Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 17:06

Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand Blanc.

 

Bon visionnage !

 

Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 20:08

Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur.

 

Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion.

Ici, les Anges volent bas.

Avec sa dégaine d’avion furtif, le Requin Ange (squattina squattina) est le principal attrait sous-marin de cette île canarienne. On vient y plonger pour le voir, encore et encore.

Sur fond de sable ou décor de roche volcanique, ou même encore parmi les structures effondrées d’épaves, le Requin Ange s’offre à la vue de qui veut bien le repérer, et accepte la présence des visiteurs palmés dès lors que ceux-ci ne se montrent pas trop insistants.

 

Un Ange passe …

C’est sur des sites tels que « Waïkiki », « agujero azul », la « catedral », « veril de Playa Chica » ou « los Pecios », le cimetière d’épaves du port de Puerto Del Carmen, ou encore sur les spots de l’Ile de la Graciosa, que nous avons eu la chance d’en observer quelques-uns. Parfois se dodelinant dans le courant, parfois enseveli dans le sable dont il a la couleur, et ne laissant dépasser que ses petits ailerons arrière.

 

Parmi les autres espèces de cartilagineux rencontrées, citons les raies : pastenague commune ( dasyatis pastinaca), pastenague africaine (taeniura grabata) et papillon épineuse (gymnura altavela). Et n’oublions pas l’ENORME cerise sur le gâteau : ce requin-marteau qui est venu nous survoler sur le site de Waïkiki !!!

 

Si vous passez un de ces jours vous immerger sur Puerto Del Carmen, plongez frenchie ...

 

Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Un Ange passe …
Repost 0
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 21:02

Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ...

San Diego semble définitivement tournée vers la mer.

Ci-dessous , un florilège des clichés "maritimes" rapportés de là-bas.

San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )
San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )

San Diego Airport, Point Loma (Shelter Island), Seaport, Downtown, les plages, La Jolla Cove, Old Town, USS Midway Museum, Maritime Museum ("Star of India", caravelle "San Salvador", sous-marin soviétique, "Surprise", sous-marin américain )

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 16:59

(info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos)

Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes !

Grand requin blanc

Great white shark

Tubarão branco

Tiburon blanco

Weisser hai

Wyssa hai

Vit haj

Sur le Nautilus Explorer, existaient sept différentes façons de nommer l’obscur objet de notre désir, pour qui nous étions venus nous perdre dans ce coin reculé du Pacifique.

GUADALUPE

L’Ile Guadalupe, caillou volcanique de 35 km sur 10, planté dans l’Océan Pacifique à 240 km des côtes mexicaines, fut donc le théâtre de la suite de nos aventures américaines, après les plongées "sea lions" des Iles Cedros et San Benito. Classée Parc National depuis 2003, Isla Guadalupe a vu ses populations d’otaries de Guadalupe et de Californie (Arctocephalus townsendi et Zalophus californianus) augmenter, après 60 ans de chasse commerciale et la quasi disparition de ces deux espèces de cet endroit du Pacifique. Mais ce ne sont pas ces sympathiques pinnipèdes qui nous ont attirés en ces lieux, mais bien le légendaire Grand Requin Blanc (Carcharodon Carcharias), qui tous les ans à la même période, revient marauder dans le secteur.

Comme un symbole, un îlot rocheux en forme d’aileron orne l’extrémité de l’île.

l'Aileron de Guadalupe

l'Aileron de Guadalupe

Entre juillet et novembre, chaque année, les Grands Blancs reviennent de leur périple au milieu du Pacifique, entre Hawaï et Guadalupe. Plusieurs hypothèses existent à propos de ce grand rendez-vous annuel : l’abondance de nourriture bien sûr, les otaries étant un met de choix pour les prédateurs. Mais la raison qui semble l’emporter auprès des scientifiques, serait que Guadalupe est un lieu de reproduction. L’île serait donc un lieu de rencontre, d’où les femelles repartiraient fécondées. Ajoutée à cette concentration de squales, une visibilité exceptionnelle jusque 40 mètres, un bleu profond et lumineux, et vous avez là un lieu idéal pour l’observation des Grands Blancs.

Point de plongée scaphandre à Guadalupe. C’est tout simplement interdit. Ici, seul le "cage diving" est autorisé. Ici, on met l'humain derrière les barreaux. Ceux qui plongent ici en bouteille (ou sans) ont des autorisations particulières (recherches scientifiques, documentaires…). Quoiqu’il en soit, sur le Nautilus Explorer, c’est juste hors de question. Certains par le passé nous avaient avoué avoir monnayé la sortie de la cage, nous avaient montré des photos, mais, en réalité, aucune preuve qu’ils étaient bien sortis. Des sociétés jouent à ce petit jeu du service payant, sous conditions de n’avoir aucune preuve du délit. A leurs risques et périls.

C'est début octobre que nous avions choisi pour ce voyage. Entre juillet et septembre, les requins sont certes plus nombreux mais de taille raisonnable. Entre septembre et novembre, les conditions sont un peu moins bonnes, mais les plus imposants arrivent.

Le Nautilus Explorer propose une organisation bien rôdée : 24 plongeurs, divisés en quatre groupes de six. Quatre cages : deux qui descendent toutes les 45 minutes à 10 mètres, une adossée au bateau qui descend à 3 mètres, et la dernière qui descend à 6 mètres, et à laquelle on accède par une échelle sécurisée. Ces deux dernières sont en accès libre, mais limitées à trois plongeurs. Chaque groupe de trois paires descend tour à tour dans les "30 feet cages" pour 2 ou 4 personnes, trois fois par jour. Ainsi chaque duo profite de la cage à deux une fois par jour, elle est certes plus petite, mais on s’y bouscule beaucoup moins. Les deux cages dites profondes accueillent chacune un divemaster, qui va gérer descente, remontée, divers substances appétissantes, et certains comportements déviants.

Alors que l’équipage s’affairait à descendre les quatre cages dans l’eau, nous reçûmes la visite des gardiens de la Réserve, accompagnés de militaires, venus vérifier les autorisations, et rappeler les règles de savoir-vivre à Guadalupe. Par ailleurs, loin de cette agitation, deux baleines à bosse faisaient leur apparition à quelques encablures.

GUADALUPE

Les consignes dans les cages sont simples : photographes et vidéastes, tout le monde donc, sont priés de garder les coudes sur le bord de la cage quand ils sortent leurs appareils. Toutes ces consignes ont été respectées … vingt minutes. Après ce fut "freestyle" : les coudes dehors, les bras dehors, la tête dehors, le torse dehors. Si on avait pu s’attacher une jambe à la cage et sortir tout le reste …

GUADALUPE

Dès notre première immersion à 6 mètres en "free access", alors que les "deep cages" effectuaient leur voyage inaugural, un premier Grand Blanc faisait son apparition. L’émotion était à son comble, nous avions traversé la moitié de la planète pour lui ! Et il ne fut pas avare en passages. Puis espérant toujours un peu plus, nous attendions avec impatience notre tour de "profonde", ayant bien vite remarqué que les squales tournent surtout autour des cages les plus basses, même s’ils ne rechignent pas à remonter sous le bateau, offrant de magnifiques points de vue à tous les photographes.

Les cages en accès libre avaient leur intérêt bien sûr, mais aussi beaucoup d’inconvénients : selon le courant, on s’y prenait toutes les bulles qui venaient d’en dessous, pour une plongée-champagne des plus exceptionnelles.

Et pour la cage à 0-3 mètres, mieux valait enfiler un casque, car arrimée directement au bateau, elle subissait tous les soubresauts provoqués par le ressac, et les pertes d’équilibre étaient chose courante.

Partis du bon pied avec ce premier requin, l’espoir d’en voir plus et de plus près nous fit vite oublier que le requin est libre, et qu’il ne se commande pas. "That’s nature !" dixit Captain Stefan. Du coup, par défaut, nous nous focalisions sur les nombreuses carangues et les quelques thons qui sont les véritables habitants des lieux. Parfois même, je me surprenais à observer les cténaires, ceintures de Vénus et groseilles de mer, et les petites méduses de passage. Durant le séjour, le spectacle alla crescendo, démarrant doucement, un requin par ci un requin par là, pour terminer en apothéose les deux derniers jours, avec l’apparition du célèbre Bruce (le plus grand mâle connu), qui nous gratifia d'incessants passages de tous côtés, dessous, dessus, à ras des cages … Sûr qu’il nous aurait rejoints s’il avait pu se faufiler dans la cage. Un vrai festival !

Bruce #007

Bruce #007

Grâce au "catalogue" où sont répertoriés 170 squales, nous avons pu confirmer la présence de Rio #82 qui arbore de belles taches noires au-dessus de la mâchoire, Howard #73 à l'aileron crénelé, El Diablo #99 reconnaissable à son museau abîmé et sa cicatrice à tribord, Bella #36 grosse femelle bien abîmée par la vie, et enfin Bruce #007, ainsi que celle d’un mâle encore inconnu dès la première plongée. Nous reçûmes aussi la visite d’autres individus, mais aucune photo ne nous permit de les identifier clairement. Tous ces requins étaient de très belles bêtes, mesurant toutes entre quinze et vingt pieds (soit 4.50-6 mètres).

El Diablo #99

El Diablo #99

Bien sûr, tous ces squales ne viennent pas vers nous pour nos beaux yeux. D’autant plus que nous n’étions pas seuls sur la zone. Il y avait en permanence au moins quatre bateaux, à distance raisonnable, qui se disputaient les faveurs des seigneurs de la mer. La technique de l’appâtage est utilisée pour stimuler l’appétit des requins. En premier lieu, un mélange de sang , d'eau et de petits morceaux de thon est déversé dans l’eau, loin de la technique du "chum" qui consiste à répandre de grandes quantités d'une mixture de sang et d'huile. Puis dans les cages, les divemaster disposent de gros quartiers de thon emballés dans un sac de toile. Pendant chaque session de cage profonde, ce quartier de thon va être mis à mal afin d’attirer les requins opportunistes à l’affût d’une proie facile. Le but n’étant pas de nourrir directement les bêtes (interdit à Guadalupe) mais de les attirer en propageant dans l’eau ces effluves que leur odorat hors normes ne pourra ignorer. D’abord écraser à grands coup de talons, le sac est ensuite ouvert afin de pouvoir déchiqueter le malheureux thon et répandre ainsi de multiples petits morceaux de poisson. Les premiers à se délecter de tout ça, ce sont les gangs de carangues qui patrouillent sans arrêt autour des cages, allant jusqu’à nous priver de belles photos de requins en approche. Le morceau est ensuite attaché à une corde que l’on laisse traîner dans le courant, toujours dans l’espoir de séduire les Grands Blancs. Cela nous a permis de voir que les requins ne se jettent pas comme des furieux sur les appâts, mais tournent autour à plusieurs reprises avant de s’en emparer, si tant est que le divemaster leur en laisse le temps. Et il arrive effectivement que de temps à autre, un requin s’empare du morceau sans espoir qu’il le relâche.

Attack by Rio

Attack by Rio

Cette technique est de plus en plus contestée : elle modifierait le comportement des squales ! Pour ce que nous avons pu en voir, ces appâts ne provoquent pas la frénésie de trente requins blancs se battant pour un bout de thon. De plus, l’équipage n’excite pas les requins à outrance histoire de faire monter l’adrénaline. Les appâts sont utilisés dans la cage, et pas de la surface, pour faire remonter les animaux et offrir de spectaculaires gueules ouvertes (comme il est possible de le voir sur certaines images d’Afrique du Sud ou d’Australie). Affaire à suivre.

Ici, les seuls frénétiques, ce sont les carangues. Et avoir cet amas compact de poissons pouvant dépasser le mètre de longueur, gigotant vigoureusement à portée de masque, peut être très impressionnant. Certaines carangues, poussées par leurs congénères ont même, à plusieurs reprises, traversé la cage en nous passant entre les jambes, ou percuté les dômes et flashs des appareils photos. Elles passaient si près que l’on pouvait distinguer leurs parasites.

lunch time

lunch time

parasites

parasites

Durant nos nombreuses et longues immersions, nous avons pu observer plusieurs espèces : grands blancs bien sûr, mais aussi carangues, thons, otaries et même quelques oiseaux.

Absolument pas effrayés par ce qui se passe sous la surface, certains oiseaux plongeaient la tête sous l’eau afin de capter quelques bribes de repas, puis se laissaient flotter au gré du courant, sans peur de se faire "breacher" par un Grand Blanc. De toutes façons, à Guadalupe, les requins ne "breach" pas, ils sont trop gros, aux dires du capitaine. Quelques téméraires otaries ont aussi fait leur apparition à proximité des cages. Par curiosité ou tiraillées par la faim ? Quittant leur plage de cailloux, où elles se confondent avec la roche, elles semblaient n’avoir aucune crainte de se faire happer par un requin de passage.

Alors que les carangues occupaient le devant de notre scène, les thons jaunes (thunnus albacares) patrouillaient au large, comme s’ils ne voulaient pas se mélanger aux grappilleurs. Ils passaient cependant assez près pour révéler certaines blessures.

Quant aux carangues, outre leur appétit insatiable et leur ronde perpétuelle autour des cages, certaines tentaient de suivre les requins pour se frotter à leur queue et se débarrasser de leurs parasites. Parfois, elles se plaçaient dans leur sillage uniquement pour se repaître de leurs déjections. En effet, les Grands Blancs, quand ils avaient à se libérer les intestins, laissaient de longues traînées colorées dignes de la Patrouille de France. Ce qui provoquait, au même titre que le thon déchiqueté, un affolement général.

GUADALUPE

Côté poussées d’adrénaline et séquences chocs, tout le monde a eu sa part : le gros coup de stress quand la cage devient folle, les duos, le face-à-face que tout le monde espère, le vol de sac, le requin qui vient par en-dessous, qui vient se frotter, frôler, qui vient mordre les barreaux de la cage à quelques centimètres des objectifs, qui nous gratifie d’un vol plané au milieu des quatre cages, ou qui s’attaque au quartier de thon à pleines dents avant de le relâcher en ouvrant une gueule immense à quelques centimètres de nos visages.

El Diablo, juste avant la morsure

El Diablo, juste avant la morsure

Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !
Rio a faim ! Très faim !

Rio a faim ! Très faim !

 

Un moment exceptionnel aussi fut la montée autorisée sur la plateforme supérieure de la cage, uniquement protégé par une chaînette. Mais nous avons vainement attendu qu’un squale monte à notre niveau.

Les remontées sur le bateau furent à chaque fois un véritable spectacle, notamment de la part des Américains, très expressifs et bruyants : on se congratule, on se tape dans la main, on "check", on mime la morsure, le choc, on crie, on rit ; et l’équipage, malgré l’habitude, participe toujours. Mais sans perdre de temps, à la sortie de la cage profonde, on s'engouffre rapidement dans les cages libres, pour faire durer le plaisir, jusqu’à ce que les batteries des appareils crient famine. Pour ma part, mon record sous l’eau se monte à 171 minutes d’affilée, avec 45 minutes en "deep cage" puis 126 minutes dans la cage libre à 6 mètres.

Sur tout le séjour, j’ai passé 26h20 en immersion, pas loin du record du Nautilus Explorer qui se monte, je crois, à près de 30 heures.

cage profonde pour deux, photo Pat Sharky

cage profonde pour deux, photo Pat Sharky

Un regret peut-être, parce qu’il doit toujours y avoir des regrets, ce fut de ne pas avoir reçu la visite de Deep Blue #166, la plus grosse femelle jamais observée sur Guadalupe. Des vidéos de Deep Blue, dont la taille est estimée à 20 pieds (6.09 mètres) et l’âge à 50 ans, sont disponibles sur la page facebook du biologiste marin mexicain Mauricio Hoyos Padilla, en charge des requins de la Réserve (vidéo 1, vidéo 2, vidéo3). Il s’en est fallu de peu que Mauricio ne vienne nous rendre visite à bord du Nautilus Explorer, pour voir l’un de ses amis mexicains, un des "cage diver".

Depuis 2015, le biologiste et son association Pelagios-Kakunjá récoltent des dons pour sécuriser les endroits où les requins femelles mettent bas, en les taguant en vue de créer une base de données permettant de développer de nouvelles stratégies de conservation près des côtes de l'île de Guadalupe. Parallèlement, en 2016, un programme d'aide à la recherche scientifique a débuté dans l'Archipel des Revillagigedo (dont l’île la plus connue est Socorro) en collaboration avec l'association Shark Mission France, afin de marquer, répertorier, mieux connaitre et ainsi protéger les nombreuses espèces de requins peuplant ses eaux.

New York est dans la place

New York est dans la place

Bruce #007

Bruce #007

Howard #73

Howard #73

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 11:23

San Martin : la forêt rescapée

(n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos

Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un autre post), afin de couper le voyage de retour vers Ensenada, Captain Stefan nous proposait de plonger sur l’île San Martin. Après avoir voyagé toute la nuit, le Nautilus Explorer jetait l’ancre prés de l’îlot. L’intérêt de venir ici fut d’y découvrir une forêt de kelps géants, encore peu exploitée. Malgré la présence de pêcheurs/cueilleurs, le site reste très fourni.

Dès notre immersion, nous vîmes que la visi n’était pas au top. L’eau était trouble, limite laiteuse. Le ressac n’arrangeait pas les choses. Je doute d’ailleurs que l’on puisse avoir une bonne visi en ces lieux.

Le site offre une ambiance très particulière. Les kelps géants et les kelps à flotteurs (bull kelp), deux espèces différentes, s’entremêlent pour former une forêt dense, où l’on peut se perdre facilement. Nous n’y avons pas observé d’otaries, mais je subodore qu’elles, elles nous ont vus.

forêt inextricable

forêt inextricable

Pas aisé de déambuler dans ce dédale, sans se prendre les palmes, les flexibles ou tout autre ustensile dans les "feuillages". De plus, emportés par le courant, nous éprouvions les pires difficultés pour éviter le piège. Et garder son binôme à ses côtés s’avérait également compliqué.

D’ailleurs, les habitants des lieux ne s’en sortaient pas mieux que nous : une maman otarie y aurait perdu ses petits.

Malgré ces difficultés, le kelp restait très photogénique et proposait aux amateurs de véritables œuvres d’art.

kelp artistique

kelp artistique

De plus, le soleil, perçant l’épaisseur végétale, offrait de fabuleux jeux de lumières.

Quelques curiosités aussi agrémentèrent la plongée, notamment ces pierres qui semblaient en lévitation, soulevées par la légèreté du kelp qui s’en servait comme support.

Outre la énième raie guitare, il a été possible d’observer la faune locale, cette forêt étant très riche en biodiversité : bars, Garibaldi, bancs de poissons inconnus, anémones ou simples mollusques accrochés au kelp. Le plus surprenant fut sans doute ce cormoran plongeant à plus de 15 mètres, qui me surprit par sa soudaine apparition. Je compris ce que c’était lorsqu’il remonta en agitant ses ailes, pour s'évanouir dans le contre-jour. Je me retournai vers ma palanquée pour leur en faire part, mais ils crurent que je leur signalais la présence d’une raie manta. Avoir mimé la forme d’un bec ne suffit pas à leur faire comprendre de quoi il s’agissait, et le battement des ailes d’ajouter à la confusion.

Bien sûr … une raie manta au milieu du kelp !

La deuxième plongée ne connut pas de meilleures conditions : la visibilité restait médiocre, le ressac se renforçait, multipliant les particules en suspension. Je quittai délibérément le groupe, suivant une raie guitare, encore une, pour vivre à nouveau l’expérience de la plongée solo. Il y avait tellement de remous que des bouts de kelp gisaient ça et là. Idéal pour s’y empêtrer !

C’est d’ailleurs ce qui se produisit. A plusieurs reprises, je dus faire machine arrière pour tenter de sortir une palme, un phare, un bras de cet embrouillamini. J’en profitai même pour faire un selfie.

Avec la multiplication des particules, la luminosité et la visibilité se réduisaient, donnant l’impression d’être emprisonné. Une barrière semblait se dresser devant moi, la seule issue de secours se situant au sommet.

kelps avec vue sur le ciel

kelps avec vue sur le ciel

Sommet que j’allais devoir gagner pour terminer ma plongée. Parvenu au-dessus de la canopée, je voyais les longues tiges remonter à la surface, et même sortir de l’eau. J’eus la joie de croiser la route d’une otarie en mi-air mi-eau alors que le speed-boat venait me chercher.

Nous eûmes droit à une troisième plongée, sur un sec nommé Roca Ben, qui ne restera pas gravée dans nos mémoires, tellement la houle était forte. Descendus à 27 mètres (vivent les profils inversés), nous avions autant de difficultés à nous mouvoir que les Garibaldis. Même les pousses de kelp avaient l’air de souffrir. A 35 minutes, j’abrégeai ma plongée, fatigué de lutter contre les éléments. J’avais retrouvé le filin de la bouée, et c’était le principal. La direction de l’Explorer était retrouvée, j’y retournais seul, et effectuais mon palier accroché à la cage … pour le symbole.

Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3

Là, s’achevait notre voyage sur le Pacifique, même si le trajet vers Ensenada allait encore durer quelques heures.

Notre périple, lui, entrait dans sa deuxième phase. Mais ceci est une autre histoire.

fin de l'aventure

fin de l'aventure

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:13

(n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés. Vous découvrirez plein de nouvelles photos)

Iles San Benito : "show" les adultes !

Les arides îles Saint Benoît sont au nombre de trois, c’est sur l’île la plus à l’est, Benito del Este, que se déroulèrent nos plongées. L’idée était de contourner un promontoire rocheux pour s’engager dans une petite crique où sont installés les pinnipèdes, phoques et otaries.

C’est sur ce spot que je goûtai pour la première fois à la plongée solo.

La palanquée de quatre se scinda vite en deux, lorsque chacun pensa avoir trouvé le chemin de la crique. Alors que les premiers s’empêtraient dans un espace exigu et goûtaient aux joies de la machine à laver, de notre côté, nous croisions la route d’une raie guitare (zapteryx exasperata).

sur une aire de guitare

sur une aire de guitare

Puis, mon binôme désirant explorer d’autres lieux, alors que je comptais attendre le retour de mes french comparses (qui jamais ne revinrent), je me retrouvai seul.

Ah, la plongée solo … vaste débat !

Je décidais de suivre le chemin pris par mon binôme, mais ne pouvant le rattraper, je me laissais porter par le ressac le long d’un beau tombant, emporté par le mouvement des courtes pousses de kelp, m’intéressais de plus près aux Garibaldi, mais me faisais pratiquement agressé par les "kelp bass" à la mine patibulaire et bien trop entreprenants à mon goût.

Après quelques minutes, je croisais un groupe, et tout en restant à proximité, continuai seul mon petit bonhomme de chemin. A l’approche de la crique tant recherchée, le ressac fit rebrousser chemin à tout le monde, la visibilité devenant médiocre à cause des innombrables fines particules d’algues et des grains de sable en suspension. Sur le chemin du retour, je retrouvais d'autres plongeurs qui désiraient persévérer dans la recherche de la crique, alors que je voulais reprendre le tombant en sens inverse, et y finir ma plongée. C’était le seul endroit où j’avais croisé une otarie lors de cette immersion.

Bien m’en a prit, car trois individus adultes accompagnèrent mon dernier quart d’heure sous-marin. Sondant, remontant, dansant, gesticulant, en couple, ou en triplette, puis revenant à la charge lorsque je larguai mon parachute pour signaler ma présence au speed-boat, ils semblaient s’offrir à l’objectif de l’appareil photo. Le parachute devenant une nouvelle cause d’amusement.

ballet en surface

ballet en surface

La présence sur les lieux du Nautilus Explorer attira la Marine Mexicaine. Après cette première plongée, nous reçûmes la visite du "Commandante" du navire militaire, accompagné de quelques gardes armés, qui fouillèrent le bateau, contrôlèrent toutes les autorisations, et vérifièrent les identités de tous les passagers. Ce qui n’avait pas l’air d’offusquer l’équipage, rôdé à ce genre de manœuvres. On nous informa que cette visite impromptue avait pour but d’assurer notre sécurité, et on nous rappela "amicalement" qu’à Guadalupe, on ne touche pas les requins, et on ne sort pas de la cage !

Après ce contretemps, la deuxième plongée fut planifiée.

Elle eut aussi son lot de surprises : une raie-guitare, encore, nous invita à la suivre quelques temps. Puis un requin dormeur cornu (heterodontus francisci) embusqué fut débusqué, et se laissa approcher durant quelques minutes, avant de nous laisser en plan.

le dormeur s'est réveillé

le dormeur s'est réveillé

Mais nous étions là pour voir des otaries, alors nous tentâmes une nouvelle fois d’approcher la crique. Le speed-boat nous lâcha d’ailleurs tout près. Malheureusement, la situation était encore pire que le matin, le ressac encore plus violent, la visibilité encore plus médiocre. C’est donc sur le tombant que se passa la majeure partie de la plongée. Et là, encore, les otaries adultes firent le show. Jouant tantôt dans l’écume des vagues brisées sur la roche, tantôt dans les pousses de kelp, passant d’une palanquée à l’autre, ça gesticulait, ça se tortillait, ça se déhanchait, ça se contorsionnait, ça défiait les lois de l’apesanteur. C’était tout simplement drôle !

Tout laissait penser que les otaries venaient pour se faire photographier, prenant des poses, s’immobilisant juste devant les plongeurs, lâchant quelques bulles, histoire de faire comme nous.

otarie bulleuse

otarie bulleuse

Le spectacle était total. Tout le monde eut droit à son show particulier. Il suffisait d’être patient et d’attendre son tour. Mais alors que les otaries cherchaient visiblement le contact avec l’humain, un phoque (ou veau marin, phoca vitulina) pointa son nez à proximité mais garda ses distances, se montrant fort timide. Ҫa tournoyait toujours au-dessus de nos têtes, quand une seconde raie-guitare se mêla à la surprise-party. Si bien que nous ne voulions plus sortir de l’eau, nombreux furent les blocs consommés jusqu’aux dernières goulées d’air.

Le temps perdu lors de la visite des marins mexicains ne nous permit pas de replonger au même endroit, la situation s’étant dégradée dans l’après-midi, le ressac se renforçant encore. C’est sur Kelp Rock, un rocher émergeant tout proche, que nous fûmes largués. Pas d’otarie cette fois, même si la possibilité d’en voir existait bel et bien. La roche était couverte de kelp en phase de repousse.

la danse du kelp

la danse du kelp

Loin d’être monotone, cette plongée nous proposait simplement autre chose. Enormément de poissons Garibaldi nous accompagnèrent durant le parcours, qui nous amena durant de longues minutes au-delà de 25 mètres (la plus grande profondeur de la journée), nous donna une fois de plus l’occasion de suivre une raie-guitare. Nous fîmes deux fois le tour du rocher, tout en remontant, tandis que la mer perdait de son calme. La remontée sur le speed-boat fut la plus sportive de la journée.

Après cette dernière plongée sur San Benito, le Nautilus Explorer prit la route vers Guadalupe.

Enfin ! allais-je dire.

A SUIVRE ...

Repost 0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 15:57

(info : n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés. Vous découvrirez plein de nouvelles photos)

Comme écrit précédemment, le Nautilus Explorer ne suivit pas son trajet classique Guadalupe-San Benito. Le capitaine avait décidé de descendre le long de la Basse-Californie pour rejoindre l’Ile Cedros (l’île des cèdres) à 235 milles du port d’attache d’Ensenada. L’île est encore proche du continent, puisque seuls 24 kilomètres la séparent de la Basse-Californie. Nous sommes ici encore proche de la civilisation, puisqu’il y a un aéroport … et du réseau.

C’est donc sur Cedros que nous avons effectué nos premières plongées du séjour. Et ce sont les otaries de Californie qui en ont fait les frais.

Les premières otaries que nous avons eu le plaisir d’observer furent américaines. En effet, lors d’une balade sur la Marina de Shelter Island, à San Diego, pélicans, goélands et autres volatiles assuraient le spectacle aérien, alors que les otaries déambulaient parmi les bateaux en attendant le retour des pêcheurs, qui ne manqueraient pas de leur balancer quelques déchets poissonneux.

L’otarie de Californie (zalophus californianus), aussi appelée lion de mer de Californie (le Sea-Lion anglais) vit en colonies, le long des côtes californiennes américaines et mexicaines, jusque l’Alaska. Les otaries peuvent plonger à 80 mètres pour s’alimenter, mais ne s’éloignent guère des côtes qui les abritent. Leur régime se compose de divers poissons, calmars et bivalves. Leurs principaux prédateurs sont les orques et les requins. Longtemps chassées, les otaries sont désormais protégées par les lois américaines et mexicaines. Et tellement bien protégées qu’elles surpeuplent certains secteurs, et occasionnent de nombreuses nuisances. Des témoignages font même état d’agressions sur des nageurs en Baie de San Francisco.

Notre séjour en Californie, ainsi qu’à bord du Nautilus Explorer dans les eaux mexicaines, nous permit bien sût d’en observer en plongée, sur les îles Cedros, San Benito et San Martin, mais aussi sur terre, à Shelter Island, et à l’entrée du port d’Ensenada. Hors plongée, le plus impressionnant fut de les approcher de très près sur les rochers de La Jolla Cove, petite station balnéaire du nord de San Diego. Elles étaient quelques-unes affalées au soleil, baignées par l’écume de l’océan, et photographiées à tout-va par les visiteurs terriens. Il est même possible de les approcher en snorkeling en partant de la plage locale, si tant est qu’elles le décident.

bain de soleil sur les rochers de La Jolla Cove

bain de soleil sur les rochers de La Jolla Cove

Dans un post précédent, je faisais état de la disparition progressive des forêts de kelp ; cette algue pouvant atteindre 80 mètres de long est un terrain de jeu habituel des otaries. Les îles de San Benito ont récemment fait les frais d’un engouement nouveau pour les bienfaits du kelp, ou varech (alimentation, vitamines, …). Les forêts disparaissent peu à peu et l’intérêt d’y plonger avec. Pour cette raison, cette destination disparaît des propositions de Nautilus Explorer.

Ile Cedros : rendez-vous avec l’Otarie-Club

Notre première halte dédiée aux pinnipèdes fut donc l’ile Cedros. Quatre plongées y furent proposées, toujours au même endroit, à proximité d’une plage repère d’otaries, phoques et éléphants de mer. Les consignes étaient simples : se laisser emporter par l’effervescence provoquée par les jeunes otaries, mais faire attention aux femelles qui patrouillent et peuvent tenter d’intimider d’éventuels intrus, en de multiples et rapides va-et-vient. Une autre consigne tout aussi simple : « si vous rencontrez des éléphants de mer, passez votre chemin ! »

Ce sont les femelles otaries que nous vîmes en premier, quelques minutes seulement après notre mise à l’eau au départ du bateau. Telles des sentinelles, elles veillaient à la sécurité des jeunes, et nous ont en quelque sorte autorisé à avancer sur leur territoire. A partir de là, le festival commençait. Les jeunes, à la peau plus sombre, curieux, joueurs, inépuisables, nous gratifiaient de leurs interminables acrobaties : ça se mordille, ça se fait des mamours ; ça frôle, ça touche et ça goûte au plongeur.

effervescence chez les jeunes otaries

effervescence chez les jeunes otaries

Ces plongées sont indescriptibles : elles sont simplement extraordinaires.

Leurs passages incessants, leur danse perpétuelle, leur étonnement devant les dômes des caméras et appareils photos, sont autant d’attitudes qui rendent époustouflante cette proximité avec ses animaux, sauvages bien que peu dangereux, hormis pour les mini-caméras.

"Buenos dias buceador !"

"Buenos dias buceador !"

Cependant, lorsque l’on se fait charger par une otarie adulte, on ne comprend pas le message au premier abord. Tellement habitué aux arabesques et cabrioles des jeunes, on pense en premier lieu à une frasque supplémentaire, fluide et élégante. Mais après deux ou trois contacts très rapprochés, on s’aperçoit qu’il se passe un truc, et reviennent alors en mémoire les consignes du Dive Master : « alors que les jeunes vont venir très vite et très facilement à votre rencontre, ils seront précédés par les femelles qui viendront voir qui sont les intrus en approche. Par contre, si ces mêmes adultes multiplient passages rapides et allers-retours fulgurants, c’est pour signifier que vous êtes allés trop loin, que vous approchez des plages, et qu’il faut rebrousser chemin. »

Par contre, je ne m’attendais pas à me faire hurler dessus !

La tactique est simple : les adultes se montrent, puis se rapprochent, passent et repassent à la vitesse d’une torpille, et si l’intrus n’a pas saisi qu’il dérange, ils lui foncent dessus, en aboyant et l’esquive au dernier moment. Et je vous garantis que ça s’entend sous l’eau. Comme par magie, dès lors que nous changeons de direction, ils s’effacent du tableau et les jeunes réapparaissent.

Les trois plongées effectuées sur ce site furent toutes du même acabit. A part qu’à la troisième, l’eau étant d’une incroyable douceur, c’est en maillot de bain que je plongeai. Peu nombreux furent les candidats à une quatrième immersion : c’est que ça fatigue ces bêtes-là ! Lors de ces séjours underwater, nous eûmes à peine le temps de nous occuper des poissons Garibaldi à la plastique parfaite (hypsypops rubicundus, cousins de nos castagnoles), et des kelp bass ou bars de kelp (paralabrax clathratus).

Nous avions profité d’un long intervalle entre les deux premières plongées pour demander à Herman, le pilote du zodiac de nous emmener près des plages. Ce fut l’occasion d’approcher les éléphants de mer, de les observer et de les écouter quelques minutes. De braves bestioles ceux-là ! Les plus jeunes otaries, toujours en quête de sensations fortes, rejoignaient sans peur le sillage de notre esquif, ou nous entraînaient dans une course folle. Cette petite balade nous permit entre autres d’observer les pélicans locaux, le mélange des espèces sur les plages, et une attendrissante scène d’allaitement.

l'heure du bib'

l'heure du bib'

Le Nautilus Explorer quittait Cedros au tout petit matin pour rejoindre les îles San Benito, distantes de 25 kilomètres, vers l’ouest.

A suivre …

Repost 0
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 18:44

Guadalupe, c'est 26 heures d'avion (sans compter les attentes à London-Heathrow),

c’est environ 70 heures de navigation pour 645 miles nautiques (près de 1200 kilomètres),

ce sont quatre îles visitées : Cedros, San Benitos, Guadalupe et San Martin,

c’est neuf heures de décalage horaire avec la France.

Guadalupe, plus précisément le "Combo Guadalupe-San Benitos", c’est déjà une aventure spatio-temporelle et physiologique.

Dix membres d’équipage, 24 plongeurs, dix nationalités, six langues différentes.

Guadalupe, c’est aussi une aventure linguistique.

Sinon, que dire ?

Que les Grands Blancs et les otaries étaient au rendez-vous.

Que des gens de 40, 50 ou 60 ans ont eu des comportements de gamins lorsque le top prédateur a frôlé, tapé, ou mordu la cage.

Que la plongée solo a trouvé là un lieu privilégié. J’en reparlerai dans un prochain post.

Sans le savoir, nous avons participé au dernier "Combo" organisé par le Nautilus Explorer. Cette formule emmène les plongeurs à Guadalupe pour les Grands Blancs, puis à San Benitos pour les otaries et les forets de kelp. Tout ça, c’est de la théorie !

A l’occasion de cette croisière, en fonction de conditions météorologiques qui s’annonçaient exceptionnelles le troisième jour, le voyage vers Guadalupe fut repoussé ; et c’est tout d’abord à proximité de la Basse-Californie, sur l’Ile de Cedros, que le bateau nous mena. Là, nous goûtâmes aux douceurs de la plongée au sein des groupes de jeunes otaries.

Guadalupe, a very good trip !

Puis, c’est à San Benitos que l’Explorer jeta l’ancre pour trois nouvelles plongées. Moins d’otaries, mais des sensations différentes avec des adultes curieux et joueurs, nageant à la vitesse de torpilles, des phoques timides, des raies-guitares, des requins dormeurs. Las, plus de forêts de kelp ! Les Mexicains récoltant cette algue (qui peut atteindre 60 mètres de haut) pour la revendre, les forêts ont largement disparu à San Benitos, et c’est pour cette raison que le Combo ne fait plus partie des offres de Nautilus Explorer.

Guadalupe, a very good trip !

Et tout le monde a su profiter au maximum de ces plongées libres ou en cage. Photographes et cinéastes, armés d’APN, reflex, gopro, caméra semi-pro, ou même drone, se sont régalé des reliefs volcaniques, des cabrioles des pinnipèdes, du kelp labyrinthique, ou des apparitions des squales. A cela se sont ajoutées les quelques rapides rencontres avec de petits groupes de dauphins, ou l’observation lointaine de deux baleines à bosse près de l’ile de Guadalupe.

 

Guadalupe, a very good trip !

A SUIVRE ...

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 13:57

Le 5 octobre 2015 (le 5/10/15, facile à retenir) restera à jamais le jour où mon regard croisa pour la première fois celui d'un Great White.

Trip Great White Shark - Guadalupe

Tout comme ce fut le jour où je vis mes premières baleines, car bien qu'elles soient passées relativement loin de nous, nous avons été quelques-uns à pouvoir les admirer l'espace de quelques secondes.

Quand au Grand Blanc, lui, il est passée tout près, une fois, deux fois, trois fois ... Et il s'avéra de plus être un individu non encore répertorié : aucune photo des quelques 170 requins connus ne pouvant lui être associée.

Trip Great White Shark - Guadalupe

Dix jours extraordinaires passés sur le Nautilus Explorer, tout d'abord grâce à un équipage au taquet. Des cris raisonnent encore dans ma tête : "Crew, crew, crew ! Cages coming up !"

Merci donc à Katie "cookie", Cici "coffee", Captain Stefan, Tim, Jesse, Ryan, Felipe, Charlie, Hernan, et Pibe.

Thank you ! 

Gracias !

 

Merci également à tous les passagers.

Sans leur sympathie, leur envie d'échanger, leur enthousiasme, leur petit grain de folie à chacun ... cette expédition n'aurait pu être une réussite.

 

Alors un grand merci à Angelika, Beth, Brenda, Hinya, Lena et Stephanie, Andre, Bernardo, Charles, Dave, Eladio, Francisco, Frederick, Gustavo, Jose, Mauricio, Peter et Peter, Thomas et Tim.

A SUIVRE ...

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 20:14

Ah … Cuba !

Les Jardins de la Reine …

Requins, croco, tortues, tarpons, iguanes …

Quinze plongées,  quelques séances de snorkeling …

Plus de 2000 photos, une centaine de vidéos, sans compter la Gopro …

 

Je suis encore en pleine digestion !

Ou en pleine dépression post-transatlantique.

 

A chaque fois que je me replonge virtuellement dans les eaux caraïbes, je me dis que nous avons vécu quelque chose d’exceptionnel.

-IMG_2644.jpg

 

Que dire de plus ?

Je pense avoir fait le tour lors de mes précédentes publications sur les requins soyeux, les requins "caraïbes" et le croco. Les souvenirs s’entrechoquent : envol de raie pastenague, vol  de raie léopard, apparition furtive d’un requin juvénile (sans doute un citron) dans la mangrove, patrouille d’un vieux et énorme mérou aux allures de cœlacanthe, procession de tarpons, rencontres de reptiles, rongeurs et crustacés sur la plage, couchers de soleil flamboyants, feuilles de menthe au rhum attisées  …

 

 

(http://www.dailymotion.com/video/x1un80v_come-fly-with-me_animals )


 

( http://www.dailymotion.com/video/x1uuken_mini-t-rex_animals )


 

(http://www.dailymotion.com/video/x1uuvbe_soldier-crab-gardens-of-the-queen-cuba_animals )

 

 

Et surtout un groupe plutôt sympa. Pas le casse-c … de première, pas la geignarde de base, que l’on rencontre à coup sûr à chaque voyage. Beaucoup de photographes ou vidéastes, mais malgré tout, personne n’eut trop à se plaindre des interférences inévitables dans de telles circonstances. Certains viendront bien sûr râler à propos de la Gopro qui apparaît subitement dans le cadrage de la vidéo, du dôme fisheye qui semble vouloir dégager tout le monde sur son passage, du plongeur (ou plongeuse) qui se sent obligé de faire le clown devant la caméra en toutes circonstances … ou du requin qui est passé trop près, de la tortue qui nage trop vite, des blocs trop gonflés, des plongées trop longues, de l’eau trop salée, et du soleil qui tape trop fort.

 

-IMGP1182.jpg

 

Pour conclure, je ne peux que conseiller cette destination à quiconque serait tenté par l’aventure. Cette proximité avec les squales restant l’atout number One des lieux.

Bien sûr, le reef n’attire pas le regard comme en Mer Rouge. L’explosion de couleurs n’existe pas ici. Tout est jaune : le sable, la roche, les algues, les coraux, les gorgones, les éponges, les éventails de Vénus, les poissons …

 

-IMG_2617.jpg

 

Mais l’œil reste attiré par la murène verte ou le mérou au nettoyage, par la langouste qui se réfugie prestement dans son antre, par le dansant juvénile de chevalier ponctué, par le repos du poisson savon, par le rémora qui croit avoir découvert, à l'approche d'un plongeur, un nouveau taxi ...

 

-IMG_1691.jpg

 

 

( http://www.dailymotion.com/video/x1umvth_cleaning-time-cuba-2014_animals )

 

 

( http://www.dailymotion.com/video/x1ums2f_dancing-young-fish_animals )

 


Pour ce séjour, l’ami Pascalou m’avait fait confiance et laissé sa Gopro, une Hero 3, qui a bien failli voir son existence prendre fin dans l’estomac d’un requin. La dernière vidéo que je vous propose a été entièrement réalisée avec des images de l’appareil en question. La caméra était tantôt fixée sur la platine de l’APN, tantôt fixée à  sa perche, pour aller au plus près de l’action.

 

Voyez par vous-même que ♪♪♪  parfois nous pouvons avoir un bon feeling avec les animaux sauvages, ♪♪♪ le genre de sensations que l’on n’a jamais connues avant … ♪♪♪

 

" GOPRO Session "

 

( http://www.dailymotion.com/video/x1umibk_gardens-of-the-queen-cuba-2014_sport )

 

 

                                                                      A CUBA MATATA !

depuis-avril-2014-1782.jpg

 

Repost 0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 21:39

Si on m’avait dit qu’un jour je me mettrais à l’eau, et de mon propre chef, avec un croco, j’aurais sans doute décliné l’invitation. Autant le requin ne m’effraie pas plus que ça, autant le croco, c’est comme le lion dans la savane, on se méfie !

Mais ce jour-là, au retour de deux extraordinaires plongées parmi les requins, le croco nous attendait sagement, à proximité du bateau couchette, parqué dans un chenal au sein de la mangrove. Rencontre magique, tant espérée par Pat-Sharky, qui ne l’avait pas vu lors de son précédent séjour. C’était la Cerise sur le gateau !

 

001.jpg

 

Premier reflexe : demander au dive-master s’il est possible de se mettre à l’eau.

Un seul conseil : s’il s’approche et se montre agressif, le repousser avec le caisson de l’appareil photo.

Ni une, ni deux, palmes, masque et tuba ajustés, nous voilà prêts à repartir.

 

002.jpg

 

Le hic, c’est que mon Canon dédié à la photo sous-marine était à cours de batterie, après les folles plongées précédemment citées. C’est donc avec un petit APN submersible, grand et épais comme un téléphone portable que je me glissais dans l’eau. Avec binôme Air-One, nous étions les deux premiers à affronter la bête … de deux mètres maxi ! Je me servis de lui comme d’un bouclier humain, car il était armé de son caisson Mangrove (ça ne s’invente pas), dans lequel était logée sa caméra.

 

IMGP1111.jpg

 

Nous sommes restés un long moment avec le saurien, avant qu’il ne disparaisse dans un épais "nuage de poussière". Il a fallu s’écarter car on ne le voyait plus, mais lui savait pertinemment où nous étions. Par chance, un second, un peu plus grand est apparu, comme par enchantement. Nous nous sommes remis en chasse. Il nous amena dans les racines des palétuviers, sachant que là, nous n’irions pas plus loin. Nous y fûmes rejoints par une horde de snorkelers photographes. Adieu la tranquillité !

 

IMGP1095.jpg

 

L’aventure ne s’arrêtait pas là puisqu’au retour de la plongée de l’après-midi, avec Air-One nous retournâmes causer au reptile. Cette fois, le Canon était opérationnel, et je m’en donnais à cœur-joie : sous toutes les coutures, sous tous les plans, dans toutes les positions !

 

 

depuis-avril-2014-1540.jpg

 

L’animal se plaisait si bien avec nous qu’il tenta même de monter sur le bateau, et se mit dans une position idyllique pour des plans vidéo hors-pair.

 

IMGP1116.jpg

 

Le lendemain, alors que je scrutais la mangrove à la recherche de crocodylus acutus  (croco américain, un comble pour Cuba), je le vis perché sur des branches immergées. Je le rejoignis, seul, comme un grand.

 

depuis-avril-2014-2083.jpg

 

A mon arrivée, il décolla de son repaire et longea la végétation. A un moment, il se tourna vers moi, et s’approcha en ouvrant légèrement la gueule. L’aubaine ! Je déclenchais à tout-va.

 

depuis-avril-2014-2088.jpg

 

Mais il continuait de s’orienter vers moi, la gueule s’ouvrant davantage. Sans réfléchir, j’appliquai LA consigne, et lui filai un coup sur le pif, avec la lentille grand-angle du caisson.

Et là, j’eus la frayeur de ma vie … car il m’avait à l’œil.

 

depuis-avril-2014-1770.jpg

 

Il se retourna d’un coup sec et plongea droit vers mes jambes. Je mis un coup de palmes express pour me dégager et m’éloigner, alors que j’entendais les grands courageux, restés à bord en observateurs, s’esclaffer. Il reprit son parcours, avec moi, toujours à ses trousses, bientôt rejoint par une nouvelle horde de photographes. Il disparut dans l’enchevêtrement de racines.

 

Le palpitant reprenant le cours normal de ma vie, je rentrais, avec une cargaison de photos, le croco se coltinant mes successeurs.

 

IMGP1137.jpg

 

 

 

Le dernier soir, alors que la nuit était bien tombée sur le camp de base où nous étions revenus, on nous proposa d’aller voir le seigneur des lieux, un monstre de plus de cinq mètres. Alors que je demandais (pour le fun) si je pouvais prendre mes palmes, le gars de l’équipage me fit non de la tête en sortant ses yeux des orbites. Effectivement, il était bien monstrueux, et d’une épaisseur à faire peur. Je m’imaginais le repousser avec mon caisson !

 

 

La vidéo qui va bien :

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x1rx82c_croco-diving_travel

 

 

 

Toutes les photos sur Google+ et Facebook :

https://plus.google.com/photos/106061858289039016385/albums/6007425603948278577

https://www.facebook.com/bloc.dixhuit/media_set?set=a.624222890987663.1073741841.100001998732783&type=3

 

 

 

Repost 0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 15:15

A l’opposé des requins soyeux, les requins de récif des Caraïbes (carcharhinus perezi), ceux que nous appelons les "Caraïbes", animent les plongées en profondeur. Remontant rarement vers la surface, ils déambulent sur le reef et les étendues de sable, viennent facilement à notre rencontre mais sont moins "familiers" que leurs homologues. Pas de frottement, pas de frôlement comme les soyeux, ils ont une nage paisible, évitent les contacts, se rapprochent mais en gardant une certaine distance.

 

articles-2013-2585.jpg

 

Sur quinze plongées, nous les avons rencontrés dix fois, souvent dès la mise à l’eau, dans dix mètres de profondeur. Nous avons compté jusque quinze individus lors d’une plongée à 30 mètres. Ceux-ci nous ont ensuite suivi jusqu’au bateau.

Il n’était pas rare de se concentrer sur le récif, de prendre quelques clichés ou de filmer des carangues, mérous ou tarpons et de voir passer un "Caraïbe" dans le champ de vision. Toujours un squale pour venir faire son intéressant.

 

articles-2013-1506.jpg

 

Pour une plongée, le guide nous proposa d’apporter un appât dans une boîte dédiée, pour les voir au plus près nous tourner autour. Un petit débat s’engagea alors parmi les plongeurs. Pas trop fan de ce genre de pratique, je trouvais que les requins étaient déjà bien présents, était-il nécessaire de leur fournir de la bouffe ? Mais nous arrivâmes à un consensus : il n’apporterait du poisson qu’une seule fois pour nous montrer l’agitation autour de la boîte. De ce fait, les requins étaient effectivement bien présents sur le site, tournant autour du groupe, ou le transperçant comme une flèche, et resserrant petit à petit l’étreinte autour de la boîte. Et finalement, lorsque le guide ouvrit la précieuse, c’est un mérou qui fut le plus rapide pour engloutir l’appât.

 

articles-2013-1475.jpg

 

Resté un peu à l’écart, je préférais observer les requins s’approcher de nous, c’était plus sympa pour n’avoir "que" des photos de requins. Les voir sortir du Bleu, s’approcher dans une sorte de danse langoureuse, puis slalomer entre les bruyants intrus bulleurs …

 

articles-2013-1578.jpg

 

Les "Caraïbes" étaient si présents, que les photographes et vidéastes ne savaient plus où donner de la tête. Les distances, les postures, le nombre, les tailles, la profondeur, la vitesse … tout s’offrait à nous pour réaliser des clichés inoubliables.

 

articles-2013-1277-.jpg

articles-2013-1293.jpg

articles-2013-1425.jpg

articles-2013-1551.jpg

 

Retrouvez les photos :

sur Facebook

https://www.facebook.com/bloc.dixhuit/media_set?set=a.622495277827091.1073741840.100001998732783&type=1

Sur Google +

https://plus.google.com/photos/106061858289039016385/albums/6006237341282861105

 

 

Et observez leur nage langoureuse ici :

 

http://www.dailymotion.com/video/x1r7yqo_reef-sharks-cuba-2014-queen-s-gardens_travel

 

Repost 0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 17:57
 

Alors que le speed-boat filait droit vers le lieu de notre seconde plongée du séjour, je demandais au dive-master Joël si les Requins Soyeux, à qui nous rendions visite, seraient effrayés ou excités par les flashes des appareils photos. Aucunement me répondit-il. Les Soyeux sont très curieux et peu craintifs. J’ai même cru comprendre dans son anglais teinté d’un fort accent espagnol, qu’ils étaient surnommés les « Sweet Sharks ». Les Doux Requins, why not ?


Nous avons, au cours de notre présence dans les Jardins de la Reine, plongé deux fois avec cette espèce de requins, le Carcharhinus Falciformis des latinistes. Et j’ai découvert un nouvel et fort intéressant aspect de la plongée : "The Sharks-Deco Diving", la plongée à paliers-requins. Parce que par deux fois, suite à une petite balade de vingt minutes sur le récif à vingt ou trente mètres de profondeur, nous avons effectué un palier de 25 minutes, sous le bateau, au milieu des Soyeux qui nous tournaient autour comme une meute de loup autour d’agneaux esseulés.

 

bloc

 

Pour être précis, sur le premier site du nom de "Paipain", nous sommes descendus sur le récif à la recherche des Requins de Récif des Caraïbes (Carcharhinus Perezi), alors que deux Soyeux étaient là dès la mise à l’eau. Des "Caraïbes", nous en avons croisé deux à vingt mètres, quelque peu craintifs, et qui gardaient leur distance. Pas comme les mérous qui s’approchaient toujours un peu plus des plongeurs à chaque passage. Attendaient-ils quelques friandises de notre part ? En remontant le long de la roche, à dix mètres, trois Soyeux faisaient leur apparition, très vite rejoints par deux autres, comme pour nous raccompagner vers la surface.

 

articles-03 1088

 

Ensuite, ce fut "Showtime" !

Huit Soyeux s’étaient donné rendez-vous sous le bateau. A passer et repasser à proximité, à nous foncer dessus pour bifurquer dans le tout dernier mètre, à nous frôler, à se frotter, à nous "caresser" ... A aucun moment, nous ne sous sommes sentis en danger tellement ils semblaient doux. Joël avait donc raison !

 

articles-03 2220

 

Tellement doux que nous avons eu du mal à refaire surface au bout d’une heure. D’autant plus qu’avec les premiers plongeurs s’accrochant aux échelles, les requins redoublaient de hardiesse, et tout juste s’ils ne les gênaient pas dans leurs mouvements pour se déséquiper.

 

articles-03 1168

 

Nos nouveaux amis ne nous lâchaient plus, ils passaient tellement près que je devais faire un mouvement de recul pour prendre certains clichés. Ca arrivait de partout, par des "move" si fluides qu’on avait l’impression qu’ils glissaient vers nous. Venant de gauche ou de droite, dans le dos, face à nous, par le dessous ou juste au-dessus de nos têtes, ces beaux bébés, dont les plus grands atteignaient trois mètres de longueur, nous offraient des prises de vue inimaginables.

 

articles-03 2256

articles-03 2265

 

Et ce fut la même chose pour l’autre plongée parmi eux. Sur le site d’El Farallon (que l’on pourrait jumeler avec le site marseillais des Farillons), cinq soyeux nous attendaient à la mise à l’eau. Mais ce n’est qu’après vingt minutes passées à 20 mètres, après la visite de deux canyons à 30 mètres, que nous avons pu rejouer avec eux. Cette fois, le guide avait mis à l’eau une boîte à appâts vide, mais qui suffit à faire son effet. Ces requins ont sans doute pris l’habitude d’être appâtés voire même nourris dans le passé, et seul le bruit du bateau ou une boîte métallique aiguisent leurs sens.

Donc même topo cette fois encore : 25 minutes de "palier" sous le bateau en compagnie d’une dizaine de requins. Ils me sont passés si près que je me suis même permis de pointer le doigt lors d’un contact très rapproché, et l’aileron est venu se frotter. Je ne suis pas un farouche partisan du jeu de touche-touche avec les requins, mais là, c’était vraiment tentant. On aurait dit des chats venant se frotter et réclamant des caresses. Alors que je m’attendais à du papier abrasif, c’est sur une peau vraiment très douce que mon doigt s’est posé. "Douce", le mot s’est écrit de lui-même, tout naturellement, Joël était décidément dans le vrai.

 

articles-03 2248

 

J’avais déjà plongé en présence de requins, en Mer Rouge où requins de récif et requins marteaux sont les hôtes des Iles Brothers et Daedalus, mais jamais les squales n’étaient passés, et repassés, aussi près. Ils s’étaient quelque peu approchés mais avaient gardé leur distance, toujours. Je me souviens même avoir écrit qu’il s’agissait de l’une des plus belles plongées de ma vie.

Quitte à me répéter, ces immersions parmi les Soyeux sont, à ce jour, ma plus belle expérience de "Shark Diving".

 

articles-03 2233

                                                      

 

 

Continuons de jouer avec les Soyeux

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x1qmba3_sharks-deco-cuba-2014-queen-s-gardens_animals

 

 

Les photos dans les albums dédiés :

Sur Google +

https://plus.google.com/u/0/photos/106061858289039016385/albums/6003669580377198913

Sur Facebook

https://www.facebook.com/bloc.dixhuit/media_set?set=a.618543701555582.1073741839.100001998732783&type=3

 

 

                                                                                                                                                                  A SUIVRE … 

 

 

 

 

Repost 0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 14:05

Il y a deux ans déjà, l’ami Pat-Sharky nous avait fait saliver à son retour de Cuba. Il était parti voir du requin, et il en avait eu pour son argent. En endossant le rôle de GO, il nous organisa, cette année, ce séjour, et son retour, dans les Jardins de la Reine, archipel protégé au sud de l’île de Cuba.

articles-2013-2677.jpg

 

Ces Jardins, ce sont 250 îlots qui offrent une biodiversité exceptionnelle, préservée par un statut de parc marin depuis 1996. Les 2170 km2 constituent un véritable labyrinthe de mangroves et de canaux d’eau limpide. Les seuls occupants humains de ces lieux sont les gardiens du parc, les employés d’Avalon, seul organisme autorisé à y plonger, et les 500 plongeurs admis annuellement. Dois-je vous confirmer que l'on se sent comme des privilégiés ?

 

Le but avoué de ce voyage était tout de même de se goinfrer, que dis-je ?... de se gaver de squales, jusqu’à plus soif, sachant que les deux principales espèces hantant les lieux sont les Requins de récif des Caraïbes (carcharhinus perezi), communément appelé Requins Caraïbes, et les Requins Soyeux (carcharhinus falciformis). Les Requins Nourrices (ginglymostoma cirratum), ainsi que les pastenagues américaines (dasyatis americana) et les raies léopards (aetobatus narinari) peuvent aussi égayer les plongées.

 

Après un voyage des plus éprouvants : environ 14 heures d’avion, une nuit à l’hôtel, puis un départ à 4 heures du mat’ pour 6 heures de bus, et enfin 3 heures de bateau-taxi, nous sommes arrivés à destination dans un état pitoyable. Au sein d’un chenal au beau milieu de la mangrove, notre bateau couchette nous attendait. Et le coup foireux qui achève en arrivant : ce n’était pas le bateau réservé ! Au lieu de « La Reina » pouvant accueillir six plongeurs, nous avons hérité de « Los Caballones », prévu pour dix. Et nos blocs de 15 litres réservés depuis bien longtemps … passés à la trappe. Sur place, ils font un peu comme ils veulent. Donc ils ont regroupé tous les gens prévus pour cette semaine sur un seul bateau, et des 12 litres pour tout le monde. Nous attendons quelques explications à ce sujet.

 

IMGP0845.jpg

 

Pas de plongée le jour d’arrivée, mais une petite mise en bouche avec une séance de snorkeling sur des langues de sables et quelques herbiers de phanérogames, à partir d’une plagette qui donne sur le large. A peine 30 secondes à patauger que déjà une petite pastenague américaine fait son apparition et me gratifie de son envol dans un mètre d’eau.

 

IMGP0849.jpg

 

Le premier briefing du guide Joël me laissa pantois. En effet, il expliquait leur façon de fonctionner en annonçant que le groupe plongerait toujours ensemble, une sorte de grande palanquée avec un guide et un serre-file, pour des plongées de 45 minutes avec 50 bars sous le bateau ! Cela ne s’annonçait pas terrible-terrible. J’avais déjà fait l’expérience de la grande palanquée, ce ne fut pas mon meilleur souvenir.

Dès la check-dive, mes doutes se dissolvaient dans l’eau à 28°C. En effet, une monstrueuse palanquée de 12 s’étalait le long du premier récif visité. Adieu le sacro-saint principe du binôme, c’était chacun pour soi, seuls les couples restaient en duo. Pas de requin pour cette première immersion, le guide voulait surtout voir à qui il avait affaire. Le serre-file n’était pas là pour pousser les retardataires et ne faisait que montrer la direction. Et la plongée dura 50 minutes, et l’aiguille du mano, je préfère ne pas en parler. Là, nous étions rassurés.

Je redécouvrais, lors de cette plongée, le récif caraïbe : éponges barriques, gorgones arborescentes, cathédrales de corail, éventails de Vénus, poisson anges, trompettes ... Et je faisais la connaissance avec les récents arrivés, les poissons lions, véritables plaies pour le biotope local.

 

img_0973.jpg

 

Le festival débuta dès la seconde plongée du jour, et ne s’acheva que cinq jours plus tard. Sur les quinze immersions dans l’archipel, seules quatre se firent sans requin. Et sur l’une des quatre en question, ce sont les pastenagues américaines qui prirent le relais.

La mise à l’eau de la seconde plongée se fit sur deux requins soyeux, l’ami Pat-Sharky basculant le premier pour pouvoir nous l’annoncer haut et fort. Nous entrions dans le vif du sujet, avec deux Soyeux, puis deux Caraïbes en maraude sur le récif à 20/25 mètres, et enfin huit Soyeux sous le bateau, pour une plongée de 60 minutes. Nous y étions pour de bon ! Les requins tant espérés se dévoilaient à nos yeux de gamins.

 

articles-2013-1088.jpg

 

Et tout le séjour fut de la même trempe. Partout des Caraïbes et des Soyeux, et partout des mérous qui venaient gâcher les photos en se faufilant entre l’objectif et le modèle squalidé. Plongez sur la Gabinière et vous serez émerveillés par les mérous … plongez aux Jardins de la Reine, et vous serez énervés par tous ces trouble-fêtes.

 

Malgré cette orgie de requins, pas une plongée ne ressemblait à l’autre : tantôt un récif à longer en dérivante, tantôt des langues de sables survolées par les Caraïbes, des canyons, des grottes, des bouts d’épave, des zones rocheuses, des requins nourrices (pour les plus chanceux), des tarpons, des tortues, des barracudas, des murènes vertes, des carangues, et toute la panoplie de poissons des Caraïbes, avec une très bonne visibilité malgré une eau quelque peu laiteuse par endroits.

 

bloc.jpg

bloc--2-.jpg            Gang de carangues (carangues crevalles - caranx hippos)

 

Même les petites séances de snorkeling réservèrent quelques surprises :

une multitude de lambis à la démarche caractéristique, repérables par la trainée qu’ils laissent derrière eux.

IMGP0863.jpg

 

une raie léopard dans 2/3 mètres d’eau qui vint à ma rencontre en « volant » en cercle autour de moi.

IMGP1274-.jpg

 

Mais le clou de spectacle, ou plutôt la cerise sur le gâteau, ce fut cette sympathique nage avec les crocodiles !

Parqué dans la mangrove, notre bateau recevait fréquemment la visite des reptiles. Il ne fallait pas nous prier pour nous voir tremper nos palmes et faire un bout de chemin avec les bestioles.

 

articles-2013-1524.jpg

 

Le spectacle n’était pas seulement sous l’eau mais aussi sur la plage, notamment lors de nos entre-deux du matin, lorsque nous faisions relâche parmi les craintifs iguanes et les curieux agoutis, espèce de gros rats à la bouille fort attirante.

 

articles-2013-2353.jpg

IMGP0996.jpg

IMGP0990.jpg

 

Les à-côtés de la plongée, à savoir les plaisirs de la bonne chair, nous ravissaient également : langoustes cueillies du jour et poissons frais à tous les repas. Le cuistot, avec le peu d’espace qu’il avait dans sa cuisine, s’en sortait comme un virtuose pour nourrir dix plongeurs affamés.

IMGP0922.jpg

 

bloc--3-.jpg


                                                                                                                                                       A SUIVRE …

 

Repost 0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 20:00
Cet été fut bercé par mes souvenirs égyptiens, par cette croisière vécue avant les derniers évènements politico-religieux, qui mettent à mal, entre autres, le tourisme en Egypte. 
 
Retrouvez chaque épisode de cette div’enture :
croisiere-mixte 6733
 
- « retrouvez l’aquarium » à Gota Abu Ramada
croisiere-mixte 6775-
 
- « D comme Délire » sur le Giannis D
croisiere-mixte 6918
 
- « Ambiance Night Dive » sur le Rosalie Moller
croisiere-mixte 7007-
 
- « Max de platax et gang de carangues » sur le Thistlegorm
croisiere-mixte 7175-
 
- « Plongées de chiottes » sur Ras Mohamed
yr-IMG 7218
  
- « Rencontres » sur le Dunraven
du-IMG 7363
 
- « Du requin sinon rien » sur Big Brother 
bb-IMG 7463
 
- « Le Hat Trick » sur Little Brother
lb-IMG 7669
  
- « Sous le signe du clown » sur les récifs de Safaga
pr-IMG 7904-
 
Retrouvez toutes les photos sur :
 
Vous pouvez aussi voir, ou revoir les vidéos, rythmées par « Mozart l’égyptien » :
- la mise en bouche
- Gota Abu Ramada
 
- le Giannis D  
  
- le Rosalie Moller
  
- le Thistlegorm
  
- Ras Mohamed
  
- le dunraven
  
- Big Brother  
  
- Little Brother
  
- Panorama Reef et Gamul Soraya  
    
Je vous invite également à visionner les « élégantes » vidéos de mon binôme Air-One :
 

           

                
 

 

 Retrouvez le sur :

- GOOGLE +:
Repost 0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:00
« Sous le signe du clown  »
 
Suite à notre dernière plongée sur Little Brother, nous avions pris le chemin du retour, pour passer la nuit à proximité de Safaga.
Panorama Reef et Gamul soraya, deux sites qui ne paient pas de mine : ici, pas d‘épaves, pas de tombant vertigineux, pas de gros en perspective … mais des récifs extrêmement poissonneux et riches en vie fixée.
Une seconde chance m’était offerte de visiter une « Anemone City », après l’échec de Ras Mohamed. En effet, Panoramam Reef recèle une belle étendue d‘anémones et une multitude de clowns, grands et petits.
Mais c’est avec une fougueuse raie pastenague que la plongée débute. Arrivés sur le platier vers -30 mètres, ce fut une folle chevauchée qui nous accueillit.
pr-IMG_7874.jpg
Nous passions les premières minutes de la plongée à rechercher les petites bêtes : crevettes ayant élu domicile dans un corail à bulles ou sur les tentacules d‘une anémone, petite murène craintive, rascasse volante rayonnée …
pr-IMG_7850.jpg
(corail à bulles – plerogyra sinuosa)
pr-IMG_7865.jpg
pr-IMG_7869.jpg
pr-IMG_7872.jpg
(rascasse volante rayonnée – pterois radiata
Après douze minutes passées à arpenter les lieux, nous reprenions la direction du récif proprement dit. La « Cité des Anémones » s’étendait entre 3 et 20 mètres de profondeur. Sur cette surface, les tentacules des anémones dansaient au rythme du courant et les clowns s’agitaient comme des petits fous à notre approche. Ca grouillait de vie. Les clowns n’étaient pas les seuls locataires, beaucoup de demoiselles (des cousines) squattaient également les anémones. Etant un grand fana des clowns, je m’en donnais à cœur joie et mitraillais à tout-va !
pr-IMG_7885.jpg
pr-IMG_7901.jpg
pr-IMG_7909.jpg
pr-IMG_7910.jpg
Je pense avoir réussi, ici, l’un de mes plus beaux clichés de clown !
pr-IMG_7904-.jpg
 
C’est d‘ailleurs, parmi cette myriade de clowns et demoiselles que nous achevions notre plongée.
pr-IMG_7843.jpg
 (Tracé approximatif de la plongée)
 
 
 
Pour la deuxième plongée du jour et la toute dernière de la croisière, nous découvrions le récif de Gamul Soraya.
gs-IMG_7927.jpg
 
Comme il y a deux ans, sur Abu Dabbab , la "der des der" fut l’occasion pour nous de nous éclater, sans problème de profondeur, donc de consommation. : 17 mètres et 65 minutes, passées à profiter au maximum de cette ultime immersion.
Je retrouvais Air-One et Pat-Sharky pour cette partie à trois, de photos et vidéos !!! Et ce n’est pas Dame Pastenague qui me contredira.
gs-IMG_7941.jpg
Le circuit conseillé durant le briefing fut suivi à la lettre.
gs-IMG_7929.jpg
Passant d‘une patate à l’autre, rencontrant d‘innombrables rascasses volantes et poissons clowns,
gs-IMG_7977.jpg
gs-IMG_7995.jpg
gs-MG_0708.jpg
(votre serviteur, en chasse)
gs-IMG_7985.jpg
le challenge était de dégoter un gobie sur les coraux fouets.
De ce fait, Pat Sharky, grand amateur de bio lui-aussi, scrutait avidement tous ceux qui se présentaient à nous, et eut finalement la joie de nous en trouver un.
-IMG_8007.jpg
Les bonnes surprises ne s’arrêtaient pas là, puisqu’au détour d‘une roche, apparaissant dans un nuage, une raie léopard nous gratifia de son vol majestueux.
gs-IMG_8011.jpg
  
Nous terminions notre plongée sur le champ d‘anguilles jardinières, à proximité du bateau.
La journée se terminait à quai, à Safaga, ou nous pûmes assister au déchargement, puis au rechargement du Moad’dib, bientôt fin prêt pour accueillir une nouvelle cargaison de plongeurs.
gs-IMG_8032.jpg
Quant à nous, l’avion décollant tôt le matin, nous ne quittions Safaga que dans la nuit, après quelques minutes de sommeil. L’escale à Istanbul nous acheva !
 
Retrouvez les plongées précédentes :
Repost 0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 18:30
" le Hat Trick !  "
 
Comme d’hab’, Big brother servit de hors d’œuvre pour Little Brother !!!
Je ne vais pas vous relater tous les parcours effectués, ce sont les mêmes qu’en 2011, lors de la Croisière BDE .
lb-IMG_7585-.jpg
 
Ce rocher vaut bien quatre plongées.
Après la deuxième du matin sur Big, le Moad’dib décala son stationnement de quelques places. Nous retrouvions sur Little Brother, l’Odyssey, le bateau occupé cette semaine-là par Plongeur.com !
lb-IMG_7808.jpg
Au mois de juin, ça n’avait pas encore explosé en Egypte, mais la crise était bel et bien présente : un seul bateau sur Big, puis un seul bateau sur Little, en plus du Moad’dib. Autant dire très peu de plongeurs au fond ! 
La première plongée fut une redécouverte du site. Le guide étant parti comme un fou vers les profondeurs, à la recherche des requins gris, nous avons décidé de ne pas le suivre, et de rejoindre le tombant. Au bout de 7 mn, nous en étions déjà à 150 bars au mano !!!
Le parcours du tombant me permit de faire quelques clichés de la faune récifale : gorgone splendide et xénias pompeurs, corail noir, alcyonnaires, corail de feu…
lb-IMG_7612.jpg
lb-IMG_7615.jpg
lb-IMG 7594
lb-IMG 7621 
 
Un anthias me fit même l’honneur d ‘une grimace !    lb-IMG_7622.jpg
Il est vrai que ces poissons sont tellement présents à chaque plongée, que l’on  a tendance à les oublier. Pourtant, ils sont de bons indicateurs du sens du courant.
Beaucoup moins nombreux mais plus photogéniques, les poissons faucons à tâches de rousseur se calent régulièrement sur les branches de corail de feu ou d‘acropores. lb-IMG_7626.jpg
 
La PALME d ‘OR du séjour revient, sans aucune réserve, aux trois plongées suivantes sur Little.
Trois plongées.
Trois fois des requins. 
Et trois espèces différentes rencontrées sur la même !!!
Le HAT TRICK !
 
La première descente sur la Station de Nettoyage, sur le platier nord, à la rencontre du Gris fut vite stoppée, car la lumière n’avait pas encore atteint le fond, et surtout que le Gris en question nageait paisiblement vers 15-20 mètres de profondeur. Il se trouvait là, bien visible, dans la lumière. Et c’est tant mieux, et bien plus appréciable pour notre conso ; car rester planter à 30-35 mètres à attendre … attendre … attendre… d‘hypothétiques squales … ça, on avait déjà fait. Et plusieurs fois en 2011, surtout que je plongeai à nouveau avec Buddy Air-One (déjà mon acolyte à l’époque)
 
Ce gentil Gris fit un petit tour puis s’en alla …
… afin de laisser la place au Marteau !
croisiere-mixte-7672-.jpg 
Encore plus sympa, celui-ci réalisa deux passages, et resta un peu plus de temps en notre compagnie. Je pense qu’il attendait que Buddy concrétise les réglages sur sa caméra !!!
    
Un deuxième zodiaque se fit entendre en arrivant sur la zone, pour lâcher sur nos têtes trois autres palanquées. Le Marteau disparut à son tour. Il ne nous restait plus qu’à attaquer le tombant à main droite.
Quelques minutes plus tard, alors que nous nous trouvions vers -10 mètres, un Renard nous passa dessous, à environ 5/10 mètres de distance. En 2011, je n'en avais vu que le bout de la queue ; cette fois-ci, je le vis de manière presque subliminale, tellement son passage fut rapide !

♪♪ Mais tout le monde ne vit pas le Renard passer ♪♪

tout occupé à observer les passages des thons, carangues et autres mérous.

 

 

 lb-IMG_7681.jpg
(thon à dents de chien – gymnosarda unicolor)
 lb-IMG_7694.jpg
(carangue bleue – caranx melampygus)
 lb-IMG_7686.jpg
(vieille étoilée – cephalopholis miniata)
   
Et comme cela ne suffisait pas à notre bonheur, un gros napo vint slalomer entre nous. Nous frôlant placidement.
 lb-IMG_7704.jpg
 lb-IMG_7705.jpg
Cela aurait mérité un grand angle, parce que lui, il avait déjà le Fisheye !
Inutile de dire que la sortie de l’eau ne se fit pas dans un silence de cathédrale.
Eh oui, le Jeudi, c’est « SHARK DAY » !!!
Enfin, pas pour tout le monde, car il sembla que nous étions les deux seules palanquées à avoir vu du squale lors de cette plongée.
 
La deuxième immersion sur la Station fut aussi placée sous le signe de l‘adrénaline. Cette fois-ci, la descente fut nécessaire jusqu’au platier. Là, deux Gris s’offraient aux bons soins des nettoyeurs. Stoppés à 37 mètres, nous observions les allées et venues des squales, qui déambulaient entre le bleu et la roche.
lb-IMG_7714.jpg
lb-IMG_7718.jpg  lb-IMG_7721.jpg
lb-IMG_7724.jpglb-IMG_7725.jpg  
Durant une petite dizaine de minutes, nous avons profité du manège. S’approchant un peu plus à chaque passage, les squales faisaient le Show … jusqu’à l’arrivée, un peu trop rapide, des palanquées suivantes, et leur positionnement un poil trop profond. Dommage ! Nous y serions bien restés encore un peu.
Mais les seigneurs des mers n’ont peut-être pas apprécié l’afflux massif de touristes, qui venaient rompre la quiétude des lieux.
 Nous regagnâmes alors le récif, à main gauche, en espérant bien être portés par le courant. Que nenni ! On se prit un courant de face, bien perceptible par la position des anthias ! Nous nous calâmes entre 10 et 15 mètres, pour limiter notre conso et retourner au bateau.  
Ceci ne nous empêcha pas de réaliser encore quelques clichés.
 lb-IMG_7784.jpg
(poissons soldats – myripristis xanthacrus)
 lb-IMG_7707.jpg
(corail de feu en éventail – millepora platyphylla)
 
Je vous l’ai dit : Jeudi, c’est « SHARK DAY »
 
Et le jeudi n’était pas encore terminé. Lors de notre troisième et dernière plongée du jour sur Little, sur la Foret de Gorgones, ce sont encore deux Gris, puis un troisième qui sont venus nous rendre visite. Le troisième, j’ai bien failli le louper car trop occupé à observer un méga-barra se faire nettoyer !
 lb-IMG_7800.jpg
Et pourtant, il n’est vraiment pas passer loin.
 
Ayant passé plus de 20 minutes vers -30 mètres (le jeu en valait la chandelle), notre mano nous signifia vite qu’il fallait rejoindre la bateau. Nos petits yoyos entre -20, -25 et -30, comme aspirés par la présence des requins, nous valûrent de clôturer notre plongée au bout de 32 minutes seulement. Mais ce ne fut que du bonheur !
La remontée sur le Moad’dib fut plus folklorique encore. Pris par le courant à l’approche du bateau, j’avais tant bien que mal  réussi à attraper le bout arrière, mais je sentais bien que je n’avais aucune chance de nager jusqu’à l’échelle, d‘autant plus que mon long cordage se mit à l’horizontal et me fit presque toucher la coque du bateau ! Buddy Air-One, avec son physique de crevette, ne put attraper le bout et se fit emporter vers l’avant, ou il put saisir l’autre bout. Je me laissais donc dériver à mon tour vers l’avant, et c’est « au vol » que je pus me saisir du cordage salvateur ! Un zodiaque vint nous récupérer, pour nous incorporer aussi sec dans la palanquée-saucisson !!!
lb-IMG_7586.jpg
           (Little Brother : le schéma)
 lb-IMG 7638
   (coucher de soleil sur Big Brother)
 
 
     
     
Retrouvez les requins des Brothers : By Air-One
A suivre …
946696 419618931491335 1710541181 n
Retrouvez les plongées précédentes :
Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 21:00
« Du requin, sinon rien ! »
 
Plonger sur l’épave du Numidia fut une superbe transition entre les plongées sur épaves effectuées les jours précédents et les plongées « espoir de voir du squale », sur les Brothers.
bb-IMG_7526.jpg
Après une navigation de nuit, en provenance du Sinaï et l’épave du Dunraven, nous accostions sur Big Brother vers deux heures du mat. Voir l’équipage à pied d’œuvre de jour, c’est déjà pas mal, mais de nuit, ça atteint des sommets. Ces types-là sont des virtuoses ! 
Au petit matin, j’effectuais mon retour sur Big Brother, après la croisière BDE de juin 2011. J’en gardais un excellent souvenir, notamment le requin gris croisé en quittant le Numidia !
En palanquée de trois, avec mes binômes Xav’ et Pat-Sharky, nous voilà donc partis vers l’épave du Numidia, sur le tombant ouest.
bb-IMG_7448.jpg
  
A peine avions-nous atteint les premières structures qu’un requin gris nous passait au-dessus.
« Ok, c’est parti ! »
Ca commençait sur les chapeaux de roue !
 
Durant toute notre visite de l’épave, ce ne sont pas moins de dix passages de squales auxquels nous avons eu droit. Malheureusement, peu de photos valables et encore moins de vidéos : trop sombre, trop loin, trop bleu !
Seul un cliché est presque publiable, où j’ai pu coupler le sélacien avec un autre prédateur présent sur les lieux (oui, oui, y a bien un requin, cherchez bien !).

bb-IMG_7466.jpg

J’attends avec impatience la vidéo de Buddy Air-One qui, lui, les a chopés comme il faut !
Malgré tout, cette deuxième visite du Numidia restera la plus intéressante, tant les prédateurs rôdaient dans les parages : requins gris, barracudas, thons, carangues, flûtes …
bb-IMG_7469.jpg
bb-IMG_7490.jpg
bb-IMG_7506.jpg
Les structures concrétionnées représentaient toujours de formidables sujets pour les photographes.
bb-IMG_7455.jpg
bb-IMG 7457
bb-IMG_7462.jpg
bb-IMG_7461.jpg
bb-IMG_7463.jpg
Une fois certains que les requins étaient bel et bien partis, nous quittions le périmètre de l’épave pour longer le récif, et prendre la direction du bateau.
bb-IMG_7561.jpg
Avec Pat-Sharky, autre photographe, nous nous attardions sur les grandes gorgones, les massifs de coraux de feu,  et sur tous ces petits poissons qui donnent de la couleur à nos photos !!!
bb-IMG 7482
   (gorgone de Hickson – subergorgia hicksoni)
bb-IMG_7498.jpg
   (corail de feu – millepora dichotoma)
bb-IMG 7503
   (priacanthe / beauclaire lanterne – priacanthus hamrur)
bb-IMG_7515.jpg
   (poisson ange empereur – pomacanthus imperator)
 
Sans oublier ceux que je commence à kiffer autant que les clowns, mes nouveaux amis, les poissons faucons à tâches de rousseur (parrachirrites forsteri)
bb-IMG_7508.jpg
bb-IMG_7512.jpg
Au bout de cinquante minutes, nous émergions, tout heureux de ces rencontres.
bb-IMG_7446-.jpg
(tracé approximatif de la première plongée)
 
La deuxième plonge sur Big Brother fut du même acabit : hormis les requins, toujours la luxuriance et la diversité !
La question que l’on posa une fois sorti : « avez-vous vu le renard passer ? »
Personne ne vit le renard, une fois de plus.
2011-2013 bis repetita !
Pourtant, paraît qu’il y en a un qui furète dans le coin !
C’est sur le tombant Est que nous plongions en deuxième session. Très riche, très peuplé, très coloré …
bb-IMG_7541.jpg
bb-IMG_7569.jpg
bb-IMG_7546.jpg
(gorgone splendide – acabaria sp)
bb-IMG_7548.jpg
 (poisson ange royal/holacanthe duc – pygoplites diacanthus)
bb-IMG_7563.jpg
(poisson lime gribouillé – aluterus scriptus)
bb-IMG_7536.jpg
(baliste titan – balistoides viridescens)
 
Pour la première fois, je capturais un de ces petits poissons qui se faufilent entre les branches des gorgones, un juvénile de poisson cochon lyre (bodianus anthoides), labre peu commun et solitaire.
bb-IMG_7540.jpg
Mes nouveaux amis eurent aussi droit à quelques clichés de plus, de moins en moins farouches à mon approche … ou alors c’est moi qui a une approche un peu moins farouche ?
bb-IMG_7575.jpg
bb-IMG_7577.jpg
Les rascasses volantes faisant aussi partie de mes préférés, elles y eurent droit à chaque fois.
bb-IMG_7579.jpg
bb-IMG_7581.jpg
 
Ainsi s’acheva notre retour sur Big Brother. A quelques minutes de navigation, le gros morceau nous attendait, avec de gros espoirs : Little Brother !
 
A suivre …
946696 419618931491335 1710541181 n
 
Retrouvez les plongées précédentes :
Repost 0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 21:00
« Rencontres »
croisiere-mixte-7331.jpg
Suite à un sondage au sein du groupe, il fut décidé, pour notre dernière immersion du jour, de plonger sur une nouvelle épave proche du Sinaï, plutôt que de faire une Night Dive sur un site quelconque. Quoique je pense qu’il n’y ait pas de site quelconque lors d‘une plongée de nuit ! Mais c’est plutôt le délai de la traversée qui nous attendait qui a pesé lors de la réflexion. En effet, après Ras Mohamed, le programme nous dirigeait vers le sud et les îles Brothers, à quelques huit heures de trajet. 
C’est donc vers Shaab Mahmoud que la croisière nous menait afin de découvrir l’épave du Dunraven. C’’est au rythme d’ « Alexandrie » que les joyeux plongeurs s’équipèrent.
shaab-mahmoud.gif
  
Construit en 1873, le Dunraven, bateau à vapeur, eut une vie très courte. C’est en avril 1876, au retour d’un voyage vers Bombay, chargé d’épices et de coton, qu’il sombra sur le récif de Shaab Mahmoud. Reposant aujourd’hui entre 15 et 29 mètres de profondeur. Il a la particularité de reposer à l’envers « sans dessus-dessous », offrant sa coque aux visiteurs.
dunraven.gif
 
Je suis resté un peu sur ma faim lors de cette plongée. Pas au niveau de la faune rencontrée mais plutôt sur le fait que le parcours me semblait un peu long pour accéder à l’épave.
Quoiqu’il en soit, sur le récif, la faune fut au rendez-vous : clowns, rascasses volantes, platax, … sans doute ce qui nous retarda un peu sur le timing.
du-IMG_7385.jpg
 du-IMG_7351.jpg
C’est presque par hasard que l’on s’aperçoit que nous y sommes !
Un énorme rocher sembla apparaître dans une eau légèrement trouble, sans doute à cause des plongeurs qui nous avaient précédés.
Mais sa ligne régulière m’alarma aussitôt. Nous y étions. La coque retournée avait offert un support à de nombreux coraux et alcyonnaires, lui donnant vraiment l’allure d’un récif naturel. D’où la présence de nombreux poissons de récif.
du-IMG_7361.jpg
   ( poissons porc épic à tâches jaunes – cyclichthys spilostylus)
Trois grands trous dans la coque permettaient d’accéder à l’intérieur, pour y découvrir les chaudières et tout un fatras de pièces métalliques. Les glassfishes nous offrirent un ballet à la lumière de nos phares.
du-IMG_7363.jpg
du-IMG_7364.jpg
du-IMG_7369.jpg
du-IMG_7370.jpg
du-IMG_7372.jpg
  
C’est vers l’arrière que nous fîmes notre plus belle rencontre de la plongée. Eclairée par le phare de binôme Manu, une immense murène nous fit la grâce d’une longue nage. Sans montrer la moindre crainte, elle s’éloigna pour mieux se rapprocher, puis repartir à nouveau, à la rencontre des autres palanquées.
Une fois sortis de l’épave, nous gagnâmes la poupe pour y découvrir l’hélice colonisée de petits alcyonnaires.
du-IMG_7340.jpg
En nous éloignant un peu, nous eûmes un semblant de vue d’ensemble, la visi n’étant pas au rendez-vous !
du-IMG_7377.jpg
du-IMG 7381
Nous achevâmes notre plongée sur le récif, avant de regagner le Moad’dib.
du-IMG_7391.jpg
du-IMG_7394.jpg
 du-IMG_7334-.jpg
   (tracé approximatif de la plongée)
Suite à notre remontée, le Moad’dib prit la route vers le sud. Alors que nous voguions, je dis, comme une prémonition : « manque juste les dauphins ! »
Et il était écrit que les belles rencontres, faut juste les souhaiter : un groupe d’une vingtaine de dauphins arriva d’un coup et fit un bout de route avec nous. C’était de bon augure pour la suite.
du-IMG_7409.jpg
  
Alors que la palanquée-saucisson œuvrait (j’y avais rejoint, par solidarité, mon binôme qui m’avait lâchement abandonné lors de notre plongée sur Anemone City), le soleil couchant donnait à la Mer une belle teinte rouge-orangée.
du-IMG_7416.jpg
     
 
A suivre …
946696 419618931491335 1710541181 n
 
Retrouvez les plongées précédentes :
Repost 0
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 17:15
« Plongées de chiottes »
 
Après la découverte du Thistlegorm, cap à l’Est.
Mardi 11 juin, troisième jour de notre croisière, et plongée sur le Parc National de Ras Mohamed, adossé au Sinaï.
Ras-Mohamed-by-David-Doubiler-to-National-Geographic-story-.jpg
 
 
Classé Réserve marine depuis 1983, Ras Mohamed est un lieu très couru. Heureusement pour nous, il y avait juste trois bateaux sur le site à l’aube de cette nouvelle journée.
Deux plongées étaient prévues dans le secteur : Yolanda Reef, pour la première du matin, puis Anemone City. 
  
YOLANDA REEF
Ce site porte le nom d’un cargo chypriote coulé sur le récif en 1980, mais qui a, au fil du temps, « glissé » vers les profondeurs du Parc. Ne reste aujourd’hui visible que sa cargaison engloutie.
La plongée suivante eut lieu sur Anemone City, situé un peu plus à l’est. Ces spots, ainsi que Shark Reef, situé entre les deux, donnent sur le même tombant.
RAS-MOHAMED-NATIONAL-MARINE-PARK-620x350.jpg
yr-IMG_7327.jpg
Largués par le Moad’dib au niveau de Shark Reef, nous nous sommes laissés porter par le courant le long du tombant, jusqu’à une profondeur de 36 mètres.
Une palanquée géante de 29 plongeurs rencontrait alors un immense banc de vivaneaux, puis un banc de nasons licornes.
C’est en déclenchant mon APN que je m’aperçus, qu’à nouveau, il allait me causer des tracas. Le petit nettoyage effectué la veille sur les boutons poussoirs ne fut pas concluant. C’’est donc sur le mode caméra que j’effectuais la presque totalité de ma plongée. 
La lente remontée du tombant nous mena sur le récif, où s’accumulaient pêle-mêle les structures métalliques arrachées au Yolanda, les vestiges d'un container et la cargaison de sanitaires : baignoires et WC gisant tantôt bien alignés, tantôt en vrac, comme à la foire-fouille ! Le décorateur du lieu avait décidément un goût de chiottes !!!
Toute une petite faune ayant réussi à se développer sur l’émail, nous eûmes la surprise d’y trouver du corail dur, du mou, des anémones, des rascasses et des poissons pierres bien camouflés, ainsi que tous les PPMR gravitant autour.
yr-IMG_7218.jpg
  
Mais le plus frappant sur ce site, ce fut surtout l’extraordinaire richesse et la diversité des espèces rencontrées : station de nettoyage gérée par les labres, murènes, raies pastenagues, napoléons, vivaneaux, carangues, nasons licornes, balistes striés, globes, coffres, limes … Et tout ça, avec une luminosité et une visibilité extraordinaires.
yr-IMG_7204.jpg
       (nason licorne-naso unicornis)
yr-IMG_7314.jpg
         (poisson ballon à épaules noires-arothron hispidus)
yr-IMG_7271.jpg
          (poisson lime gribouillé-aluterus scriptus)
On voulait de la poiscaille, on en a eu !
Le clou du spectacle fut ce napoléon, sans doute une huile, accompagné de six carangues bodyguards, qui l’encadraient coûte que coûte dans tous ses déplacements !
yr-IMG_7182.jpg
    (tracé approximatif du parcours)
  
ANEMON CITY
 Après graissage des boutons pressoirs, j’étais fin prêt pour la plongée suivante. Plus rien ne pouvait m’empêcher de réaliser une plongée parfaite sur Anemone City et sa colonie de clowns !
Hélas, dès la mise à l’eau, mon octopus se mit à fuser comme un fou. Le temps de le récupérer et de le mettre en bouche, mon binôme avait disparu sur la pente du tombant. Remonté en surface, j’eus la surprise d’y retrouver un autre plongeur égaré, qui avait, lui, des soucis avec ses oreilles. Décision fut prise de partir de notre côté, à faible profondeur, tant que les oreilles de Monsieur faisaient les délicates !
yr-IMG_7259.jpg
yr-IMG 7260
Nous eûmes tout de même droit au ballet des clowns !
yr-IMG_7261.jpg
yr-IMG_7283.jpg
yr-IMG_7285.jpg
 yr-IMG_7289.jpg
Finalement, au bout de dix minutes de plongée à 5/6 mètres, mon binôme put descendre. Mais d‘autres problèmes survenaient : le bras de mon flash déporté se dévissait et les pilles donnaient des signes de faiblesse. Plongée de chiottes, je vous le disais !!!
Nous atteignîmes tout de même une profondeur de 26 mètres, où de grandes gorgones de Hickson tapissaient cette partie du tombant.
yr-IMG_7301.jpg
yr-IMG_7299.jpg
Enfin nous retrouvâmes le plateau bordant le récif, sur lequel avait eu lieu la première plongée. Là aussi, la faune pullulait : clowns, anges, limes, carangues, napoléons … égayaient notre parcours. Sur ce plateau dominé par les coraux mous (brocolis et alcyonnaires), quelques acropores tabulaires servaient toutefois de cachette aux murènes géantes.
ac-IMG_7295.jpgyr-IMG_7320.jpg

                 (corail brocoli et alcyonnaire : ambiance vanille–fraise)

yr-IMG_7318.jpgac-IMG_7324.jpg 
C’est ici que les autres palanquées nous rejoignaient et que je récupérais mon binôme du jour, pour achever cette plongée, au niveau de Yolanda Reef. La sortie de l’eau fut plutôt sportive, au milieu des Daily Boat de Sharm el-Sheikh qui avaient envahi le site.
yr-IMG_7328.jpg
 

yr-MG_7252-.jpg

   (tracé approximatif de la plongée)
 
 
A suivre …
946696 419618931491335 1710541181 n
 
Pour en savoir plus sur Ras Mohamed :
  

Retrouvez les plongées précédentes :

- Gota Abu Ramada

- Le Giannis D

- le Rosalie Moller

- le Thistlegorm

  

Repost 0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 20:25
« Max de platax et gang de carangues »
 
Voilà donc le gros morceau, le célébrissime SS Thistlegorm, qu’on regarde toujours sur le net comment ça s’écrit, et que personne ne prononce de la même façon !!!
Cette épave que tous les plongeurs qui ont effectué une croisière dans le nord de la Mer rouge ont pratiquée, et que tous les autres rêvent de pratiquer. Il existe tellement d’articles, livres, sites web, photos … qu’on a l’impression de le connaître par cœur. Bref … le Must !
 
Après notre plongée sur le Rosalie Moller, et pendant le p’tit déj’,  le Moad’dib fit route vers la côte occidentale du Sinaï. La traversée fut rapide. Notre deuxième plongée du jour démarra vers 11 heures. Notre bateau stationnant au-dessus du Thistlegorm, ce fut une plongée avec départ et retour bateau.
thistlegorm2_HR.jpg
 
Cargo anglais de plus de 130 mètres de long, le Thistlegorm transportait du matériel militaire pour les troupes anglaises d‘Afrique : camions, jeeps, motos, chars légers, locomotives et wagons, ainsi que divers armements (fusils, obus, munitions …)
Il mouillait entre le récif de Sha’ab Ali et le Sinaï, quand il fut repéré et attaqué par un bombardier allemand, dans la nuit du 5 au 6 octobre 1941. Touché par deux bombes, il coula sur un fond de sable de trente mètres, faisant neuf victimes parmi l’équipage. Pour la petite histoire, sachez que l’explosion fut si intense que les Allemands purent voir non loin de là, le Rosalie Moller, qu’ils coulèrent deux jours plus tard !
Le cargo gît désormais au fond du Détroit de Gubal, tel un imposant Musée de la Seconde Guerre Mondiale. Bien qu’attaqué par la corrosion et les concrétions, le matériel est fort reconnaissable et toujours bien aligné.
th-IMG_7135.jpg
   
Je retrouvai mon « usual buddy », Air-One, pour ces deux plongées programmées sur le Thistlegorm. Suite au briefing, nous décidions d‘attaquer directement par les cales en passant par la cassure provoquée par l’explosion, puis de finir par  l’avant du navire, avant de revenir à la cassure et remonter.
 
Dès la mise à l’eau, les platax formaient un comité d‘accueil. Mais sans nous attarder sur nos nouveaux amis, nous pénétrâmes dans les immenses cales. Et c’est ce moment-là que mon APN choisit pour faire des siennes. Plus moyen de faire fonctionner les boutons du caisson. Et ce n’était pas la profondeur qui était en cause. Mon seul moyen de sortir quelques images de cette plongée fut d’allumer et d‘éteindre l’appareil à chaque fois que je voulais filmer ou prendre une photo : l’allumage de l’appareil déclenchait automatiquement la prise de vue ou la caméra. Malheureusement, les photos ne furent pas d‘une grande qualité, puisque le flash déporté relié au flash interne ne se déclenchait jamais. 
 
A l’intérieur des cales, très vite, apparaissaient les vestiges militaires : camions, motos, bottes, fusils …
croisiere-mixte-7057.jpg
th-IMG_7066.jpg
th-IMG_7067.jpg
th-IMG 7074
th--IMG_7084.jpg
  
 Nous croisâmes la route d‘une grande murène surprise par notre présence, puis de rascasses volantes dans la pénombre. La proximité des pneus d‘un camion rendait la scène plutôt cocasse !
Nous rencontrâmes aussi une palanquée inconnue de cinq marathoniens, qui semblaient vouloir visiter toute l’épave en une seule plongée, ça palmait méchamment. De ce fait, certaines parties des cales devenaient vite impraticables.
Beaucoup moins cocasse !
Après cette visite « underground », nous ressortions vers l’avant, au niveau des wagons citernes.
th-IMG_7105.jpg
th-IMG 7104
Nous longeâmes la coque à tribord pour passer sous le château avant et découvrir la chaîne de l'ancre descendant vers le sable.
th-IMG_7107.jpg
th-IMG_7109.jpg
th-IMG_7113.jpg
Remontant sur le château avant, nous pouvions admirer la multitude de petits poissons déambulant autour des treuils.
th-IMG_7120.jpg
th-IMG_7125.jpg
En repassant au-dessus du wagon citerne, je m’imaginais une bouteille de soda en alu écrasé à la main.
th-IMG_7126.jpg
 
Nous terminions notre balade parmi les débris du pont principal, où une tortue était assaillie de toutes parts par les plongeurs, qui faisaient la queue pour la voir !!!
 
La deuxième plongée sur ce méga récif artificiel fut consacrée à la partie arrière, toujours sous l’œil bienveillant des platax. Mais avant cela,  nous nous écartâmes de l’épave pour aller voir la locomotive qui avait été projetée loin du cargo lors de l’explosion. Un rapide aller-retour vers cette locomotive, un rapide survol d’un char léger, et nous voilà sur le château arrière pour y découvrir une mitrailleuse et un canon anti aérien, dans lequel des gorgonocéphales avaient élu domicile.
Enfin, nous regagnâmes le pont principal, pour retrouver l’effervescence des PPMR*. Et là, surgit de la brume un gang de carangues, fonçant droit sur nous, et venant se servir dans la poissonnerie locale. Le spectacle se passait maintenant au-dessus, les chasseurs tournant et virevoltant parmi les structures métalliques.
th-IMG_7169.jpg
Soudain, un cliquetis bien particulier me fit me retourner. Air-One agitait son shaker pour me signaler la position d‘un poisson crocodile, qui nous gratifia d‘un vol plané avant de se réinstaller, se la jouant « camouflage ».
croisiere-mixte-7175-.jpg
th-IMG 7179
La plongée prit fin en présence du croco. La remontée fut plus compliquée que prévue. Un léger courant nous fit louper l’amarre du Moad’dib, et c’est sous un bateau étranger que nous ressortîmes la tête de l’eau. Nous revinrent au bateau grâce au zodiaque, en mode ski nautique, ce qui nous valu d‘être incorporés à la Palanquée-Saucisson du soir !!!
Cette palanquée rassemblait chaque soir les « boulettes » du jour : oubli du lestage, perte de sa lampe, perte de binôme, … 
Cette plongée inoubliable dans le Passé, parmi les platax et les carangues, restera l‘un de mes meilleurs souvenirs de cette croisière, autant par l’importance historique de l’épave, que par la faune rencontrée.
 
Comme le Rosalie Moller, c’est à refaire !!
 
 
 
A suivre …
 
946696 419618931491335 1710541181 n
Pour en savoir plus sur le Thistlegorm :
* : PPMR : Petits Poissons de Mer Rouge 
Repost 0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 16:59
« Ambiance Night Dive »
 
Alors là, j’ai a-do-ré  !
Le Rosalie, c’est sombre, c’est laiteux, c’est vaseux … mais quel pied !
Notre deuxième jour en Mer Rouge nous mena encore plus au nord que le Giannis D. S’enfonçant encore plus dans le Détroit de Gubal, le Moad’dib s’arrêtait au-dessus d’une nouvelle épave, le Rosalie Moller.
Ce bateau britannique transportant du charbon, fut coulé en octobre 1941, non loin du célébrissime Thistlegorm, coulé lui aussi par les avions allemands, deux jours plus tôt. Posé sur un fond de 50 mètres, il sombra dans l’oubli, jusqu’à sa récente découverte en novembre 1999.
Cette épave peu connue et admirablement conservée, fut le théâtre, au petit matin, de notre troisième plongée de cette croisière.
croisiere-mixte-6989-.jpg 
Postés à l’aplomb du Rosalie (c’est son petit nom), nous nous mettions à l’eau directement du bateau. Après une rapide descente, nous arrivâmes sur la partie centrale du navire. Et là, je proposai à mes deux coéquipiers de faire le trajet dans le sens inverse de celui proposé par le guide sur son schéma. Un truc de fou pour me faire comprendre.
Effectivement, durant la descente dans les bulles de nos prédécesseurs, je nous imaginais déjà suivre le troupeau et subir les nombreuses envolées de particules qu’il ne manquerait pas de provoquer. Donc, j’eus un mal de chien à faire comprendre ceci à mes binômes qui, eux, tentaient de me persuader que je me trompais de direction. Ils finirent par acquiescer par un haussement d’épaules, signifiant sans doute un « ben allons-y alors ! »
Donc, au lieu de nous diriger vers l’avant, nous filions vers la poupe, empruntions les coursives, slalomant entre les longs alcyonnaires en évitant de nous cogner aux nombreuses rascasses volantes, des myriades de petits poissons reflétant la lumière de nos phares.
croisiere-mixte-7001-.jpg
  (Rascasse volante-pterois volitans)
 
Et nous étions les premiers sur les lieux !
Pas de trace de palmage intempestif, et pourtant quelle visi pourrie !
Comme écrit plus haut, l’endroit était laiteux, les particules tant redoutées étaient bien présentes. On aurait dit qu’il neigeait sur le Rosalie.
croisiere-mixte-7043-.jpg
  (poisson clowns et son anémone-amphiprion bicinctus)
 
Cela ne nous empêcha aucunement de shooter ou de filmer ; une palanquée de trois photographes-vidéastes, ça flashait grave ! Les nombreuses comatules, les innombrables poissons clowns s’offraient à nos objectifs. La plongée ayant débuté avant sept heures du matin, il faisait encore bien sombre à 35 mètres de profondeur. Les animaux se débusquaient alors avec nos loupiotes.
croisiere-mixte 6997-
  (une comatule commune, comme dans une vision nocturne -lamprometra klunzingeri )
croisiere-mixte 7004-
  (un gorgonocéphale semblait ouvrir ses bras pour nous accueillir -astroboa nuda  )
croisiere-mixte-7007-.jpg
  (un poisson ange géographe vint nous frôler -pomacanthus maculosus  )
croisiere-mixte-7014-.jpg
(un oursin cuir de Mer Rouge, tel un pin's sur la tôle -Asthenosoma marisrubri)
 
Cette formidable concentration de clowns m’étonna, je ne savais plus où tourner la tête. Que ce soit sur des anémones magnifiques (heteractis magnifica) ou des anémones à tétines (entacmea quadricolor), les clowns menaient la danse, sous la neige et avec frénésie.
croisiere-mixte-7042-.jpg
 croisiere-mixte-7029-.jpg
En évitant soigneusement de s’approcher des cales chargées de charbon à la poussière fort volatile, nous retrouvions notre secteur de départ, au centre de l’épave. Ici, il n'est nullement question de faire des photos avec jeux de lumière, dans les cales, si l'on veut en ressortir vivant !
Nous rencontrions là nos premiers êtres humains (homo palmus), en instance de remontée. Après 25 minutes passées à déambuler à plus de 30 mètres, il était grand temps de penser à rejoindre la surface. Nous rejoignions les autres palanquée pour le palier, tous accrochés à l’amarre du Moad’dib.
Nous n’avions parcouru que la moitié de l’épave, mais nous avions pris notre temps, et cela suffisait à notre contentement. Je restai pourtant sur ma fin !
Plongée à refaire ...
Absolument !
 
 
 
A suivre ...
946696 419618931491335 1710541181 n
 
Pour en savoir plus sur le Rosalie Moller :
Repost 0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 20:18
    « D comme Délire »
 
 Avec l’épave du Giannis D, les choses sérieuses allaient commencer : de la vieille tôle, de la tôle rouillée, de la tôle concrétionnée, thème de notre div’enture en Mer Rouge.  
Après notre première plongée, au large d’Hurghada, nous avions donc pris la direction du nord, vers le secteur des épaves. Dans le Détroit de Gubal, à proximité de l’Ile de Shadwan, le récif de Sha’ab abu Nuhas « abrite » quatre épaves, un véritable cimetière :
croisiere-mixte-6985.jpg             (Ile de Shadwan)  
 croisiere-mixte-6856.jpg
 
le Chrisoula K, le Carnatic, le Giannis D et une dernière sans nom.
La plongée allait s’effectuer sur le Giannis D, la plus à l’ouest du récif.
 
Le 19 avril 1983, ce cargo de 99 mètres de long, battant pavillon grec, en provenance de Rijeka, en Croatie, et à destination du Yémen, vint heurter le récif. Il resta à flot durant six semaines, avant d’être cassé en deux par la force des flots, pour le plus grand bonheur des plongeurs. La poupe partit se poser sur un fond de 27 mètres. La proue suivit quelque temps après, se couchant sur le flanc du récif
 ghiannis-D.jpg
 
Pour cette immersion je retrouve mon binôme Air-One, l’élégant vidéaste. Après un cours trajet en speed-boat, nous voilà enfin au-dessus de l’épave. Nous avions décidé de ne pas foncer sur la tôle, comme on le fait d’habitude, pressés de découvrir les petites bébêtes qui s’y cachent. Afin d’avoir une vue d’ensemble, il nous sembla bon de nous éloigner quelque peu de la poupe. Bien nous en a pris ! Malgré une visi moyenne, loin du mur de bulles des palanquées précédentes, l’épave nous apparut entière et inclinée. Vision grandiose. Cela aurait mérité une meilleure visibilité !!!
 croisiere-mixte-6863-.jpg
 
 Nous avons, après cela, passé quelques trente minutes sur cette partie arrière. Ce sont tout d’abord deux platax qui nous occupèrent quelques minutes, à la base de l’épave, tournant et s’offrant aux bons soins des labres nettoyeurs.   croisiere-mixte-6867-.jpg
    (Platax au nettoyage, platax teira)
   
Après cet intermède hygiènique, nous remontions sur l’épave, parcourions les coursives, arpentions la tôle rouillée et dèjà bien concretionné malgré son jeune âge. Un autre platax fit un bout de chemin avec nous, alors que nous nous rapprochions de la cheminée ornée du D, de la compagnie de navigation Danae.
       img_6885.jpg
croisiere-mixte-6886.jpg                (platax, platax teira)
     croisiere-mixte 6878                                    (poissons-clowns, amphiprion bicinctus) croisiere-mixte-6871--.jpg
croisiere-mixte-6875.jpg
 
Au pied de la cheminée, s’ouvrent les accès aux salles des machines, puis aux cales, aux cuisines, à la passerelle de commandement. Nous nous aventurions alors dans quelques-uns de ces endroits plus ou moins obscurs.
Un lieu idéal pour profiter des jeux de lumière. Les ouvertures nombreuses et variées offrant de nombreuses possibilités, il suffisait simplement de se frayer un chemin dans les bancs de poissons hachettes. A condition de savoir encore où l'on est, car le côté bancal de l'épave donne parfois des impressions déroutantes. En entrant dans le poste de commandement, j'eus , l'espace d'une seconde, comme un étourdissement. Comme le guide l'avait annoncé durant le briefing, je pris sur moi, le temps que ça passe !  
 croisiere-mixte-6900-.jpg
(les cales et les poissons hachettes - pempheris vanicolensis)
 croisiere-mixte-6910-.jpg
croisiere-mixte 6912
croisiere-mixte-6918.jpg
croisiere-mixte-6916-.jpg(le poste de commandement)
 
En quittant la partie arrière de l’épave, nous survolions la zone de cassure, croisant un petit groupe de platax peu farouches …
 croisiere-mixte-6960.jpg
… et là, cerise sur le gâteau, une tortue vint nous rendre visite, et passa un long moment en notre compagnie, un chirurgien (esthétique) venant de temps en temps lui « butiner » la carapace.
Binôme Air-One persista à la suivre pendant qu’elle remontait respirer. Sagement, je les attendais en bas !  
croisiere-mixte 6966-
 
Elle redescendit bientôt, se payer quelques tranches de cnidaires squattant la tôle. Nous avons donc passé notre palier de sécu avec dame Tortue, faisant encore quelques clichés, avant de lâcher notre parachute et d’être récupérés par le speed-boat.
croisiere-mixte-6980.jpg
Nous sortions ravis de cette plongée, même si nous y serions bien restés quelques temps encore ! Mais 50 minutes passées sur cette belle épave, c’est toujours bon à prendre.
 
 
 Je ne résiste pas à l’envie de publier cette photo pêchée sur la toile, histoire de prouver que le Giannis D valait bien une meilleure visi !!!
 
  524316_10201077680678733_913942477_n.jpg
      (Cliché de Franck Nelissen)
A suivre …
 946696 419618931491335 1710541181 n
 
 
 
 
 
Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 21:05
    « Retrouver l’aquarium » 
 
Après la petite sieste réparatrice consécutive à notre éprouvant voyage, nous quittons Safaga, direction Hurghada. A quelques encablures de l’usine à touristes, se trouvent le récif de Gota Abu Ramada, où nous effectuons notre plongée dite de réadaptation.
croisiere-mixte-6741-.jpg
croisiere-mixte-6742-.jpg
  
Quel plaisir de plonger ici et de retrouver l’aquarium égyptien !!!
croisiere-mixte-6767-.jpg
Le spectacle est grandiose, nous avons droit à tout le bestiaire poissonneux de Mer Rouge : murènes, perroquets, anges, pastenagues, crocodiles, gaterins, faucons, balistes, nasons, ballons, loches diverses, ainsi que les PPMR (Petits Poissons de Mer Rouge) : anthias, clowns, papillons, mulets… Sans oublier les volantes.
Nous avons eu droit à une excellente luminosité, malgré une eau quelque peu chargée.
 
croisiere-mixte-6775-.jpg
         (murène javanaise, gymnothorax javanicus)
croisiere-mixte-6780-.jpg
     (poisson faucon à tâches de rousseur, paracirrhites forsteri)
croisiere-mixte-6753-.jpg
           (poisson crocodile, papilloculiceps longiceps)
croisiere-mixte-6843-.jpg
    (rascasse volante, pterois volitans)  
croisiere-mixte 6792--
         (poisson clown, amphiprion bicinctus)
 
En plongeant à 10h30, nous arrivons sur un site où quelques bateaux ont déjà largué leurs plongeurs. Cependant, sous la surface, ce n’est pas l’embouteillage prévu … enfin, à l’aller, parce qu’au retour, c’est un défilé constant de baptisés et  de palanquées éparpillées. Une fois la tête hors de l’eau, nous pouvons voir que ce ne sont pas moins de 13 bateaux qui sont venus s’agglutiner sur le récif, tous en provenance d’Hurghada. Vite, fuyons ! C'est la dernière fois que nous verrons autant de bateaux sur un même site. 
 
croisiere-mixte 6848-
 
Après cette plongée, nous reprenons notre route, direction plein nord, vers le Détroit de Gubal (qui mène au Canal de Suez). Près de l’île de Shadwan, un récif a vu sombré quatre bateaux, dont trois sont devenues des épaves connues dans le monde entier : le Carnatic, le Giannis D, le Chrisoula K. C’est la Giannis D qui retiendra toute notre attention pour la prochaine plongée.
     
 
A suivre …
946696_419618931491335_1710541181_n.jpg 
Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 20:36
C’est une manie, chez nous, de flirter avec les révolutions !  
Déjà, en juin 2011, après la chute de « l’Ancien Régime »,  je participais, avec mon club, à la Croisière dite BDE, sur le Triangle  d’Or. En ce mois de juin 2013,  je repartais en Mer Rouge pour y effectuer une seconde croisière, quelques temps avant la nouvelle révolution égyptienne. Des évènements qui ne prêtent pas à sourire, vu la tournure qu’ils prennent ces derniers jours.
 croisiere-mixte 7654
Crises (au pluriel) obligent, le charter pour Hurghada avait été annulé et nous nous retrouvions donc à bord d’un vol régulier de la Turkish Airlines.
Après un départ de Lyon, pour rallier Istanbul pour un arrêt pipi de trois heures et une bière à 8 €, nous arrivions à Hurghada vers trois heures du mat ; et enfin une heure de bus pour rallier Safaga. Autant avouer qu’on avait tous la Gueule dans le C.. en arrivant sur le Moad’dib, de Dune.
 
croisiere-mixte 6728
               (à bord du « Moad’dib », en quittant Safaga)
 
La première partie de cette croisière était essentiellement consacrée aux épaves …
croisiere-mixte 6733
          (Scuba Vince et Air One, en pleine déco)
 
Non, pas celles-là …
… les vraies, les vieilles, les mythiques !
 
Le Giannis D, le Rosalie Moller, le Thistelgorm, le Yolanda (ou du moins sa cargaison), le Dunraven étaient au programme.
 
croisiere-mixte 6863
   (Le Giannis D) 
Pour ce faire, nous devions longer la côte égyptienne, de Safaga vers le Détroit de Gubal. Puis rallier le Parc de Ras Mohamed, en longeant une partie du Sinaï. Après cette partie réservée aux épaves, descente directe sur les Brothers Islands, déjà visitées en 2011. 
 
croisiere-mixte 7525
        (Ilôt de Big Brother)
Aller aux Brothers, c’est espérer voir du squale ! Et du squale, on en a vu. Mais ça, j’en reparlerai dans un futur post. 
 
En 6  jours, j’ai plongé 16 fois, cumulant 765 minutes « underwater » (soit 12h45mn) et 463 mètres de profondeur … 
 
Pour résumer, une croisière c’est :
Plonger-Manger-Dormir,
Plonger-Manger-Dormir,
Plonger-Apéro-Manger-Dormir.
Vive le Nitrox ! 
 
Parfois vient bouleverser cette monotonie, un petit concours, comme deviner les génériques de notre enfance. Mention spéciale aux découvreurs de "Caliméro" et "Fraggle Rock" ! Ils se reconnaîtront.
Par contre, "Capitaine Flam" … trop facile !
 
Le feuilleton de l’été concernera donc cette div’enture.
Avec dans l’ordre, des plongées sur Gota Abu Ramada (à Hurghada), le Giannis D, le Rosalie Moller, le Thistelgorm, Yolanda Reef (à Ras Mohamed), le Dunraven, Big Brother et le Numidia, Little Brother, Panorama Reef et Gamul Soraya (à Safaga).
J’espère vous tenir en haleine jusqu’au bout !!!
 
Pour débuter, une petite mise en bouche, avec un aperçu de ces plongées :
Tentez de garder le rythme !
 
 
A bientôt
    
Repost 0

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...