Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:31
Mes plongées estivales en Bretagne ne m’ayant pas permis de découvrir les épaves locales, c’est avec grande impatience que je me rendais dans le Var pour m’immerger sur deux joyaux méditerranéens : le Rubis et le Togo. Ma collection  d’épaves a encore pris de l’importance avec un week-end spécial carcasses.
rubis-00.jpg
Deux plongées, deux épaves, distantes de quelques kilomètres, mais que beaucoup de choses séparent.
-Nous avons d’un côté un engin militaire qui a traversé sans encombre le deuxième conflit mondial, pour finir coulé volontairement après de bons et loyaux services.
De l’autre, un navire civil qui fut victime de la première guerre mondiale !
-D’un côté, une épave toute jeune ; de l’autre, une vieille dame bientôt centenaire.
-D’un côté, une épave presque nue ; de l’autre, de la taule envahie par une surabondance d’organismes fixés.
 
Ce qui rapproche cependant ces deux plongées, c’est la profondeur : celle qui vous limite le temps d’immersion. Et le point commun à ces deux plongées, c’est que l’on reste sur sa faim, avec la méchante envie d’y revenir !
C'est avec le club de l'Eperlan, basé à Cavalaire, que nous partions à la rencontre de ces "mythes" de la plongée sous-marine.
    
 
ENVIE DE RUBIS
En ce samedi 7 septembre, nous voilà partis découvrir ce bijou de la Méditerranée.
Ce petit sous-marin mouilleur de mines, de 66 mètres de long, est considéré comme un lieu de plongée incontournable dans le sud de la France.
De 1931, date de son lancement, à 1957, date de sa retraite, il servit la Marine, traversant la guerre sans dégât, puis servant de base d’instruction ou de base sous marine. Il fut coulé en 1958, allant se poser sur un fond de sable à 40 mètres de profondeur.
En arrivant sur les lieux du « naufrage », nous remarquions les excellentes conditions qui nous attendaient : grand soleil, mer calme, pas de vent, pas de courant … alors que l’endroit est connu pour ses courants qui peuvent être fort désagréables. Et cette plongée s’est effectivement déroulée sans problème.
Après une descente le long du bout (toujours se méfier des courants traitres), nous nous dirigeâmes, avec binôme Air-One, directement vers l’avant, afin de découvrir l’engin dans son ensemble, croisant la route de mérous et de dorades royales. En passant au dessus du kiosque, je fis une halte pour admirer la vue.
rubis-01.jpg
rubis-02.jpg
rubis-03.jpgrubis-09Puis en nous éloignant de l’épave, je cherchais un organisme digne de figurer sur un cliché. Je trouvais cette étoile, en position d’éjection de gamètes.
rubis-05.jpg
Sachant que notre temps était compté ici bas, nous nous sommes surtout intéressés à l’épave dans son ensemble, bien aidés par la visibilité et la luminosité.
Nous profitions de courts instants de répit pour photographier la proue, sans aucun plongeur autour.
rubis-06.jpg
Posé de la sorte, le sous-marin semblait être en phase de « décollage ».
rubis-08.jpg
Mais nous n’étions pas seuls sur les lieux, et comme tout le monde voulait être sur la photo …pas mal de très grosses particules apparaissent de-ci de–là !
rubis-07.jpg
Un court passage sur l’arrière détruit du bâtiment, et déjà, l’heure de remontée arrivait. Après 17 minutes de plongée, nous attaquions donc une lente ascension, limitant notre temps de palier à 7 minutes au total. Je n’ai jamais été un grand fana des paliers longs. 
 
 
TOGO, « GO, GO ! »
En ce dimanche 8 septembre, étant resté un peu sur notre faim la veille avec le Rubis, nous étions prêts à en découdre avec ce fameux « Togo ». Son ancienneté, sa profondeur, ses « garnitures », font de cette épave un autre site remarquable dans le secteur.
Nous avions affaire là à un navire bien plus ancien que le Rubis. Construit en 1882, il transportait du charbon, lorsqu’il heurta une mine en mai 1918. Il se cassa en deux et coula immédiatement, allant se poser sur un fond sableux, en pente, à plus de cinquante mètres de profondeur. Découverte en 1976, cette épave fait depuis le bonheur des plongeurs. 
Les conditions de plongée étaient les mêmes que la veille, sauf le soleil qui jouait à cache-cache avec les nuages : mer calme, vent inexistant, courant imperceptible. Le bateau s’approchant pour nous larguer palanquées après palanquées, au cri de « GO GO ! », nous basculions à la rencontre de cette épave mythique. Alors que nous attaquions notre descente dans le bleu, nous croisions la route de ceux qui remontaient déjà.
A nouveau, nous prenions la direction de l’avant, sauf que d’où nous étions, nous ne savions pas où était l’avant. Nous nous sommes fiés au nombre de plongeurs, que nous estimions plus importants sur l’avant. Que nenni, nous nous retrouvions vite sur la cassure. Peu importe, la luminosité n’était pas aussi belle que la veille, et la profondeur accentuait encore la puissance du bleu profond. Les photos de l’épave dans son ensemble semblaient bien compromises.
Ce qui attira très vite l’attention en arrivant sur la carcasse du Togo, ce fut la surabondance des gorgones rouges, qui ont eut ici, tout le loisir de s’étoffer, au cours du siècle passé.
togo-02.jpg
togo-07.jpg
Là où les gorgones ne se sont pas installées, la place a été occupée par d’autres organismes : éponges, algues, ascidies, vers, bryozoaires …
togo-03.jpg
togo-05.jpg
togo-04.jpg
Le long de la coque, ces satanés anthias captaient toute la lumière de mon flash, et de ce fait, aucune photo tirée n’est exploitable. La vidéo fournie en fin d’article étayera bien mon propos.
Estimant qu’aller se fourvoyer à plus de 50 m, avec une visi moyenne et une luminosité réduite, allait limiter notre temps de plongée, nous sous sommes résignés à rester au-dessus du navire. Descendant tout de même à 49 mètres, j’eus la surprise de trouver cette étoile glaciaire tranquillement posée sur une arête métallique.
togo-06.jpg
Le mano et l’ordi nous intimaient alors l’ordre de remonter, avec un court palier à 6 mètres, puis 12 minutes à 3 mètres. Vous ai-je déjà dit que je n’étais pas fana des longs paliers ?
Là aussi, nous restions sur notre faim !!! 
 
Mais tout ne s’arrêtait pas ainsi ! Alors que nous nous morfondions au palier, nous pouvions voir de grosses gouttes de pluie venir s’écraser sur la surface de la mer. Et lorsque nous sortîmes la tête de l’eau, au niveau de la bouée lâchée par l’Eperlan, ces gouttes vinrent s’écraser sur nos masques. Nous eûmes tout juste le temps de signaler notre présence, que déjà le bateau disparaissait derrière les mouvements de l’onde. La Provence nous distillait une averse comme elle sait si bien le faire : le vent, la pluie, et une mer beaucoup moins calme qu’à notre arrivée.
togo-09.jpg
Le plus surprenant, c’est le calme qui régnait sur l’Eperlan. D’habitude, après une plongée, tout le monde raconte ses exploits, révèlent les magnifiques espèces rencontrées … et là, rien !
Parkas, cirés, bonnets et chapeaux étaient sortis ; les gens se blottissaient les uns contre les autres. Avec binôme Air-One, nous en avons profité pour rincer notre matos à l’eau de pluie.
articles-05-8994-.jpg
Cette sortie agitée fut un peu la cerise sur le gâteau, après deux jours relativement calmes, pour venir clore ce week-end « spécial épaves ». J’adore ça !  
 
 
Pour en savoir plus sur ces épaves :

Partager cet article

Repost 0
Bloc18 Ray Manta - dans Wreck Diving
commenter cet article

commentaires

Pascal 18/12/2013 20:22

Le Rubis et le Togo dans la même journée... la vie est parfois cruelle !

Ray Manta 26/12/2013 21:23



j'ai connu des week-end plus ennuyeux !!!



Air-One 19/09/2013 17:24

Epaves à refaire, binôme ;-)

A Vos Masques, Prets, Palmez !

  • : BLOC18, EAU-DELA DU MIROIR
  • BLOC18,       EAU-DELA DU MIROIR
  • : SPOT de partage de photos, de vidéos, d'actu, d'idées, de bons plans...
  • Contact

Bloc Dixhuit sur Facebook

Recherche

Accés photos

Je ne suis ni spécialiste ni "photographe", je fais des photos pour le plaisir.

Cependant, mes photos ne sont pas libres de droits. Merci de me contacter.

Seule la copie pour votre usage personnel, privé et non-lucratif, est autorisée. 

Liens divers

le blog de Siratus 

le blog de Pascal

le site de Fred

le groupe FB "Plongée sur épaves/Wreck Diving"

le site de Sea Shepherd

un site bio marseillais

le blog d'une grande voyageuse

un site bio : Sous les mers

un site de voyages-plongées

 

 

Récentes Div'agations

  • Meeting the Great White Shark
    Après visionnage des plus de 300 séquences rapportées de Guadalupe - et en passant je remercie de nouveau l'ami Marc de m'avoir prêté sa mini caméra pour l'occasion - voici donc (enfin) ma modeste contribution aux (très) nombreuses vidéos sur le Grand...
  • Un Ange passe …
    Il est un endroit au monde où l’on peut croiser la route de trois espèces différentes de raies et deux espèces de requins, lors de la même plongée, et à moins de 20 mètres de profondeur. Lanzarote, l’Ile aux 300 volcans, permet ce genre d’immersion. Ici,...
  • FLASH-BACK : Moray Patchwork
    Dix ans de photo sous la surface. Dix ans qu'un appareil photo m'accompagne dans mes immersions, qu'il est mon inséparable compagnon de plongée. De temps à autre, je badigeonnerai cet espace de quelques modestes clichés. Chacun réveillant en moi un souvenir,...
  • Plongée dans les gorgones
    Failles, crevasses, voûtes et cavités diverses ... Tel était le paysage proposé ce jeudi, par Plongée Passion Carry. Sur la Côte Bleue, face à Marseille, l'Arche de Moulon, réserve bien des surprises à qui sait simplement ouvrir les yeux : langoustes...
  • PLONGER … simplement !
    Retrouver le goût des plongées sans prétention. Basiques, classiques, tranquilles. A nouveau prendre le temps d’observer les brins de corail rouge ou les massifs de gorgones (même sans gorgonocéphale emberlificoté !) Simplement se contenter de croiser...
  • Wreck Diving : Le Liban, septembre 2016
    Cela faisait un petit moment que je souhaitais replonger sur le Liban. La faute à un plongeur marseillais, que je nommerai KB (et qui se reconnaîtra), qui a fait tourner sur les réseaux sociaux une magnifique photo des lieux. Je voulais retrouver le point...
  • GORGO A GOGO !
    Ceux qui me suivent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour Astrospartus. Après quasiment onze mois sans plonger, suite au séjour à Guadalupe pour le Grand Requin Blanc, et la longue digestion qui suivit, je retrempais hier mes palmes (et tout...
  • SAN DIEGO, tourné vers la mer
    Située à l'extrême sud-ouest des Etats-Unis, la ville de San Diego est limitée au sud par la frontière mexicaine et au nord par la mégalopole des Anges, Los Angeles. A l'est, collines puis désert ... San Diego semble définitivement tournée vers la mer. Ci-dessous...
  • GUADALUPE
    (info : n'hésitez pas à suivre les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos) Il est un lieu où il est possible de plonger 45 minutes à 10 mètres, puis d’effectuer un palier de 126 minutes ! Grand requin blanc Great white shark Tubarão...
  • Combo Guadalupe-San Benito : kelp et otaries, épisode 3
    San Martin : la forêt rescapée (n'hésitez pas à cliquer sur les liens proposés, vous découvrirez plein de nouvelles photos Après cinq journées sur l’île de Guadalupe et moultes heures passées à observer les Grands Blancs (séjour qui fera l’objet d’un...