même lieu et un autre poisson qui peut laisser de mauvais souvenirs. Après la décharge électrique, ce ne serait vraiment pas de bol de poser la main sur un scorpion. Il s’agit là d’un tueur aux aguets, un as du camouflage. Se confondant avec son environnement, il guette les proies imprudentes qui passent à sa portée, et les aspire avec sa bouche protractile*.

 

      RASCASSE TACHETEE (Scorpaena Plumieri)

             Spotted Scorpionfish (GB)

                     également nommée Poisson 24 heures 05-poisson-24h--23fevrier.jpg

       Canyons de Babodi, Saint Pierre, Martinique, 24 novembre 2010

 

Posée ici sur une éponge à volcans, cette rascasse, relativement grande, a bien failli rester inaperçue des homo palmus en vadrouille.

Comme toutes les rascasses, on ne la voit, souvent, que parce qu’elle a bougé. Se sentant dérangée, elle se déplace légèrement. Il vaut d’ailleurs mieux, car ses épines dorsales sont alimentées par des glandes venimeuses, les piqûres peuvent s’avérer fort douloureuses et provoquer une paralysie, état peu conseillé en plongée.

Je vous laisse deviner pourquoi on le nomme aussi "poisson-24 heures" …

Embranchement des Chordés

 -Sous-embranchement des Vertébrés

   -Super-classe des Ostéychthiens (vertébrés à squelette osseux)

     -Classe des Actinoptérygiens (poissons épineux ou à nageoires rayonnées)

       -Ordre des Scorpéniformes (poissons scorpions)

         -Famille des Scorpénidés (rascasses)

           -Genre Scorpaena

             -Espèce Plumieri 

 

   

BLOC-notes :

* qui peut être projetée 

- http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=58

 

Premier Décan : hamlet timide, priacanthe rouge, bourse cabri, raie électrique 

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 07:00

Etre ou ne pas être un Poisson … violent

  

Pour un plongeur, rencontrer un congénère de ce poisson est toujours un plaisir, qu’il mesure 40 cm de long ou 4 m de large.

Celui-ci nous attendait sagement sous le bateau, tranquillement posé sur un herbier, à - 8 mètres ; toutes les palanquées ont eu le loisir de l'observer. Mais attention, même s’il n’est pas agressif, ce poisson cache, sous son apparence paisible, une arme redoutable : une batterie d’organes électriques.

 

    RAIE ELECTRIQUE (Narcine Brasiliensis), Lesser Electric Ray (GB)

    aussi nommée Trembleur, Petite Torpille, Raie électrique brésilienne 04-raie-torpille-22fev.jpg

      Canyons de Babodi, Saint Pierre, Martinique, 24 novembre 2010

 

Branchée sur du 15 à 35 volts, la petite torpille (50 cm maxi) fait partie des 35 espèces de raies électriques. Ces organes très particliers se situent à l‘avant du corps, entre la tête et les nageoires pectorales, et servent à engourdir les proies. La décharge produite peut allumer une ampoule ou actionner une sonnette. Alors, si au cours d’une plongée, vous ressentez comme une alarme qui retentit en vous … Dring dring dring ! … retirez de suite votre main !!!

En période de carnaval, je suis assez satisfait d'avoir pu sortir ma Brésilienne !!!

  

Embranchement des Chordés

 -Sous-embranchement des Vertébrés

   -Classe des Chondrichtyens (poissons cartilagineux)

     -Sous-Classe des Elasmobranches (5/6 paires de fentes branchiales)

       -Super-Ordre des Sélaciens (requins et raies)

         -Ordre des Torpédiniformes (raies torpilles)

           -Famille des Narcinidés

             -Genre Narcine

               -Espèce Brasiliensis

 

BLOC-notes :

- http://www.dinosoria.com/raie_electrique.htm

- http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=1115

 

Premier Décan : hamlet timide, priacanthe rouge, bourse cabri

Repost 0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 07:00

Etre ou ne pas être un Poisson … bondissant

 

Un jour s’est écoulé depuis mon poisson rouge d'hier, et pourtant, dans ma réalité de plongeur-photographe, deux minutes seulement séparent les deux photos publiées.

Ce poisson très caractéristique se déplace par bonds successifs, et il est peu aisé d’en faire une bonne photo, à moins d'être très patient ; même si sa curiosité nous permet de l'approcher facilement. On le voit déambuler parmi les éponges, les coraux, les gorgones ou les algues, organismes dont il se nourrit ; il a une petite bouche pourvue d’une dentition redoutable. Il a deux signes bien distinctifs : deux épines dorsales au-dessus de l‘œil, et deux paires d’épines en forme de scalpels à la naissance de la queue.

 

       BOURSE CABRI (cantherines macrocerus)

           American Whitespotted Filefish (GB)

                également nommé Poisson-Lime à tâches blanches 

03-poisson lime à tâches blanches-21fev          Le Mât, Saint Pierre, Martinique, 23 novembre 2010

 

Malgré son nom, il fait partie de la famille des poissons-limes, très proche de celle des balistes (ou bourses). Les bourses ont fait l'objet d’un Poisson du Vendredi 

 

Embranchement des Chordés

 -Sous-embranchement des Vertébrés

   -Super-classe des Ostéychthiens (vertébrés à squelette osseux)

     -Classe des Actinoptérygiens (poissons épineux ou à nageoires rayonnées)

       -Ordre des Tétraodontiformes (groupe hétérogène, pelviennes anormales ou absentes …)

         -Famille des Monacanthidés (poissons limes)

           -Genre Cantherines

             -Espèce Macrocerus 

              

BLOC-notes :

-http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=1173

-http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=1163&num_visu=1  

 

Premier Décan : hamlet timide, priacanthe rouge

Repost 0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 07:00

Etre ou ne pas être un Poisson … rouge

 

Loin du cliché du poisson rouge tournant indéfiniment dans son bocal, je poursuis donc mes pérégrinations antillaises, avec ce poisson facilement reconnaissable : sa couleur on ne peut plus rouge, ses gros yeux et sa bouche oblique. D’environ 30 cm, il se rencontre par petits groupes, et se laisse facilement approché.

C'est un habitué des récifs coralliens ou rocheux. La nuit, il se nourrit de petits poissons, crustacés, vers et larves. Il sévit dans tout l’Atlantique, Mer Caraïbe comprise.

La consommation de sa chair peut provoquer une intoxication alimentaire, la ciguatera.

 

    PRIACANTHE ROUGE (priacanthus arenatus), Atlantic Bigeye (GB)

     aussi nommé Beauclaire soleil, Gros-Yeux rouge, Priacanthe de l’Atlantique …

02-beauclaire-soleil-20fev.jpg

       Le Mât, Saint Pierre, Martinique, 23 novembre 2010  

Embranchement des Chordés

 -Sous-embranchement des Vertébrés

   -Super-classe des Ostéychthiens (vertébrés à squelette osseux)

     -Classe des Actinoptérygiens (poissons épineux ou à nageoires rayonnées)

       -Ordre des Perciformes (Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales)

         -Famille des Priacanthidés (les priacanthes )

           -Genre Priacanthus

            -Espèce Arenatus 

 

 

BLOC-notes :

http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=997

 

premier décan : hamlet timide            

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 07:00

Etre ou ne pas être ... un Poisson

 

Né sous le signe du Poisson, j’étais peut-être prédestiné à pratiquer la plongée sous-marine, ou à m’intéresser d’une façon ou d’une autre à ces habitants du monde du silence. Les Poissons attirent le regard du plongeur par leur taille, leur nombre, leurs couleurs, leur comportement, leur rareté … Chapons, mostelles et mérous ont déjà fait leur apparition sur ce blog, dans le Vendredi qui leur est consacré.

La difficulté de remonter de bons clichés des poissons vient du fait qu’ils sont mobiles, pas comme les éponges ou les anémones que l’on a tout le temps d’immortaliser. Il faut savoir saisir le bon moment pour déclencher.

Blennies ou gobies ne sont pas ceux qui posent le plus de problèmes, mais plutôt les corbs, les labres ou les poissons chirurgiens. Les coquins nous voient comme des intrus qu’il faut, à tout prix, garder  à distance.

Homo Sapiens a regroupé les poissons dans l’embranchement des Chordés, sous-embranchement des Vertébrés.

   

Etre ou ne pas être un Poisson ?

Le HAMLET  semble tout indiqué pour inaugurer cette nouvelle rubrique, qui va me tenir éveillé et scotché à mon clavier pendant un mois.

 

     HAMLET TIMIDE (Hypoplectrus guttavarius), Shy Hamlet (GB)

01-hamlet-19fev.jpg

         Tombant de Coucoune, Saint-Pierre, Martinique, 25 novembre 2010

 

Le Hamlet est en fait un mérou en miniature (13 cm à l’âge adulte), au caractère farouche. L’approcher demande de la patience et des mouvements contrôlés.

 

Embranchement des Chordés

 -Sous-embranchement des Vertébrés

   -Super-classe des Ostéychthiens (vertébrés à squelette osseux)

     -Classe des Actinoptérygiens (poissons épineux ou à nageoires rayonnées)

       -Ordre des Perciformes (Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales)

        -Famille des Serranidés (1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule )

          -Genre Hypoplectrus    

            -Espèce Guttavarius

 

BLOC-notes :

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=1363

http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=1109&num_visu=1

 

Repost 0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 15:40
Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:47

Février, c’est le mois du carnaval …

Celui de Venise démarre demain, le 11.

Ceux de Rio et de Nice le 17, alors que celui de Dunkerque bat son plein depuis fin janvier. Sans oublier ceux de Martinique, de Guadeloupe, de Cologne, de Binche …

Bien utile un carnaval pour se réchauffer par les temps qui courent.

 

Les poissons aussi font leur carnaval : toujours plein de couleurs et de gesticulations devant l‘objectif.

 

Serran Arlequin (Serranus Tigrinus), Harlequin Bass (GB)

ou perche arlequin,  serran tigré

2012-carnaval-544-serran-arlequin.jpg

      Tombant de Coucoune, Saint Pierre, Martinique, le 25 novembre 2011

 

Ce petit poisson de 10 cm est peu farouche, curieux et même familier vis-à-vis des plongeurs.

C’est le serran le plus commun de la zone caraïbe. Il est étonnant de le savoir apparenté aux mérous !  

 

BLOC-notes :

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=725

http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=1143

 

Je tiens à remercier Courtial, qui commente régulièrement mes articles, pour le lien qu’il a laissé récemment. Faites connaissance avec un homonyme : bloc n°18

http://www.philateliedestaaf.fr/HTML/Timbres/loupe/Blocs/Bloc-18.htm 

http://1fatchenyons.canalblog.com/

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 16:55

 

Je parlais dernièrement des recherches Google qui menaient au blog. En voici une, datant d’hier : frequentation-du-06fev12.JPG

             Excellent ! J’adore …

J’espère que ce visiteur a trouvé ce qu’il cherchait.

C’est vrai que la plongée, c’est avant tout des rencontres gaies …

rencontre-gaie-la-perle.JPGrencontre-gaie-roraima.JPG… voire des amitiés profondes !!!

 

 

Repost 0
Bloc18 Ray Manta - dans infos
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:50

 

Cela peut paraître anodin pour certains, mais en Provence, la neige, c’est toujours un petit évènement. Qu’il y ait 5, 10 ou 25 cm de poudreuse, cela suscite toujours autant d’enthousiasme de la part des agents de la DDE. Cette fois, gare !!! On ne pourra pas dire qu’ils n’avaient pas été avertis. A l'heure où je compose cette prose (ben, non, je ne suis pas au boulot, je suis en intempéries), les flocons continuent de tomber ; et ça n'est pas prêt de s'arrêter.

 

S’il y en a bien quelques-uns qui sont aux anges, ce sont les plongeurs locaux.

01-masque.JPG

Nul besoin d’aller se perdre au fin fond des Alpes, à 3000 m d’altitude…

02-borne.JPGDès 300 m, la plongée sous glace régalera les amateurs de plongée extrême. Un peu de crapahutage sur les pentes enneigées, et hop, à l’eau !

03-les-pentes-du-Cougoir.JPG

Le matos est prêt …

04-matos.JPG

La direction du spot qui, paraît-il, regorge d’oursins melons ( echinus melo ), est bien indiquée.

05-melon.JPG

Les accompagnants non-plongeurs ne sont pas laissés pour compte, une autre activité est toujours possible : un peu de patience, une bonne scie, un fil et un hameçon suffisent.

06-peche.JPG

articles-03-3633.JPGSans nul doute, les fanas de bio seront ravis d’apprendre que les gorgones glaciaires, formidables sujets de photos, dominent le paysage. Et selon la luminosité, les résultats risquent d’être surprenants. Ambiance, ambiance !!!

08.jpg09.jpg

10.jpg

Cependant, il convient d’être prudent, ce genre de plongée doit respecter certaines règles.

Aux dernières nouvelles, un fou furieux qui avait tenté le SNOWKELING, a été porté disparu. Voici la dernière preuve de vie que nous avons de lui !!!

11-snowkelling.JPG 

Je vous re-balance ce lien, on est en plein dans l’actu !!!

http://www.youtube.com/watch?v=pdKVJDS1jZU

Repost 0
Bloc18 Ray Manta - dans anecdotes
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 18:25

(Bienvenue en ce lieu de perdition, aux nombreuses allusions au sexe, à la bouffe, à la chasse, aux alliances et tromperies, aux comportements les plus singuliers, aux attitudes les plus marginales. Cette rubrique va parcourir le monde sous-marin à la recherche des bizarreries et autres étrangetés de la nature. « Vous avez dit bizarre ! »

Cette rubrique s’adresse, entre autres, à tous ceux qui ne s’extasient pas devant une flabelline se gavant d’hydraires, ou un doris faisant bombance d’une éponge pierre. Toutes ces petites habitudes font partie de l’écosystème sous-marin, où chaque espèce a su trouver sa place)

 

« Love story »

 

Holothurie tubuleuse, kezako ? 

 

Mes débuts en snorkelling, puis en plongée, m’ont souvent emmené à observer une espèce de machin long et vraiment pas beau, que l’on pourrait comparer à une crotte !!! Le concombre de mer.

2-MED-holothuria-tubulosa.jpgLe concombre le plus fréquent en Méditerranée occidentale, appelé holothurie tubuleuse (holothuria tubulosa), n’attire pas le regard du plongeur de par sa forme exubérante ou par ses couleurs chatoyantes, comme ...

... l'holothurie serpent collante (euapta godeffroyi), de Mer Rouge2-MRG-euapta-godeffroyi-holothurie-serpent-collante-.JPG

 

 ... ou l'holothurie crotte d'âne (isostichopus badionotus), des Caraïbes.

2-CAR-Isostichopus-badionotus---hol-a-points-crotte-d-ane.jpg 

Le plongeur se détourne facilement de cet animal, qui attire fort peu la sympathie. Peut-être à cause de son régime alimentaire ! En effet, l’holothurie se nourrit de fragments organiques, ingérés dans de grosses quantités de sédiments ; en gros, elle bouffe sable et débris divers, et récupère ce qui peut lui être agréable. Tout le reste est éjecté par les voies naturelles, sous forme de petits excréments allongés, très reconnaissables.

 

Mais ce qui nous réunit aujourd’hui, ce n’est pas l’alimentation de l’holothurie, mais son mode de reproduction.

En septembre 2007, je plongeais du côté de Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var. C’était la première fois que j’observais une holothurie dressée.

081-holothurie-tubuleuse-dressee.JPG

                                              La Sèche d’Alon, Saint –Cyr-sur-Mer (Var), 2 septembre 2007

J’en conclus, tout bêtement, qu’il s’agissait d’un mâle. La position, vous en conviendrez, est équivoque, non ?

Après quelques recherches, je fus surpris d’apprendre que les holothuries, qu’elles soient mâles ou femelles, se redressaient toutes de la même façon, en relevant leur partie antérieure, en période de reproduction. Cette reproduction a lieu en été, généralement au mois d’août. Tout dernièrement, en septembre 2011, lors d’une plongée sur la Pierre de Briançon, archipel de Riou, à Marseille, nous eûmes l'occasion de profiter du spectacle.  2-MED-holothuria-tubulosa-reproduction-7.JPGLes holothuries, afin de pérenniser leur espèce, se réunissent dans un espace restreint. Là, les mâles se redressent, et confient leur semence à Dame Nature, laquelle va se charger de la donner, en premier lieu, en pitance aux poissons du voisinage, qui vont sauter sur l’occasion. articles-03-2764-holothurie-tubuleuse-lachant-ses-gametes.JPGPuis, fera office d’entremetteuse, pour faire se rencontrer gamètes mâles et femelles.

Au contact des gamètes mâles, les femelles, elles aussi redressées, vont à leur tour lâcher leur semence. Sacrée salade de concombres... Cet échange de fluides en pleine mer donnera des oeufs. Les larves, issues de ces œufs, auront une vie planctonique, et à ce titre, seront toujours des proies faciles. Elles passeront par plusieurs métamorphoses, avant de devenir véritablement des échinodermes.
Ce mode de reproduction, en posture dressée, est partagé par certaines espèces d'holothuries, mais ce n'est pas une généralité.

articles-03 2765-holothurie tubuleuse lâchant ses gamètesarticles-03 2766-holothurie tubuleuse lâchant ses gamètesarticles-03-2763-holothurie-tubuleuse-lachant-ses-gametes.JPGarticles-03-2838-holothurie-tubuleuse-lachant-ses-gametes.JPG

 

 

http://www.dailymotion.com/video/edit/xnz7e0_reproduction-des-holothuries_animals

 

Embranchement : Echinodermes        

   Classe : Holothuroïdes                                    

      Ordre : Aspidochirotes

         Famille : Holothuriidés

            Genre : Holothuria

               Espèce : Tubulosa

 

Sources : http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=595         

                 http://www.marinespecies.org/aphia.php?p=taxdetails&id=125182

                 (pour une classification légèrement différente)

 

 

Pour les curieux de bio, voir la dernière Minute

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 12:33

 

21 janvier 1793 : mort de Louis Capet, plus connu sous le nom de Louis XVI …

21 janvier 1924 : mort de Vladimir Illitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine …

21 janvier 2011 : naissance de Bloc , plus connu sous le nom de Bloc 18 !!!

Et une bougie mouillée pour Bloc, une …

blocIMG 3344

Tout d’abord, un grand merci à tous mes lecteurs.

Parce que sans lecteur, un blogueur perd vite l’envie.

L’idée de départ était de partager plus facilement les photos prises en plongée, puis, pris par le jeu, j’ai vite bifurqué vers une autre optique : raconter la plongée sur un ton décalé, voire moqueur, ou sarcastique … mais aussi balancer des infos, des idées, transmettre une passion, et surtout me faire plaisir. Différentes rubriques sont venues s’ajouter aux récits de voyages et résumés des sorties-club :  Infos ,  Anecdotes ,  Observations ,  Vendredi, jour du poisson ,  No Comment ,  La minute bio  … d’autres viendront encore certainement, au gré de mes inspirations.

 

Bloc 18, au bout d’un an, c’est :

- 79 articles publiés

- 17 albums pour 1632 photos

- 3813 visites

- 12799 pages visitées

Avec une journée record, le 6 octobre 2011 avec 207 pages vues ; et un mois record, septembre 2011 avec 1623 pages vues. Le blog a connu un petit boom des visites en juin, après la croisière en Mer Rouge, et un gros boom en septembre avec les sorties clubs sur Marseille.

articles-01 1911

Un autre aspect de la vie d’un blog, c’est le nombre de commentaires que les lecteurs laissent pour signaler leur passage. Malheureusement, soit mes articles n’inspirent pas les lecteurs, soit ceux-ci n’éprouvent pas le besoin de faire un petit coucou en passant. Alors, n’hésitez pas à vous lâcher : commentez, critiquez, donnez votre avis sur tout et rien, faites moi juste savoir que vous êtes passés, vous pouvez même écrire que je suis un Dieu pour vous (no problemo !) …Dans la mesure du possible, j'y répondrai volontiers. Et merci à ceux qui ont pris l’habitude de laisser quelques mots : Siratus, Sophie de Latitude 27, Courtial de Fatchenyons, Pascal de Regardelamer, FredMJG des nuitsduchasseur, Yvon d’images-photos-plongée, Pascualu et Air-One. Pensez également à vous inscrire à la Newsletter, et ne rien rater de votre BLOG PREFERE !!!

 

Sous le pseudo de Ray Manta ou de Bloc18, j’ai également pris l’habitude de laisser des com’ sur mes blogs favoris, à savoir :

http://1fatchenyons.canalblog.com/

http://petitesbullesdailleurs.fr/

http://lesnuitsduchasseurdefilms.com/

http://photo.sous.la.manche.free.fr/

http://www.regardelamer.com/

http://siratus-alabaster.over-blog.com/

http://www.after-dive.net/

http://www.images-photos-plongee.com/

http://www.latitude27.org/

http://petitesbullesdailleurs.fr/

 

Bloc 18 a également rencontré une nouvelle audience grâce à Facebook. BLOC DIXHUIT, c’est son nom, a aujourd’hui 82 « amis », plus que son créateur (si c’est pas un comble ça). Bien sûr, 50% sont d’illustres inconnus qui, par leur partage, font connaître le blog à leurs propres amis, et ainsi de suite …La plupart sont issus de groupes auxquels je participe par la publication de photos : photographe sous marin et DIVE EVER ... WORK NEVER !!! Passion plongée sous-marine. Et à force de consulter leur statut, ils ne sont plus tout à fait des inconnus.

La Fanpage bloc 18 est, par contre, restée, au point mort, avec sept fans. Là aussi, n’hésitez pas à « liker ».

 

Les statistiques du blog permettent, chaque jour, de connaître la provenance des visiteurs. Si certains arrivent via la Newsletter, ou via les réseaux sociaux, beaucoup découvrent le blog par la recherche sur Google. Et là, les surprises peuvent être de taille. Outre les traditionnels  « poisson clown », « gorgonocéphales » ou noms latins d’organismes sous-marins, j’ai eu droit à la visite d’un internaute qui cherchaient des renseignements sur les araignées de Martinique (les poilues, pas les crabes), également d’autres sans aucun rapport avec le thème du blog. Mais le pompon, c’est tout de même, à plusieurs reprises, des recherches sur les boîtes échangistes de Carro !!! Je ne suis pas sectaire, j’accepte tout le monde … tant que les commentaires restent lisibles et compréhensibles par toutes les classes d’âge !

 

 

Je vous invite à lire ou relire mon premier article, publié le 21 janvier 2011, véritable acte de naissance du blog.

 

                                                                       En route pour deux bougies …

290-grands-cerianthes--aux-pieds-enormes.jpg

 

 

 

Repost 0
Bloc18 Ray Manta - dans infos
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

N’ayant jamais plongé dans les eaux australiennes (ou plutôt « pas encore », restons optimiste !) , je n’ai pas de photo à vous proposer pour fêter le Nouvel An Chinois …

Le rapport avec la choucroute ?

 

Le 23 janvier 2012 débute l’année du Dragon d’eau. Ca tombe forcément bien pour un blog consacré à la plongée sous-marine. J’en reviens à mes moutons australiens ; pas de plongée en Australie, donc pas de photo de l’Hippocampe Feuille, plus connu sous le nom de Dragon de Mer ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Phycodurus_eques).

Je poursuis donc le passage en revue d’anciennes photos, celles de mes débuts en plongée.

Lors d’un séjour en Sardaigne, alors que je n’étais qu’un Niveau 1 tout frais, je plongeais avec un club spécialisé dans les grottes sous-marines de la Baie de Porto Conte (Nord-Ouest Sardaigne). Bien que Niveau 1, je dépassais souvent les 20 mètres autorisés … en Italie, on ne s’embarrasse pas de ce genre de considérations : 24, puis 28 mètres, pour effectuer le parcours dans les nombreuses grottes creusées dans la roche.

C’est au cours d’une de ces plongées, que nous avons fait la rencontre de ma première mostelle. D’abord lointaine, et juste aperçue dans un boyau, elle s’est retrouvée « nez à nez » avec notre palanquée, en voulant retrouver la pleine eau. Quelle drôle de surprise ! J‘eus juste le temps de braquer l’objectif pour capturer l’instant. Depuis, bien que les mostelles fassent partie de ces poissons que l’on rencontre régulièrement, je n’ai jamais réussi un cliché de la sorte.

 

                                             Mostelle (phycis phycis),

                                                  ou mostelle de roche, mostelle brune, forkbeard (GB)

200-face-a-face-avec-une-mostelle.jpg

                                cliché pris le 31 août 2006, dans la Grotte de Nérée,

                                                     Baie de Porto Conte , Sardaigne

 

Cette plongée à 28 mètres, ma dixième seulement, est restée bien ancrée dans ma mémoire, non à cause de cette mostelle, mais surtout pour la délicate mise à l’eau que nous avons dû effectuer. En effet, la région avait subi une invasion de méduses pélagies. En italien, puis en anglais, le chef du centre nous donnait rendez-vous à 5 mètres de profondeur. Je vous rappelle que j’étais novice à l’époque … Donc, bascule arrière et canard pour tous se retrouver à -5 mètres, sous les méduses. Ben finalement, ce n’était pas très sorcier cette histoire !

Le plus compliqué a été de remonter sur le zodiac !!! Toujours au milieu des pélagies … je vous le dis : un sacré souvenir !

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 07:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

 

En plongée, outre la recherche de sensations inhabituelles ou la découverte d’un écosystème et de ses habitants, l’une des choses qui me passionnent le plus, ce sont les couleurs. Ces couleurs que l’on ne soupçonne pas de la surface, et pourtant …

Au fur et à mesure de la descente, les couleurs disparaissent pour ne laisser que des nuances de bleu ; ben oui, le Grand Bleu, c’est pas pour rien !!!

Mais allumer un phare ou prendre une photo au flash, et alors là, on découvre une palette de couleurs plus éclatantes les unes que les autres. Je remonte souvent, de mes immersions, des clichés où n’apparaissent aucun poisson ou autre animal mobile. C’est tout simplement que la déco murale me semblait pas mal du tout ! Mélange des couleurs, opposition forte entre deux teintes, entrelacement des organismes offrant une formidable image pour l’arrière-plan d’un bureau d’écran. Celle-ci, en son temps, eut son heure de gloire sur mon ordi.

 

    Anémones encroûtantes jaunes (parazoanthus axinella)

                                 et éponge encroûtante bleuâtre (phorbas tenacior)

2012-01-13--21.JPG

    cliché du 23 septembre 2007, site de la Jaume Garde, au large de Giens (83)

 

Les anémones, que j’ai pris l’habitude de nommer par leur petit nom de parazoanthus (ça fait trop classe, et surtout plus rapide), sont tantôt rétractées, tantôt ouvertes. L’éponge, idem pour phorbas, à des teintes bleues, blanches, parfois translucides.

Parazoanthus  fait partie de l’embranchement des Cnidaires, rassemblant les anémones et assimilés, méduses, coraux en tous genres, gorgones … Parazoanthus apparaît souvent sur mes photos méditerranéennes (voir, par exemple, la plongée sur les Farillons).

Phorbas fait partie de l’embranchement des Spongiaires, autrement dit les éponges.

 

Ne perdez pas votre temps à chercher un rapport avec un vendredi 13, j’y crois pas une seconde … et non, pas de nageoire de poisson-lapin, d’algue-trèfle, de fer à cheval de mer, ou de requin gris-gris !!!

 

  

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 18:39

En janvier, les plongées se font rares, pour ceux qui sont restés en métropole. Depuis le 11 décembre dernier, je ronge mon frein … sachant que la prochaine sortie, si le temps le permet, aura lieu en février, dans une eau probablement atrocement fraîche !!

articles 0179

En attendant la « rentrée plongée 2012 », je vous propose un florilège des images filmées en 2011, pendant les sorties-club. En vrac, Carro et encore Carro, le Planier, la Pierre de Briançon, les Farillons, la Pointe de Caramasseigne, l’impérial du Milieu, et l’étang de Thau.

Bonne plonge !!!

 

Repost 0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 15:39

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

 

En feuilletant le dernier Subaqua, reçu hier, je tombe sur un bel article concernant l’Etang  de Thau. Heureux hasard, c’est le lieu de ma dernière plongée de l’année 2011, récemment relatée sur ce blog. Cet article mentionne toutes les difficultés à évoluer dans ce milieu si particulier, mais où la faune y est toute aussi particulière, à qui sait où poser les yeux. Poser les yeux et prendre une photo, sans voir apparaître des milliards de micro particules, issues du sédiment sur lequel nous déambulons. Les photos sont rares où les couleurs explosent… là, le vert domine, et le flash est bien inutile au regard de ces particules en suspension. J’ai tout de même tiré de cette plongée quelques photos « colorées ».

L’approche de la Fête des Rois, de son cortège de galettes et de couronnes, m’a rappelé que j’avais une photo sympa d’une double COURONNE d’un cérianthe solitaire, qui soit-dit en passant n’était pas si solitaire que ça en ce lieu.

 

           Cérianthe solitaire (pachycerianthus solitarius)

                 Ou grand cérianthe lisse, cérianthe de Thau ; cylinder anemone (GB)

2012-01-06.JPG

     Cliché du 11 décembre 2011, site du ponton de la Bordelaise, Etang de Thau

 

La couronne extérieure est composée de trois étages de tentacules; ici, seul le premier niveau est visible, mais on devine les autres en-dessous. Les longs tentacules de couleur claire sont parsemés de stries brunes et de tâches fluorescentes. Ce sont les tentacules pêcheurs.

La couronne intérieure, moins imposante, est de couleur très variable d’un individu à l’autre. Les fins tentacules entourent la bouche de l’animal. Ce sont les tentacules labiaux, qui récupèrent les proies saisies par les tentacules pêcheurs. Sur cette photo, l’extrémité des tentacules labiaux est fluorescente.

Ce proche parent des anémones (embranchement des cnidaires, classe des anthozoaires) constitue une espèce dominante des fonds vaseux de l’étang. Je n’ai eu que l’embarras du choix pour sortir une photo du contexte.

 

Pour en savoir plus :

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=279

Repost 0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 07:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

 

Rôti au four, poché sauce foie gras, laqué, farci, cuit au vin de paille ou au riesling, avec ou sans marrons, avec ou sans cèpes, aux pommes, aux figues ou à l’ananas  … En cette fin d'année, les solutions pour accommoder et se régaler d'un chapon ne manquent pas. Rien que d'aller lire les différentes recettes sur le oueb, j’en ai l’eau à la bouche ! Une bête d’environ deux kilos pour 4 à 6 personnes, c’est bon ! ça … j’ai !!!

 

         Chapon (scorpaena scrofa), ou grande rascasse brune ou rouge

                Cappone en corse

                       Large-scaled scorpionfish en anglais 171-chapon-parmi-les-gorgones.jpg

       Cliché datant du 22 septembre 2009, site de Capu di Vella, Galéria, Corse

 

Sur un superbe tombant de gorgones rouges, entre 30 et 45 mètres de profondeur, ce bel animal d'environ 40 cm, se tenait à l’affût et semblait attendre la malheureuse proie de passage. Il devait avoir le bon poids pour agrémenter une table de réveillon !

Pour ceux qui salivent encore, suivez le lien suivant …

http://www.recette-chapon.com/

… y a aussi des recettes pour « notre » chapon !

 

Le chapon a déjà fait l’objet du jour du poisson.

 

Finissez bien l’année …

 

Repost 0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 10:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Si j‘en avais ramené un de cette taille à la maison, on m’aurait lynché !!!

 

Ces arbres de Noël arborent en permanence des couleurs de fête. Ils peuvent être jaunes, rouges, roses, verts, blancs, gris, oranges, marrons … et peuplent toutes les mers chaudes du globe.

 

Vers arbres de Noël (spirobranchus giganteus)

 0365-P06-vers arbres de noël installés sur un corail éto

                    Cliché pris le 25 novembre 2010, sur le Tombant de Coucoune, près de Saint-Pierre, en Martinique

 

On ne distingue de ces vers, dits sédentaires et tubicoles, que leur panache branchial, indispensable à leur survie. Mais attention, à la moindre menace, ce panache se rétracte dans le tube, invisible sur le cliché, car incrusté dans le squelette de cette colonie de corail étoilé.

Etonnant que ce ver soit aussi appelé Spirobranche Géant, vu sa petite taille, qui ne dépasse guère les 10 centimètres …

Repost 0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 19:59

L’étang, les PHO-THAU !!!

blocIMG 3396

 

Retrouvez les photos du jour dans l’album,

gagnez la page 5 (n°060 à 135)

 

Parmi les nombreux sites qui parlent de Thau, deux ont retenu mon attention :

 

http://www.combio34.com/album/thau.php

 

http://fr.euronews.net/2011/11/30/biologie-marine-des-hippocampes-reintroduits-dans-l-etang-de-thau/

 

 

 

 

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 21:26

 « ATMOS’VERT, ATMOS’VERT »

 

J‘ai déjà plongé en eaux tropicales en décembre … c’est BON ça !!!

J‘avais jamais plongé en Méditerranée en décembre … bon ben, c’est frais, c’est fait !!!

 

  blocIMG_3425.jpg

Ce dimanche 11 décembre 2011, par une fraîche journée légèrement ensoleillée (on est dans le sud tout de même), nous voilà partis à cinq fadas du club, vers l’étang de Thau, pour deux plongées « bio ». A la sortie de Balaruc-les Bains (34), nous bifurquons sur le droite, sur un sentier qui va réserver bien des surprises.  

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le lieu n’est pas des plus accueillants. Il est fortement déconseillé de s’aventurer dans ce coin paumé, sans un habitué pour vous guider. Faut savoir prendre le bon chemin (boueux ce jour-là), au sortir de la route goudronnée. Puis, bien se repérer parmi les herbes folles et les ordures en tout genre, rouler au pas est indispensable pour éviter ornières profondes et nids de poules (voire d‘autruches)…

Soyons clair, on dirait que nous déambulons dans une déchetterie sauvage, le genre où il faut éviter de se perdre la nuit. C’était mon premier passage dans le secteur, et l’impression n’est vraiment pas extra !

 

Le site de plongée se situe entre un quai, qui aboutit à un petit phare, et un large ponton.

blocIMG_3244.jpg

Dans quelle catégorie classer cette plongée « très spéciale » ?

Plongée bio, sans aucun doute ! Pour photographes avertis, ce n’est pas incompatible. Mais on peut rajouter plongée technique, à déconseiller à ceux qui ne connaissent pas le sens du terme « poumon-ballast » ; autant dire qu’il est interdit de se tenir ou de s’appuyer où que ce soit, la couche de vase est tellement épaisse, que celui qui enfonce sa palme court le risque de la laisser sur place !!!

Je rangerais également cette plongée en catégorie « épaves » ou « récifs artificiels », tant ils sont nombreux : épaves de voitures (Renault, Austin …), épaves de petits bateaux, récentes ou très récentes, agglomérats de moellons ou de pneus (offrant des abris à toute la faune locale), bouteilles en tout genre …

C’est la déchetterie au-dessus et … en-dessous !!!

Enfin, c’est aussi une plongée « ambiance », le ressenti est très différent par rapport à une plongée classique en Méditerranée.

 

Le décor est planté, passons à l’organisation.

A ma droite, le club gardois de la « Panthère Rose »,

blocIMG_3338.jpg

A ma gauche, nous, le club drômois de la « Femme Sans Tête »…

blocIMG_3423.jpg

L’objectif, pour nous cinq, est de se mettre à l’eau avant la quinzaine de plongeurs gardois, histoire de voir quelque chose durant l’immersion …

Venir plonger ici, à plus de dix, c’est un peu de la folie : le site n’est pas très étendu, et le moindre coup de palme un peu rude soulève des mètres-cubes de particules. Quitte à en froisser certains, c’est une plongée « normande »… en Méditerranée. Oui, oui, attendez de voir les couleurs !

Le but de cette plongée est tout de même d’observer des hippocampes. Donc, évitons de soulever la vase, les petits poissons qui fusent de partout le font déjà suffisamment.

 

Suite à un petit souci sur un bloc, et vu la température de l’eau (14°C), nous programmons nos plongées comme suit : deux immersions d’environ 40-45 minutes. Et tout ça avec un seul bloc. Vous imaginez bien que pour moi, c’est un véritable challenge : deux plongées de 45 minutes, avec un bloc de 15 litres à 160 bars ! Largement réalisable à 8 mètres de profondeur maxi. Et comme il faut économiser ses mouvements et adapter son palmage, la conso reste réduite. blocIMG_3245.jpgPour un photographe, cette plongée est aussi très spéciale. La visi n’étant pas extra, il est hors de question :

1-d’utiliser le flash à chaque fois, because les particules.

blocIMG_3285.jpg                                              (moche, n’est-il pas ?)

2-de prendre son temps en réglages, ou en multipliant les clichés du même organisme, because perte rapide du binôme dans la soupe (ouf, binôme Air-One n’était pas là !!!).

blocIMG_3284.jpg 

L’atmosphère est totalement différente d’une plongée en mer, où le bleu est de mise. Ici, c’est le vert qui domine ; les particules en suspension opposent un écran à la lumière du soleil. Ce qui provoque d’étranges impressions, notamment lorsque nous passons sous le ponton.

blocIMG_3283.jpgLe paysage sous-marin est particulier, ce qui fait tout l’intérêt du site. Entre le quai du phare et le ponton, quelques herbiers de zostères, plante cousine de la posidonie, ornée d'anémones pin's, des sols couverts de débris coquilliers (moules, huîtres, coquillages divers …), et de la vase, de la vase et encore de la vase. Ce morne paysage est parfois entrecoupé de récifs artificiels, surtout des pneus isolés ou en « banc », qui servent de cachettes ou de supports. A noter que chaque pneu a été colonisé par un organisme différent : anémones, ascidies blanches , vers tubicoles …

 blocIMG_3299.jpg                       Spirographes (sabella spallanzanii) sur pneu "oublié"

Ce microcosme est dominé par les anémones, celle des herbiers (Paranemonia cinerea),

blocIMG_3253-anemone-des-herbiers.jpg

ou les anémones diaphanes (aiptasia diaphana),

blocIMG 3357les cérianthes solitaires (Pachycerianthus solitarius ), aussi nommés cérianthes de Thau,

blocIMG_3264.jpgblocIMG_3293.jpget les spirographes.

blocIMG_3288.jpgblocIMG_3396.jpgblocIMG_3415.jpgQuand je dis « dominer », je veux dire que ça pullule !

 

Hormis le ponton, qui offre, par ses piliers, un bon point d'ancrage pour les organismes fixés, ce sont les « récifs artificiels », tout ce fatras d‘objets balancés de-ci de-là, qui donnent l’occasion de photos peu habituelles :

-les ascidies blanches (phallusia mamillata) ont colonisé les parois de cette Renault.

blocIMG_3304.jpgblocIMG_3305.jpgblocIMG_3391.jpg

-des logettes de parpaings, comme des appart’ grand standing

blocIMG_3352.jpgblocIMG_3353.jpg-jeune épave pas encore colonisée

blocIMG_3390.jpg

Y avait tellement de bazar là-dessous, que la Conchita a laissé tomber le boulot !

blocIMG_3281.jpgToute cette ambiance spectrale, ces innommables immondices, cette vase omniprésente, accaparent toute l’attention du plongeur lambda, mais pas celle du plongeur bio. Flabellines, doris, holothuries, bernards l’ermite, huîtres impressionnantes, moules, étoiles de mer et gobies viennent compléter le tableau.   

blocIMG_3359-eolis-de-alder.jpg               flabelline éolis de Alder (aeolidiella alderi), amatrice d‘anémones

blocIMG_3392.jpg               doris marbrée (dendrodoris limbata)

blocIMG_3398.jpg               holothurie lèche-doigts de Plancus (ocnus planci)

blocIMG_3295.jpg                bernard-l’ermite, ou pagure anachorète (pagurus anachoretus)    

                et son anémone parasite (calliactis parasitica).

                (Comment fait-il pour avancer avec un tel machin sur le dos ??? )

blocIMG_3313.jpg               moules méditerranéennes (mytilus galloprovincialis),

               aux coquilles colonisées par des petites anémones (aiptasia diaphana ?)

blocIMG_3286.jpg             huîtres creuses (crassostrea gigas), certaines étaient vraiment « gigas »

blocIMG_3348.jpg               astérie bossue (asterina gibbosa), étoile de mer mini-riquiqui !

blocIMG_3372-gobie-noir.jpg               gobie noir (gobius niger), logeant dans un pneu

 

Ah, mais j‘oubliais … nous étions tout de même venus pour les hippo’. Alors, qu’en fut-il ?

C’est de retour vers le promontoire, lors de la première plongée, que binôme JPDP , le même qui avait vu le mola mola au Planier (binôme œil de lynx !), nous signale la présence d'hippocampus guttulatus. Ah, enfin …

Après cette aventure dans une contrée inconnue, où l’étrange côtoie le surnaturel, enfin l’apparition tant attendue !

Nous nous réunissons autour de lui, et très vite la vase rend les clichés difficiles. Je décide de « capturer » délicatement Hippocampus au creux de ma main, et de la déplacer quelque peu. Il en profite pour enrouler sa queue autour de mon petit doigt, le courant passe entre nous. Je le relâche, il ne semble pas effrayé, reste quelques secondes sur place, puis prend la tangente. J‘en profite pour le filmer et lui tirer le portrait, mais déjà ma palanquée disparait dans la « brume ». C’est avec regret que nous nous quittons. L’autre palanquée le trouvera sur son chemin lors de la seconde plongée.

blocIMG_3323.jpg             hippocampe moucheté (hippocampus guttulatus), ou hippo à long bec

C’est mon tout premier hippocampe en plongée!

Allez,... champagne !

blocIMG_3350.jpg

 

En conclusion rapide, cette plongée dans la soupe de Thau restera inoubliable, tant par l’atmosphère que par la rencontre tant espérée, la surprenante faune ou les objets inhabituels observés. Les clichés sortis témoignent de l’originalité du site. A refaire … par 22-23 °C, si possible !!!

blocIMG_3344.jpg

 

Les temps de Thau :

- première plongée : 8 mètres pour 42 minutes

- seconde plongée  : 7.5 mètres pour 49 minutes (ça commençait à faire frisquet vers les 30 minutes)

 

Le site :

etang-de-thau-bloc.jpg

 

 etang-de-thau2-bloc.jpg 

 

etang-de-thau3-bloc.jpg

 

Les vidéos :

http://www.dailymotion.com/video/edit/xmxr28_etang-de-thau-11-decembre-2011_sport 

 

L’album photos est en gestation.

Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 08:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Ne cédez pas à la panique, les bourses se portent bien !

Effectivement, les poissons-bourses de Mer Rouge sont en pleine forme : vifs, farouches, curieux ou menaçants. Même s’ils restent toujours à une distance raisonnable, il y a parfois le coup de chance qui fait que …

Les poissons-bourses sont plus connus sous le nom de balistes, ou poissons-gâchettes (certains guides de plongée les signalent en pointant les doigts comme des pistolets). Leurs couleurs, leurs comportements, leur mouvements, en font des sujets de photos intéressants.

 

Au cours de mes deux séjours en Egypte, j’en ai rencontré plusieurs espèces : baliste bleu (odonus niger), baliste à rides bleues (pseudobalistes fuscus), baliste titan (balistoides viridescens), baliste picasso (rhinecanthus aculeatus) … Ces poissons sont capables d'attaquer un plongeur qui leur apparaitra comme une menace ; la prudence est de mise en les approchant. De toute façon, ce n’est pas le plongeur qui les approche, mais eux qui approchent le plongeur ! Et leur rapidité les rend inaccessibles pour un homo palmus trop curieux ou trop entreprenant.

 

A-quatiques,

A-érodynamiques,

A-ggressifs,

Je décerne, à tous ces Bourses, un TRIPLE A !

 

          Baliste à rides bleues (pseudobalistes fuscus)

articles-01 0798

          Cliché pris le 5 juin 2011, à Marsa Mubarak,  Port Ghaleb, Egypte.

          Sa nageoire dorsale relevée est un signe de défiance.

 

           Baliste titan (balistoides viridescens),

           ou baliste olivâtre, baliste à tête jaune, baliste à moustache.

articles-01 1274

          Cliché pris le 6 juin 2011, à Daedalus Reef, Mer Rouge, Egypte.

Totalement hors de propos : je souhaite un joyeux anniversaire à Boštjan, mon pote slovène, Vse Najboljše ! (désolé si l’accent est mal orienté !)

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 15:40

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Je tiens à m’excuser auprès de tous mes fans, mais une panne d’ordi, un décès d’ordi devrais-je dire, m’a empêché de m’adonner à mon traditionnel poisson, la semaine dernière. Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre, j‘ai du matos tout neuf et j‘ai récupéré toutes mes données.

 

Pour le cliché du jour, je remonte loin dans le temps, aux balbutiements de mon autonomie en plongée. C’est lors d’une de mes dernières sorties de formation de Niveau 2, que j‘ai plongé pour la première fois sur la Grotte de Mr Perez, dans l’Archipel du Frioul, à Marseille.

Après un exercice de remontée assistée, nous avons fait un détour par cette grotte. C’est là que j‘ai, pour la première fois, réussi une photo de très près des polypes d’une gorgone rouge.

 

Gorgone rouge (paramuricea clavata) appelée aussi  gorgone caméléon, ou gorgone bleue (elle apparaît bleue dans l’eau, sans l’apport de lumière artificielle)

147-detail-des-polypes-de-gorgone-rouge.JPG

Photo prise le 9 septembre 2007, à l’entrée de la Grotte de Mr Perez, Marseille

 

La gorgone n’est pas un animal en soi, mais une colonie de petits animaux, les polypes.

Malgré les particules en suspension, la photo révèle bien les polypes, véritables bâtisseurs de cette structure résidentielle. Au centre, se trouve la bouche, dans laquelle les petits tentacules enfournent les micro-organismes nourriciers captés. La nourriture capturée par quelques-uns nourrit toute la communauté.

 

La gorgone fait partie de l’embranchement des cnidaires, au même titre que les coraux durs, les anémones ou les méduses ; classe des anthozoaires (qui exclut les méduses), sous-classe des octocoralliaires (polypes portant huit tentacules), par opposition aux hexacoralliaires (polypes portant six tentacules ou un multiple de six).

 

 

Dans le même groupe des octocoralliaires, se trouve le célèbre corail rouge.

 

 

Repost 0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:45

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Depuis un moment déjà, Bloc Dixhuit, c’est-à-dire moi, a sa page sur Facebook. J’ai intégré un groupe intitulé « Photographes sous-marins », dont la responsable et l’essentiel de ses membres vivent à la Réunion. Ce groupe a pour vocation de partager ses plus beaux (ou moins beaux) clichés, sans avoir peur de recevoir des compliments ou des critiques, constructives évidemment.

C’est sûr que ça énerve de voir des photos prises tous les jours de l’année, dans une eau limpide, et chaude. Mais le plus énervant encore est que la plupart des photos postées sont, tout simplement, magnifiques, et souvent  très réussies, techniquement parlant. Que ce soit en macro ou grand angle, luminosité, couleurs, formes et originalité sont au rendez-vous.

Y a du bon matos, si j’ai bien compris. Et moi, avec mon APN et mon caisson étanche, sans flash déporté, souvent en mode « sous-marin », j’ai encore du boulot, d’un point de vue technique.

Dernièrement, l’un des membres a posté une superbe photo d’un poisson-flûte, en gros plan, tellement réussie qu’on aurait dit un trucage …

Et hier, alors que je me creusais les méninges pour sortir une photo pour le « poisson » du jour, mon ordi faisait défiler diverses photos. Parmi celles-ci, j’ai trouvé celle que je vous propose aujourd’hui.

 

Poisson-flûte (fistularia commersonii)

Aussi nommé trompette (à la Réunion), fistulaire à points bleus, cornette à taches bleues, poisson-flûte lisse, aiguillette du fond, fistulaire de Commerson

vendredi-jour-du-poisson-0972.jpg

                Photo prise le 05 juin 2011, sur Elphinston Reef, en Mer Rouge

 

Ces poissons ne sont pas farouches, s’approchent sans crainte des plongeurs, j’ai même eu l’occasion d’en toucher un qui me passait au-dessus. Je peux même dire que, par endroits, ils pullulaient.

 

Chorégraphie pour flûtes vendredi-jour-du-poisson-1596.jpg

 Photo prise le 8 juin 2011, sur Little Brother, en Mer Rouge, vers 30 mètres de profondeur

 

 

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 11:11

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Avez-vous remarqué la date d’aujourd’hui, nous sommes le 11.11.11 …

Alors, ça fout la trouille, non ! Ben non, même pas peur.

Aucun satellite ne va nous tomber sur la tête, aucun astéroïde ne va venir nous percuter ?

Mais où sont donc passer les charlatans de la voyance et les conspirationnistes en tout genre ?

Ce qui est sûr, par contre, c’est que le 11 novembre se fête, encore et toujours, par chez nous. Un brin de patriotisme, avec ses quelques photos, et oui …, plusieurs clichés pour être à la hauteur de l’évènement.

Tout d’abord le BLEU

475-P08-eponge-encroutante-etoilee.jpg

           Eponge encroûtante étoilée (halisarca sp), la Perle, Martinique, 26 novembre 2010

Puis le BLANC

vendredi-jour-du-poisson-3788.jpg

             Anémone géante (condylactis gigantea), en phase de blanchissement,

                               Le Diamant, Martinique, 30 novembre 2010

Et enfin, le ROUGE

vendredi-jour-du-poisson-3798.jpg

      Ver arbre de Noël sur éponge encroûtante veinée rouge ( spirobranchus giganteus sur monanchora arbuscula ),

                     Le Diamant, Martinique, 30 novembre 2010

 

Et là, encore plus fort : BLEU BLANC ROUGE

vendredi-jour-du-poisson-3750-1190.jpg

Eponge encoûtante étoilée et éponge encroûtante veinée rouge, avec un organisme blanc, sans doute mort ou

blanchi ( ?). Ce sera mon organisme inconnu !!!

Le Diamant, Martinique, le 30 novembre 2010

Le petit truc au milieu est aussi un ver : sabelle jaune (notaulax occidentalis)

 

Retrouvez l’anémone géante blanchie sur cette page spéciale blanchissement

Repost 0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 07:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Ce mois de novembre naissant me ramène un an en arrière, lorsque mon voyage en Martinique n’était encore qu’une vue de l’esprit. J’ai ramené de ce voyage un nombre impressionnant de clichés, dont beaucoup sont venus agrémenter les albums photos de ce séjour  .

En plongée, certains organismes ne se remarquent que lorsqu’ils daignent bouger. Le moindre mouvement trahit leur présence. Et bien ce n’est pas le cas de ce crustacé qui, même immobile, attire le regard. Etant donné sa taille, il est visible comme le nez au milieu de la figure. Même replié, il aurait du mal à tenir dans une assiette …

Adulte, son corps peut mesurer jusqu’à 18 centimètres ; avec les pinces, imaginez la taille du monstre !!!

 

vendredi-jour-du-poisson 4210-1526

Crabe araignée épineux, ou araignée de mer verruqueuse

(mithrax spinosissimus),

channel clinging crab (GB)

Cliché pris le 4 décembre 2010, sur le site de la Citadelle, région de Saint-Pierre, profondeur environ 30 mètres.

 

Dans la vidéo, le crabe apparaît à 12’36.

Cette photo est tirée de l'album n°2, page 11, n°328.  

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 06:00

C'EST VENDREDI, JOUR DU POISSON (et autres organismes marins)

 

Et ça y est, j’ai trouvé mon masque pour Halloween !

 

La recherche fut difficile mais enfin, j’ai ce qui correspond à l’évènement :

Couleur

   Horreur

      Tronche à faire peur …

 

Ce chapon était fort paisiblement posé sur un lit d’algues, quand nous sommes arrivés. Il m’a fort paisiblement laissé approcher pour lui tirer le portait. Et il a fort paisiblement accepté le flash, sans broncher. Je vous le dis, ce TRUC est in-quié-tant !

D’habitude, le chapon laisse un espace raisonnable entre lui et l’intrus menaçant, quitte à se déplacer de quelques mètres. Mais là, rien, pas un "sourcil" n’a bougé.

 

Chapon, ou grande rascasse brune (scorpaena scrofa), large-scaled scorpionfish (GB)

168-chapon--photo-d-identite.jpg

Cliché pris le 25 septembre 2010, sur le site de Negre del Falaguer, à l’Estartit

(Costa Brava, Espagne)

 

Repost 0

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...