Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:13

(n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés. Vous découvrirez plein de nouvelles photos)

Iles San Benito : "show" les adultes !

Les arides îles Saint Benoît sont au nombre de trois, c’est sur l’île la plus à l’est, Benito del Este, que se déroulèrent nos plongées. L’idée était de contourner un promontoire rocheux pour s’engager dans une petite crique où sont installés les pinnipèdes, phoques et otaries.

C’est sur ce spot que je goûtai pour la première fois à la plongée solo.

La palanquée de quatre se scinda vite en deux, lorsque chacun pensa avoir trouvé le chemin de la crique. Alors que les premiers s’empêtraient dans un espace exigu et goûtaient aux joies de la machine à laver, de notre côté, nous croisions la route d’une raie guitare (zapteryx exasperata).

sur une aire de guitare

sur une aire de guitare

Puis, mon binôme désirant explorer d’autres lieux, alors que je comptais attendre le retour de mes french comparses (qui jamais ne revinrent), je me retrouvai seul.

Ah, la plongée solo … vaste débat !

Je décidais de suivre le chemin pris par mon binôme, mais ne pouvant le rattraper, je me laissais porter par le ressac le long d’un beau tombant, emporté par le mouvement des courtes pousses de kelp, m’intéressais de plus près aux Garibaldi, mais me faisais pratiquement agressé par les "kelp bass" à la mine patibulaire et bien trop entreprenants à mon goût.

Après quelques minutes, je croisais un groupe, et tout en restant à proximité, continuai seul mon petit bonhomme de chemin. A l’approche de la crique tant recherchée, le ressac fit rebrousser chemin à tout le monde, la visibilité devenant médiocre à cause des innombrables fines particules d’algues et des grains de sable en suspension. Sur le chemin du retour, je retrouvais d'autres plongeurs qui désiraient persévérer dans la recherche de la crique, alors que je voulais reprendre le tombant en sens inverse, et y finir ma plongée. C’était le seul endroit où j’avais croisé une otarie lors de cette immersion.

Bien m’en a prit, car trois individus adultes accompagnèrent mon dernier quart d’heure sous-marin. Sondant, remontant, dansant, gesticulant, en couple, ou en triplette, puis revenant à la charge lorsque je larguai mon parachute pour signaler ma présence au speed-boat, ils semblaient s’offrir à l’objectif de l’appareil photo. Le parachute devenant une nouvelle cause d’amusement.

ballet en surface

ballet en surface

La présence sur les lieux du Nautilus Explorer attira la Marine Mexicaine. Après cette première plongée, nous reçûmes la visite du "Commandante" du navire militaire, accompagné de quelques gardes armés, qui fouillèrent le bateau, contrôlèrent toutes les autorisations, et vérifièrent les identités de tous les passagers. Ce qui n’avait pas l’air d’offusquer l’équipage, rôdé à ce genre de manœuvres. On nous informa que cette visite impromptue avait pour but d’assurer notre sécurité, et on nous rappela "amicalement" qu’à Guadalupe, on ne touche pas les requins, et on ne sort pas de la cage !

Après ce contretemps, la deuxième plongée fut planifiée.

Elle eut aussi son lot de surprises : une raie-guitare, encore, nous invita à la suivre quelques temps. Puis un requin dormeur cornu (heterodontus francisci) embusqué fut débusqué, et se laissa approcher durant quelques minutes, avant de nous laisser en plan.

le dormeur s'est réveillé

le dormeur s'est réveillé

Mais nous étions là pour voir des otaries, alors nous tentâmes une nouvelle fois d’approcher la crique. Le speed-boat nous lâcha d’ailleurs tout près. Malheureusement, la situation était encore pire que le matin, le ressac encore plus violent, la visibilité encore plus médiocre. C’est donc sur le tombant que se passa la majeure partie de la plongée. Et là, encore, les otaries adultes firent le show. Jouant tantôt dans l’écume des vagues brisées sur la roche, tantôt dans les pousses de kelp, passant d’une palanquée à l’autre, ça gesticulait, ça se tortillait, ça se déhanchait, ça se contorsionnait, ça défiait les lois de l’apesanteur. C’était tout simplement drôle !

Tout laissait penser que les otaries venaient pour se faire photographier, prenant des poses, s’immobilisant juste devant les plongeurs, lâchant quelques bulles, histoire de faire comme nous.

otarie bulleuse

otarie bulleuse

Le spectacle était total. Tout le monde eut droit à son show particulier. Il suffisait d’être patient et d’attendre son tour. Mais alors que les otaries cherchaient visiblement le contact avec l’humain, un phoque (ou veau marin, phoca vitulina) pointa son nez à proximité mais garda ses distances, se montrant fort timide. Ҫa tournoyait toujours au-dessus de nos têtes, quand une seconde raie-guitare se mêla à la surprise-party. Si bien que nous ne voulions plus sortir de l’eau, nombreux furent les blocs consommés jusqu’aux dernières goulées d’air.

Le temps perdu lors de la visite des marins mexicains ne nous permit pas de replonger au même endroit, la situation s’étant dégradée dans l’après-midi, le ressac se renforçant encore. C’est sur Kelp Rock, un rocher émergeant tout proche, que nous fûmes largués. Pas d’otarie cette fois, même si la possibilité d’en voir existait bel et bien. La roche était couverte de kelp en phase de repousse.

la danse du kelp

la danse du kelp

Loin d’être monotone, cette plongée nous proposait simplement autre chose. Enormément de poissons Garibaldi nous accompagnèrent durant le parcours, qui nous amena durant de longues minutes au-delà de 25 mètres (la plus grande profondeur de la journée), nous donna une fois de plus l’occasion de suivre une raie-guitare. Nous fîmes deux fois le tour du rocher, tout en remontant, tandis que la mer perdait de son calme. La remontée sur le speed-boat fut la plus sportive de la journée.

Après cette dernière plongée sur San Benito, le Nautilus Explorer prit la route vers Guadalupe.

Enfin ! allais-je dire.

A SUIVRE ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...